Croyant en Jésus, deux aveugles sont guéris

Vendredi 2 décembre 2022

Sainte Bibiane

Couleur liturgique : violet

Évangile selon saint Matthieu 9, 27-31

En ce temps-là, Jésus était en route ; deux aveugles le suivirent, en criant : « Prends pitié de nous, fils de David ! » Quand il fut entré dans la maison, les aveugles s’approchèrent de lui, et Jésus leur dit : « Croyez-vous que je peux faire cela ? » Ils lui répondirent : « Oui, Seigneur. » Alors il leur toucha les yeux, en disant : « Que tout se passe pour vous selon votre foi ! » Leurs yeux s’ouvrirent, et Jésus leur dit avec fermeté : « Attention ! que personne ne le sache ! » Mais, une fois sortis, ils parlèrent de lui dans toute la région.

Prière

Donne à tes fidèles, Dieu tout-puissant, d’aller avec courage sur les chemins de la justice à la rencontre du Seigneur, pour qu’ils soient appelés, lors du jugement, à entrer en possession du Royaume des cieux.

Demande

Nous sommes aveugles, Seigneur ! Nous ne voyons pas la misère de notre vie et le mal que nous accomplissons. Donne-nous de t’invoquer toujours avec confiance !

Réflexion

  1. Le texte de l’Évangile d’aujourd’hui a quelque chose de télégraphique. Des aveugles interpellent Jésus en criant. Jésus, cependant, continue son chemin jusqu’à la maison. Mais ils arrivent à entrer dans la maison. Jésus, s’étant assuré de leur foi, leur accorde ce qu’ils veulent. Rien n’est dit ou même évoqué au sujet de la maladie. On pourrait presque imaginer qu’il s’agit d’un sujet tabou. Mais c’est simplement parce que, pour ces deux aveugles, rien n’est plus essentiel que la guérison de leur maladie, connue et reconnue par tous. Et pour Jésus, rien n’est plus fondamental que la foi en lui. C’est certainement pour cela que la rencontre nous est décrite dans la plus grande simplicité. Comme nous aimerions que notre prière soit à l’image de cette rencontre !
  2. Malheureusement, notre cécité nous est à tel point étrangère qu’elle provoque des réactions explosives lorsqu’elle est mise à jour. La cécité, plus que toute autre maladie du corps, met l’homme à nu. Lorsque Jésus se confronte aux pharisiens après la guérison de l’aveugle-né un jour de sabbat, ils lui demandent ironiquement : « Serions-nous aveugles, nous aussi ? » et Jésus de répondre : « Si vous étiez aveugles, vous n’auriez pas de péché (…) » (Jn 9, 40-41)
    L’aveugle évolue dans un monde qui lui est hostile. Seules une voix et une main étrangères sont en mesure de le rassurer et de le guider. C’est pour cela que l’aveugle vit dans une confiance fondamentale. Le cri prononcé par les deux aveugles pour attirer l’attention de Jésus n’est pas un cri de désespoir. C’est plutôt un cri de supplication et de confiance. C’est le langage simple et primaire de l’âme qui vit constamment dans la confiance.
  3. Et Jésus voit dans leur cœur cette disposition fondamentale. Il va réaliser ce pourquoi ils sont venus. Mais cette grâce donnée ne vient pas toute seule. Elle est accompagnée d’une consigne stricte. Ils doivent taire le miracle. Ils doivent vivre désormais sans rien dire de leur guérison. La consigne est plus qu’étonnante. Pourtant, elle peut s’expliquer dans la mesure où Jésus ne souhaite rien d’autre pour ces deux miraculés que de garder la confiance et la liberté dans laquelle ils vivaient jusqu’au moment de la guérison. En leur demandant de ne pas révéler la chose, Jésus voulait peut-être les préserver de cet autre aveuglement, celui de l’esprit : « du moment que vous dites : “Nous voyons !”, votre péché demeure » (Jn 9, 41).

Dialogue avec le Christ

Seigneur, ouvre mes yeux sur mon propre aveuglement, sur mon enfermement en moi-même, dans mes certitudes et mes velléités. Donne-moi de ne faire toujours confiance qu’en ta parole car toi seul es la véritable lumière de ma vie.

Résolution

Identifier les lieux de mes aveuglements pour les remettre dans les mains de Dieu et supplier la lumière de la grâce.

Père François Garreau, LC
Contacter l’auteur

Méditations : Regnum Christi
Texte de l’Évangile et informations liturgiques : © AELF – Paris – Tous droits réservés


meditation

Cette semaine

La Semaine suivante

Méditer

Parmi les différentes formes de prière – vocale, contemplative, individuelle, communautaire, liturgique – l’Église recommande la méditation.
La famille spirituelle Regnum Christi vous propose de recevoir chaque matin, par courriel, l’Évangile du jour suivi d’une courte méditation structurée et préparée par un frère, un père, une consacrée ou un laïc de Regnum Christi.

De quoi s’agit-il ?

Dans la prière de méditation, il s’agit de mettre toute sa personne : son imagination, sa volonté, son intelligence, ses sentiments, tout son coeur. L’esprit cherche à comprendre le pourquoi et le comment de la vie chrétienne, afin d’adhérer et de répondre à ce que le Seigneur demande. La méditation est une rencontre avec Dieu, un dialogue intime avec Dieu Amour.

Pourquoi méditer… ?

Méditer ce qu’on lit conduit à se l’approprier en le confrontant avec soi-même. À la mesure de l’humilité et de la foi, on découvre les mouvements qui agitent le cœur et on peut les discerner. Il s’agit de faire la vérité pour venir à la Lumière : « Seigneur, que veux-tu que je fasse? »

Comment méditer ?

La prière ne se réduit pas au jaillissement spontané d’une impulsion intérieure : pour prier, il faut le vouloir ; il faut aussi apprendre à prier. La Méditation sur l’Évangile du Jour peut-être reçue soit chaque matin vers 02h00, soit chaque jeudi avec toutes les méditations de la semaine suivante, de dimanche à samedi. Le site www.regnumchristi.fr peut mettre ces méditations à la disposition de votre site, gratuitement et selon les règles en usage de respect du copyright. Si vous souhaitez mettre quotidiennement les Méditations sur l’Évangile du Jour sur votre site contactez-nous.