La question fondamentale

Mercredi 29 juin 2022

Saint Pierre et saint Paul, apôtres

Couleur liturgique : rouge

Évangile selon saint Matthieu 16, 13-19

En ce temps-là, Jésus, arrivé dans la région de Césarée-de-Philippe, demandait à ses disciples : « Au dire des gens, qui est le Fils de l’homme ? » Ils répondirent : « Pour les uns, Jean le Baptiste ; pour d’autres, Élie ; pour d’autres encore, Jérémie ou l’un des prophètes. » Jésus leur demanda : « Et vous, que dites-vous ? Pour vous, qui suis-je ? » Alors Simon-Pierre prit la parole et dit : « Tu es le Christ, le Fils du Dieu vivant ! » Prenant la parole à son tour, Jésus lui dit : « Heureux es-tu, Simon fils de Yonas : ce n’est pas la chair et le sang qui t’ont révélé cela, mais mon Père qui est aux cieux. Et moi, je te le déclare : Tu es Pierre, et sur cette pierre je bâtirai mon Église ; et la puissance de la Mort ne l’emportera pas sur elle. Je te donnerai les clés du royaume des Cieux : tout ce que tu auras lié sur la terre sera lié dans les cieux, et tout ce que tu auras délié sur la terre sera délié dans les cieux. »

▷ Écouter cette méditation sur SoundCloud

Prière

Seigneur Jésus, en ce jour où ton Église célèbre les merveilles que tu as accomplis dans la vie de saint Pierre et de saint Paul, je viens te trouver pour passer quelques minutes avec toi. Je veux entrer dans ma chambre intérieure (cf. Mt 6, 6), là au plus profond de mon cœur où seulement toi et moi peuvent entrer. Je ferme la porte derrière moi, laissant les distractions à l’extérieur. Je viens te rencontrer dans le secret de mon cœur. Tu y es et tu m’attends. Tu veux me dire quelque chose d’important. Je veux garder mon cœur apaisé et attentif. Ne permets pas que je perde quelque chose de ce que tu veux me dire.

Demande

Seigneur, je crois en toi. Viens au secours de mon manque de foi ! (cf. Mc 8, 24)

Réflexion

  1. « Au dire des gens, qui est le Fils de l’homme ? »
    Le Christ nous guide peu à peu sur le chemin de la prière. Premièrement, il nous conduit à l’extérieur de notre train-train de tous les jours. En effet, cet épisode se déroule en Césarée-de-Philippe, une région au Nord et à l’extérieur de la Galilée, en territoire païen, où le Christ conduit ses apôtres pour passer du temps seul avec eux. Après ce recueillement extérieur, Jésus nous invite à commencer un parcours vers les profondeurs de notre cœur. « Au dire des gens, qui est le Fils de l’homme ? » La question peut paraître banale, mais elle fait partie de la pédagogie de notre bon Pasteur. Il sait que les questions fondamentales doivent être bien introduites afin de recevoir la réponse profonde qu’elles demandent. Le Christ nous demande donc : « Au dire des gens, qui est le Fils de l’homme ? »
    Je vous invite à prendre le temps de lui répondre. Qui est-il, selon le monde qui vous entoure ? La réponse n’est pas indifférente parce que, quoique n’étant pas du monde, nous vivons dans le monde. Nous ne sommes pas imperméables à sa pensée et nous devons donc discerner en nous ce qui est du monde et ce qui est de Dieu. Qui est donc la personne Jésus pour le monde ? Un homme fascinant et intriguant ? Un sage des temps anciens ? Un homme du premier siècle mystifié par les chrétiens ? Qui est-il ?
  2. « Et vous, que dites-vous ? Pour vous, qui suis-je ? »
    Après cette préparation, le Christ nous pose la question fondamentale : « Et vous, que dites-vous ? Pour vous, qui suis-je ? » C’est une question à laquelle chacun doit répondre personnellement, selon ce qu’il lit au plus profond de son cœur. La question du Christ peut causer en nous un certain trouble, un remous, une agitation. Nous pouvons être tentés de donner une réponse rapide, qui esquisse la pénétration de la question. Nous pouvons aussi être trompés par un certain pessimisme qui n’accepte pas de reconnaître la foi qui, quoique petite, faible et imparfaite, est tout de même présente en notre cœur. C’est pour cela que nous devons garder notre cœur comme la surface d’une eau paisible, qui nous laisse voir ce qui s’y trouve en profondeur. « Pour vous, qui suis-je ? »
  3. « Heureux es-tu, Simon fils de Yonas : ce n’est pas la chair et le sang qui t’ont révélé cela, mais mon Père qui est aux cieux. »
    Quelle est belle cette exclamation de Jésus ! Il s’émerveille du bien qu’il trouve en ses disciples et y reconnaît l’œuvre de son Père. Il fait écho à la bénédiction de la création : « Et Dieu vit tout ce qu’il avait fait ; et voici : cela était très bon. » (Gn 1, 31) Ce qui nous impressionne est que nous savons que la foi de Pierre est loin d’être parfaite. Seulement cinq versets plus loin (v. 22), il s’opposera à l’obéissance du Christ qui annonce sa Passion. Puis, alors que le Christ est condamné à mort et abandonné de tous, il le reniera trois fois (cf. Mt 26, 69-75). La foi de Pierre n’est encore qu’une petite semence, pauvre, imparfaite, au milieu d’une mentalité mondaine qui devra être purifiée, mais elle est là ! Et le Christ sait la reconnaître et s’en émerveiller : « Heureux es-tu ! » Laissons le Christ regarder notre foi dans toute sa petitesse et laissons-le nous confirmer : « Quelle est belle ta foi ! Elle est l’œuvre de mon Père qu’il a semée en ton cœur. Continue à lui laisser plus de place pour quelle grandisse et produise du fruit en abondance. »

Dialogue avec le Christ

Seigneur Jésus, tu poses ton regard sur moi avec amour. Merci ! Accorde-moi de te laisser me regarder et m’aimer. Merci de m’avoir guidé sur ce chemin de prière. Tu m’as aidé à pénétrer en mon cœur et à y reconnaître l’action merveilleuse de ton Père. Avec toi, je veux louer ton Père pour son action en moi. Aide-moi à continuer à recevoir ce don de la foi et à le laisser grandir dans ma vie. Qu’elle soit sel et lumière dans ma vie et pour le monde.

Résolution

Y a-t-il un moment aujourd’hui que je devrais considérer avec foi et non selon les critères de ce monde, peut-être un moment désagréable que je devrais affronter, ou un devoir pesant que le Christ m’invite à porter avec joie, ou une personne inopportune que le Seigneur me demande de recevoir avec amour ? Aujourd’hui, je veux mettre ma foi en pratique pendant ce moment-là.

Frère André Blanchette, LC
Contacter l’auteur

Méditations : Regnum Christi
Texte de l’Évangile et informations liturgiques : © AELF – Paris – Tous droits réservés


meditation

Cette semaine

La Semaine suivante

Méditer

Parmi les différentes formes de prière – vocale, contemplative, individuelle, communautaire, liturgique – l’Église recommande la méditation.
La famille spirituelle Regnum Christi vous propose de recevoir chaque matin, par courriel, l’Évangile du jour suivi d’une courte méditation structurée et préparée par un frère, un père, une consacrée ou un laïc de Regnum Christi.

De quoi s’agit-il ?

Dans la prière de méditation, il s’agit de mettre toute sa personne : son imagination, sa volonté, son intelligence, ses sentiments, tout son coeur. L’esprit cherche à comprendre le pourquoi et le comment de la vie chrétienne, afin d’adhérer et de répondre à ce que le Seigneur demande. La méditation est une rencontre avec Dieu, un dialogue intime avec Dieu Amour.

Pourquoi méditer… ?

Méditer ce qu’on lit conduit à se l’approprier en le confrontant avec soi-même. À la mesure de l’humilité et de la foi, on découvre les mouvements qui agitent le cœur et on peut les discerner. Il s’agit de faire la vérité pour venir à la Lumière : « Seigneur, que veux-tu que je fasse? »

Comment méditer ?

La prière ne se réduit pas au jaillissement spontané d’une impulsion intérieure : pour prier, il faut le vouloir ; il faut aussi apprendre à prier. La Méditation sur l’Évangile du Jour peut-être reçue soit chaque matin vers 02h00, soit chaque jeudi avec toutes les méditations de la semaine suivante, de dimanche à samedi. Le site www.regnumchristi.fr peut mettre ces méditations à la disposition de votre site, gratuitement et selon les règles en usage de respect du copyright. Si vous souhaitez mettre quotidiennement les Méditations sur l’Évangile du Jour sur votre site contactez-nous.