meditation

Cette semaine

La Semaine suivante

Méditer

Parmi les différentes formes de prière – vocale, contemplative, individuelle, communautaire, liturgique – l’Église recommande la méditation.
Le famille spirituelle Regnum Christi vous propose de recevoir chaque matin, par courriel, l’Évangile du jour suivi d’une courte méditation structurée et préparée par un frère, un père, une consacrée ou un laïc de Regnum Christi.

De quoi s’agit-il ?

Dans la prière de méditation, il s’agit de mettre toute sa personne : son imagination, sa volonté, son intelligence, ses sentiments, tout son coeur. L’esprit cherche à comprendre le pourquoi et le comment de la vie chrétienne, afin d’adhérer et de répondre à ce que le Seigneur demande. La méditation est une rencontre avec Dieu, un dialogue intime avec Dieu Amour.

Pourquoi méditer… ?

Méditer ce qu’on lit conduit à se l’approprier en le confrontant avec soi-même. À la mesure de l’humilité et de la foi, on découvre les mouvements qui agitent le coeur et on peut les discerner. Il s’agit de faire la vérité pour venir à la Lumière : « Seigneur, que veux-tu que je fasse ? »

Comment méditer ?

La prière ne se réduit pas au jaillissement spontané d’une impulsion intérieure : pour prier, il faut le vouloir ; il faut aussi apprendre à prier. La Méditation sur l’Évangile du Jour peut-être reçue soit chaque matin vers 02h00, soit chaque jeudi avec toutes les méditations de la semaine suivante, de dimanche à samedi. Le site www.regnumchristi.fr peut mettre ces méditations à la disposition de votre site, gratuitement et selon les règles en usage de respect du copyright. Si vous souhaitez mettre quotidiennement les Méditations sur l’Évangile du Jour sur votre site contactez-nous.

« Vous n’appartenez pas au monde »

Samedi 8 mai 2021

Saint Désiré

Couleur liturgique : blanc

Évangile selon saint Jean 15, 18-21

Si le monde a de la haine contre vous, sachez qu’il en a eu d’abord contre moi. Si vous apparteniez au monde, le monde aimerait ce qui est à lui. Mais vous n’appartenez pas au monde, puisque je vous ai choisis en vous prenant dans le monde ; voilà pourquoi le monde a de la haine contre vous. Rappelez-vous la parole que je vous ai dite : un serviteur n’est pas plus grand que son maître. Si l’on m’a persécuté, on vous persécutera, vous aussi. Si l’on a gardé ma parole, on gardera aussi la vôtre. Les gens vous traiteront ainsi à cause de mon nom, parce qu’ils ne connaissent pas Celui qui m’a envoyé.

Prière

Seigneur, nous nous souvenons, par cet extrait du grand discours de la Cène, de tout ce que tu as dit pour nous affermir dans ton amour et dans l’amour du prochain. Tu viens de nous donner ton commandement nouveau : « Ce que je vous commande, c’est de vous aimer les uns les autres » (Jn 15, 12) et voilà que tu nous parles de ceux qui nous haïront et nous persécuteront. Tu veux nous dire que ce commandement est sans condition. Valable toujours, partout, et sans restriction. Comme toi, tu l’as montré : jusqu’à la croix. Seigneur, tu sais bien que c’est au-dessus de nos forces. Donne-nous ton esprit pour qu’il nous conduise sur ce chemin de l’amour inconditionnel.

Demande

Tu nous prépares à la venue de l’Esprit Saint qui fait de nous des témoins. « Vous aussi, vous témoignerez »(Jn 15, 27). Donne-nous, Seigneur, d’être « enracinés, fondés dans l’amour » pour que nous puissions faire connaître « la largeur, la longueur, la hauteur et la profondeur »de« l’amour du Christ qui surpasse toute connaissance » (Ep 3, 17-18).

Reflexion

  1. Le monde
    Qu’est-ce que « le monde » qui est mentionné six fois dans ce passage de l’Évangile ? Le verset 14 du chapitre 15 de Jean : « L’Esprit de Vérité que le monde ne peut pas recevoir, parce qu’il ne le voit pas ni ne le reconnaît » nous donne une piste de réponse. Être du monde, c’est ne pas voir ou ne pas reconnaître, donc ne pas recevoir l’Esprit de Vérité. Ne pas être du monde, c’est donc au contraire reconnaître et recevoir l’Esprit de Vérité. Ne pas être du monde, c’est vivre de l’Esprit. Parce que les apôtres vivent de l’Esprit, le monde les hait et les persécute.
  2. Jésus prévient ses disciples en vérité, sans cacher la venue des épreuves. Il veut par ses paroles nous rendre plus forts. Jésus le dit trois fois en saint Jean (Jn 13, 19 ; Jn 14, 29 ; Jn 16 ,4) : « Je vous le dis maintenant avant que cela n’arrive, pour qu’au moment où cela arrivera, vous croyiez. » Ainsi quand les épreuves arriveront, les disciples se souviendront de ce discours et s’en trouveront affermis. Affermis aussi parce qu’ils ont deux certitudes : la première s’appuie sur la volonté de Jésus : « Mon choix vous a tirés du monde », par grâce pure, indépendamment de leurs mérites ; la seconde assure de la victoire sur le monde : « Dans le monde vous aurez à souffrir mais gardez courage ! Moi, j’ai bel et bien vaincu le monde ! » (Jn 16 -33)
  3. « Il m’a pris en haine avant vous. »
    Jésus nous précède sur le chemin de la vie. Les épreuves que nous traversons, il les a connues avant nous. Haines, persécutions furent son lot quotidien. Mais souvenons-nous des Béatitudes : « Heureux êtes-vous quand on vous insultera, qu’on vous persécutera, et qu’on dira faussement contre vous toute sorte d’infamie à cause de moi. Soyez dans la joie et l’allégresse, car votre récompense sera grande dans les cieux. » (Mt 5, 11) La haine du monde qui croit nous détruire nous sert puisqu’elle nous rend conformes au Christ. « Tout concourt au bien de ceux qui aime Dieu. » (Rm 8, 28)

Dialogue avec le Christ

Jésus, tu nous parles de ton Père, « celui qui m’a envoyé » dis-tu. Seigneur, ton Père et notre Père est un bon maître ! Il nous donne chaque jour notre pain quotidien, le pain qui est notre nourriture, oui, mais il nous donne aussi le pain spirituel, la grâce, qui nous donne au jour le jour, la force de porter ce qui fait la difficulté de nos journées et qui peut aller jusqu’à la haine et les persécutions. Si à chaque jour suffit sa peine, à chaque jour aussi est donné le pain. À toi, la louange et la gloire, Père des cieux !

Résolution

Lorsque je serai blessé par une remarque, un geste, une attitude, j’essaierai de ne pas, à l’intérieur de moi, penser du mal ou critiquer intérieurement celui qui m’a blessé. « Aimez vos ennemis » dit Jésus en Matthieu 5, 44. Je remplacerai vite mes pensées critiques par une bénédiction intérieure : « Père, bénis cette personne qui me blesse. Tu es son Père et tu l’aimes ! »

Patricia Freisz, membre de Regnum Christi

Méditations : Regnum Christi
Texte de l’Évangile et informations liturgiques : © AELF – Paris – Tous droits réservés