| | |

Voir les signes que Jésus me donne

Lundi 13 février 2023

Saint Gilbert

Couleur liturgique : vert

Évangile selon saint Marc 8, 11-13

En ce temps-là, les pharisiens survinrent et se mirent à discuter avec Jésus ; pour le mettre à l’épreuve, ils cherchaient à obtenir de lui un signe venant du ciel. Jésus soupira au plus profond de lui-même et dit : « Pourquoi cette génération cherche-t-elle un signe ? Amen, je vous le déclare : aucun signe ne sera donné à cette génération. » Puis il les quitta, remonta en barque, et il partit vers l’autre rive.

Prière

Seigneur, je veux te donner le meilleur de moi-même pendant ce temps de prière. Je veux entendre ce que tu veux me dire à travers ta Parole. Que ma vie spirituelle augmente chaque jour un peu plus, en te connaissant chaque jour un peu plus, pour t’aimer chaque jour un peu plus.

Demande

Voir les signes du Christ avec foi.

Réflexion

  1. Le petit passage de l’Évangile sur lequel nous méditons aujourd’hui est très simple et peut nous sembler un peu étrange si nous le prenons dans son contexte. Nous voyons des pharisiens qui demandent un signe à Jésus. Pourtant, si nous regardons dans le détail, nous constatons que les chapitres précédents relatent de nombreux miracles.  Entre guérisons et multiplications des pains, Jésus ne cesse de nous donner des signes. Cela ne semble pour autant pas convaincre les pharisiens et ce n’est certainement pas faute de signes éclatants réalisés devant leurs yeux.
    Le chapitre 3 de l’Évangile de saint Marc nous montre clairement que Jésus guérit un paralysé devant des pharisiens et leur réaction nous laisse sans voix : « Il dit à l’homme : Étends la main. Il l’étendit, et sa main redevint normale. Une fois sortis, les pharisiens se réunirent en conseil avec les partisans d’Hérode contre Jésus, pour voir comment le faire périr. » (Mc 3, 5-6) Quelques chapitres après, le Christ continue à accomplir des signes plus prodigieux encore et il semble que cela ne change en rien l’attitude des pharisiens à son égard.
  2. Voilà donc le Christ face à des pharisiens qui lui demandent un signe, mais pas n’importe quel signe : ils veulent un signe « venant du ciel ». Qu’est-ce que cela veut dire ? Nous devons tout simplement en conclure que les pharisiens considèrent que tous les autres signes réalisés par Jésus ne viennent pas du ciel. En d’autres mots, pour eux, Jésus est une sorte de sorcier doté de pouvoirs, capable d’actions extraordinaires et surnaturelles qui ne viennent pas de Dieu mais de quelque force obscure, ou du moins il est permis d’en douter.
    Mais alors, pourquoi Jésus refuse-t-il de faire descendre une grande lumière du ciel qui accompagnerait ses guérisons pour bien montrer à tous qu’il agit en tant que messager de Dieu ? Il aurait pu le faire, il est Dieu, rien ne lui est impossible, et ce serait tellement plus simple !
  3. Justement, le problème est là. Il n’est pas le messager de Dieu. Il est Dieu. Il n’a pas besoin de faire descendre une grande lumière du ciel car il est la Lumière venue dans ce monde. Le signe venant du ciel que les pharisiens demandent se trouve devant eux. Ils veulent un signe qui vienne du ciel pour prouver que le signe qui vient du ciel qui se trouve devant eux est bien réel ! C’est un raisonnement que l’on peut continuer à l’infini. Dieu peut envoyer tous les signes possibles venant du ciel, mais ceux qui refusent de croire ne se convertiront pas : ils veulent des excuses pour justifier leur manque de foi, plus que des signes pour croire vraiment.

Dialogue avec le Christ

Seigneur, tu es le Dieu qui est venu sur terre. Tu es le grand signe venu du ciel et ma mission de chrétien n’est pas tellement de croire que tu peux tout accomplir et croire en tes œuvres mais de croire en toi, le Seigneur, Dieu fait homme venu pour me sauver.

Résolution

Poser un petit acte de foi pendant ma journée en redisant au Christ que j’ai confiance en lui.

Frère Jérôme Dejoie, LC
Contacter l’auteur

Méditations : Regnum Christi
Texte de l’Évangile et informations liturgiques : © AELF – Paris – Tous droits réservés