| | |

« Voici que tu vas concevoir et enfanter un fils »

« D’où m’est-il donné que la mère de mon Seigneur vienne jusqu’à moi ? »

4e dimanche de l’Avent

Évangile selon saint Luc 1, 26-38

En ce temps-là, l’ange Gabriel fut envoyé par Dieu dans une ville de Galilée, appelée Nazareth, à une jeune fille vierge, accordée en mariage à un homme de la maison de David, appelé Joseph ; et le nom de la jeune fille était Marie.
L’ange entra chez elle et dit : « Je te salue, Comblée-de-grâce, le Seigneur est avec toi. » À cette parole, elle fut toute bouleversée, et elle se demandait ce que pouvait signifier cette salutation. L’ange lui dit alors : « Sois sans crainte, Marie, car tu as trouvé grâce auprès de Dieu. Voici que tu vas concevoir et enfanter un fils ; tu lui donneras le nom de Jésus. Il sera grand, il sera appelé Fils du Très-Haut ; le Seigneur Dieu lui donnera le trône de David son père ; il régnera pour toujours sur la maison de Jacob, et son règne n’aura pas de fin. » Marie dit à l’ange : « Comment cela va-t-il se faire, puisque je ne connais pas d’homme ? » L’ange lui répondit : « L’Esprit Saint viendra sur toi, et la puissance du Très-Haut te prendra sous son ombre ; c’est pourquoi celui qui va naître sera saint, il sera appelé Fils de Dieu. Or voici que, dans sa vieillesse, Élisabeth, ta parente, a conçu, elle aussi, un fils et en est à son sixième mois, alors qu’on l’appelait la femme stérile. Car rien n’est impossible à Dieu. » Marie dit alors : « Voici la servante du Seigneur ; que tout m’advienne selon ta parole. » Alors l’ange la quitta.

oir et enfanter un fils »>201220 Lc 1, 26-38 Voici que tu vas concevoir et enfanter un fils

Prière

« Heureux est l’homme qui n’entre pas au conseil des méchants, qui ne suit pas le chemin des pécheurs, ne siège pas avec ceux qui ricanent, mais se plaît dans la loi du Seigneur et murmure sa loi jour et nuit ! » (Ps 1, 1-2) Heureux, sommes-nous, Seigneur, d’être après Marie, destinataires de ta Parole pour connaître et suivre tes volontés.

Demande

« Que tout m’advienne selon ta parole, Seigneur. » Avec ton ange (messager), l’Église, fais de moi un vrai serviteur de l’Évangile.

Réflexion

  1. « Je te salue, Comblée-de-grâce. »
    Qui est-elle, cette créature, que Dieu désigne « Comblée de grâce » par la voix de son messager ? Qui est-elle, cette vierge de Nazareth, accordée en mariage à un descendant de David ? Qui est-elle, cette fille de Galilée, qui reçoit le message, toute bouleversée ?
    N’est-elle pas une humble servante, toute pure et modeste, temple digne de notre Sauveur ? N’est-elle celle qui a trouvé grâce auprès de Dieu pour devenir la nouvelle Arche de l’Alliance, dans sa forme accomplie ? Et moi, quelle appréciation ai-je pour celle qui est objet de prédilection de Dieu ? Est-ce qu’en elle je vénère la demeure chérie de mon Dieu ? 
  2. « Tu vas concevoir et enfanter un fils. »
    Qui est-il, ce fils de la Vierge désigné du nom de Jésus, Yéshua, « Dieu sauve » ? Qui est-il, ce Fils du Très-Haut, à qui « le Seigneur Dieu (…) donnera le trône de David son père » ? Qui est-il, celui qui sera saint dès sa naissance ?
    N’est-il pas celui qui sera appelé Fils de Dieu ? N’est-il pas celui dont le règne, sur la maison de Jacob, n’aura pas de fin ? N’est-il pas celui qui doit accomplir les promesses et conclure l’Alliance éternelle ? Quelle place trouve-t-il en mon cœur, mon âme, mes occupations et mes préférences ? 
  3. « L’Esprit Saint viendra sur toi (…) »
    Comment Dieu peut-il s’unir à l’humanité pour accomplir sa promesse ? Comment son Esprit peut-il, en Marie, engendrer un Fils ? Comment la puissance du Très-Haut la prendra-t-elle sous son ombre ?
    N’est-ce pas à partir d’un cœur qui écoute la Parole que peut s’accomplir le préambule de tous les commandements : « Écoute, Israël » ? N’est-ce pas dans un cœur éveillé, qui murmure la Parole jour et nuit et reconnaît les voies de Dieu ? Et dans ma vie, jusqu’à quel point mon cœur est-il émerveillé par la Parole de Dieu pour que l’Esprit Saint en moi réalise la petite partie de son grand œuvre ?

Dialogue avec le Christ

Viens, Seigneur Jésus, viens Emmanuel. Nous t’attendons. Ne regarde pas nos désordres de vie, mais reconnais la soif de nos cœurs. Car tu es notre Sauveur qui nous réconcilie avec le Père. Tu nous montres le chemin que nous avons perdu : chemin d’humanité, chemin d’humilité, chemin de charité. En toi, avec toi et par toi, gloire, honneur et puissance à Dieu le Père, en son Esprit. Amen.

Résolution

À partir de cette méditation, j’écoute la volonté de Dieu pour moi dans la rencontre avec mon prochain.

Père Jaroslav de Lobkowicz, LC

Méditations : Regnum Christi
Texte de l’Évangile et informations liturgiques : © AELF – Paris – Tous droits réservés