| | |

« Seigneur, je ne suis pas digne de te recevoir, mais dis seulement une parole et je serai guéri »

Lundi 29 novembre 2021

Saint Sernin

Évangile selon saint Matthieu 8, 5-11

En ce temps-là, comme Jésus était entré à Capharnaüm, un centurion s’approcha de lui et le supplia : « Seigneur, mon serviteur est couché, à la maison, paralysé, et il souffre terriblement. » Jésus lui dit : « Je vais aller moi-même le guérir. » Le centurion reprit : « Seigneur, je ne suis pas digne que tu entres sous mon toit, mais dis seulement une parole et mon serviteur sera guéri. Moi-même qui suis soumis à une autorité, j’ai des soldats sous mes ordres ; à l’un, je dis : “Va”, et il va ; à un autre : “Viens”, et il vient, et à mon esclave : “Fais ceci”, et il le fait. » À ces mots, Jésus fut dans l’admiration et dit à ceux qui le suivaient : « Amen, je vous le déclare, chez personne en Israël, je n’ai trouvé une telle foi. Aussi je vous le dis : beaucoup viendront de l’orient et de l’occident et prendront place avec Abraham, Isaac et Jacob au festin du royaume des Cieux. »

Prière

Jésus fut dans l’admiration devant la foi du centurion. Cette foi, reprenons-la à notre compte ce matin pour prier et à chaque messe pour préparer notre cœur avant de communier.


Demande

Seigneur, ouvre mon cœur à ta révélation. Accorde-moi la grâce de croire que tu es vraiment le Fils de Dieu, celui qui doit venir. Fais qu’à travers l’Écriture, à travers la prière, je te connaisse aujourd’hui un peu plus.

Réflexion

  1. « Un centurion s’approcha de Jésus et le supplia : ‘’Seigneur, mon serviteur est couché, à la maison, paralysé, et il souffre terriblement.’’ » Nous pouvons contempler l’humanité du centurion, sa compassion, sa préoccupation active envers son serviteur souffrant. Sa compassion modèle notre cœur aussi. Quelle compassion ai-je envers les personnes qui m’entourent ? Envers les personnes qui souffrent ? On peut aussi observer sa foi en Jésus. Il a dû entendre parler de ce Jésus, de ses actes, de ses paroles ; la personne de Jésus l’attire de quelque manière. Il est certain que Jésus peut faire quelque chose pour lui, pour son serviteur. Il va le chercher, il va lui demander son aide, en toute simplicité, en toute confiance.
  2. « Jésus lui dit : ‘’Je vais aller moi-même le guérir.’’ »
    Je peux me laisser surprendre par cette réponse, si simple, si directe, si accueillante de Jésus. Le Seigneur est prêt aussi à venir lui-même en personne prendre soin de mes amis, de mes besoins. Moi qui, avec mes peurs, mes raisonnements, mon impression de ne pas être digne, je mets tant d’obstacle à Dieu. J’entends soudain sa réponse. Non seulement il est prêt à m’aider, mais il veut venir lui-même. Il veut venir chez moi, il veut venir soigner les miens.
  3. Il raisonne en centurion mais il croit au plein pouvoir de Dieu. Le centurion n’accepte pas la proposition du Christ. Il raisonne en centurion. Pour lui, ce n’est pas la peine de se déplacer. Il suffit que le Christ commande et il sera obéi. Jésus accepte pleinement son raisonnement, sa manière d’être. Il est même plein d’admiration envers lui. Jésus admire sa foi. Et le miracle est accordé. Je me laisserai, moi aussi, aimé par le Christ, apprécié par le Christ tel que je suis. Et je lui ferai mes demandes en toute confiance.

Dialogue avec le Christ

Seigneur, je ne suis pas digne moi non plus de te recevoir, mais viens. Viens puisque tu désires venir toi-même.

Résolution

Je vais croire en l’action de Dieu aujourd’hui en moi ; il intervient dans mes besoins, il prend soin de moi. Je serai attentive et disponible pour le laisser agir.

Céline Cochin, consacrée de Regnum Christi
Contacter l’auteur

Méditations : Regnum Christi
Texte de l’Évangile et informations liturgiques : © AELF – Paris – Tous droits réservés