| | | |

À l’école du Seigneur

Mercredi 1er mai 2024

Saint Joseph, travailleur

Couleur liturgique : blanc

Évangile selon saint Jean 15, 1-8

En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples : « Moi, je suis la vraie vigne, et mon Père est le vigneron. Tout sarment qui est en moi, mais qui ne porte pas de fruit, mon Père l’enlève ; tout sarment qui porte du fruit, il le purifie en le taillant, pour qu’il en porte davantage. Mais vous, déjà vous voici purifiés grâce à la parole que je vous ai dite. Demeurez en moi, comme moi en vous. De même que le sarment ne peut pas porter de fruit par lui-même s’il ne demeure pas sur la vigne, de même vous non plus, si vous ne demeurez pas en moi.
Moi, je suis la vigne, et vous, les sarments. Celui qui demeure en moi et en qui je demeure, celui-là porte beaucoup de fruit, car, en dehors de moi, vous ne pouvez rien faire. Si quelqu’un ne demeure pas en moi, il est, comme le sarment, jeté dehors, et il se dessèche. Les sarments secs, on les ramasse, on les jette au feu, et ils brûlent. Si vous demeurez en moi, et que mes paroles demeurent en vous, demandez tout ce que vous voulez, et cela se réalisera pour vous. Ce qui fait la gloire de mon Père, c’est que vous portiez beaucoup de fruit et que vous soyez pour moi des disciples. »

Prière

Reprendre le chant : « Jésus me voici devant toi »
Jésus me voici devant toi,
tout simplement dans le silence.
Rien n’est plus important pour moi
que d’habiter en ta présence.

Demande

« J’ai demandé une chose au Seigneur, la seule que je cherche : habiter la maison du Seigneur tous les jours de ma vie, pour admirer le Seigneur dans sa beauté et m’attacher à son temple. » (Ps 26, 4)

Réflexion

  1. « Ce qui fait la gloire de mon Père, c’est que vous portiez beaucoup de fruit et que vous soyez pour moi des disciples. » 
    Le Seigneur souhaite que notre travail et nos efforts produisent beaucoup de fruits mais pas par souci de rendement, ni de résultat ou de calcul de bénéfice. Il est venu nous donner la vie et la vie en plénitude. Il veut notre bonheur. La gloire du Père dont il parle n’est pas seulement son succès à lui. Saint Irénée disait en ces termes : « La gloire de Dieu, c’est l’homme vivant ! » Pour arriver à cette vie en plénitude, il nous invite à être ses disciples, c’est-à-dire à le suivre et à apprendre à son école. Mettons-nous alors à l’écoute de sa Parole et laissons-nous transformer.
  2. « De même que le sarment ne peut pas porter de fruit par lui-même s’il ne demeure pas sur la vigne, de même vous non plus, si vous ne demeurez pas en moi. »
    Être disciple du Maître, c’est reconnaître avec humilité notre besoin et notre dépendance. Sans le Seigneur, nous ne pouvons rien faire. Demeurer sur la vigne, c’est prendre le temps d’ouvrir tout notre être à sa présence dans la prière, les sacrements, sa Parole et dans notre prochain qui vient à notre rencontre. Laissons la sève de sa grâce nous combler dans notre vie quotidienne et les fruits ne manqueront pas.
  3. « Tout sarment qui est en moi, mais qui ne porte pas de fruit, mon Père l’enlève ; tout sarment qui porte du fruit, il le purifie en le taillant, pour qu’il en porte davantage. »
    Demeurer en lui, c’est aussi prendre conscience que certaines choses peuvent empêcher le sarment de notre âme de porter du fruit ou en produire moins. Mon cœur peut se dissiper dans les soucis du monde, dans l’orgueil ou l’égoïsme. Petit à petit alors, mon âme s’atrophie et se dessèche. Voilà pourquoi le Père nous purifie en soulignant que le chemin que nous suivons n’est pas celui du bonheur. L’amertume de nos fautes a l’effet d’un élagage qui nous ramène au désir de faire la volonté du Seigneur dans notre vie et ne trouver notre bonheur qu’en lui.

Dialogue avec le Christ

Seigneur, je me réjouis de ton projet de plénitude à mon égard. Je veux vivre une vie pleine et heureuse. Je veux faire de ma vie quelque chose qui en vaille vraiment la peine. J’ai tant reçu de toi que je voudrais que tout porte de bons fruits pour le bien de mon prochain et ta plus grande gloire. Je sais que je n’y parviendrai que si je demeure en toi. Mais ce n’est pas que par nécessité que je désire demeurer en toi. Il n’y a rien de plus grand, de plus noble, de plus beau que de demeurer en ta présence. Merci, Seigneur, pour cette chance inouïe de passer ce moment avec toi aujourd’hui.

Résolution

Demander au Seigneur de me purifier en élaguant ce qui me nuit le plus en ce moment dans ma vie spirituelle.

Père Richard Tardiff, LC
Contacter l’auteur

Méditations : Regnum Christi
Texte de l’Évangile et informations liturgiques : © AELF – Paris – Tous droits réservés