Année A | blanc | Méditation | Saint Luc

« Voici que tu vas concevoir et enfanter un fils »

Mercredi, 25 mars 2020

Annonciation du Seigneur

Couleur liturgique : blanc

Évangile selon saint Luc 1, 26-38

En ce temps-là, l’ange Gabriel fut envoyé par Dieu dans une ville de Galilée, appelée Nazareth, à une jeune fille vierge, accordée en mariage à un homme de la maison de David, appelé Joseph ; et le nom de la jeune fille était Marie. L’ange entra chez elle et dit : « Je te salue, Comblée-de-grâce, le Seigneur est avec toi. » À cette parole, elle fut toute bouleversée, et elle se demandait ce que pouvait signifier cette salutation. L’ange lui dit alors : « Sois sans crainte, Marie, car tu as trouvé grâce auprès de Dieu. Voici que tu vas concevoir et enfanter un fils ; tu lui donneras le nom de Jésus. Il sera grand, il sera appelé Fils du Très-Haut ; le Seigneur Dieu lui donnera le trône de David son père ; il régnera pour toujours sur la maison de Jacob, et son règne n’aura pas de fin. »
Marie dit à l’ange : « Comment cela va-t-il se faire, puisque je ne connais pas d’homme ? » L’ange lui répondit : « L’Esprit Saint viendra sur toi, et la puissance du Très-Haut te prendra sous son ombre ; c’est pourquoi celui qui va naître sera saint, il sera appelé Fils de Dieu. Or voici que, dans sa vieillesse, Élisabeth, ta parente, a conçu, elle aussi, un fils et en est à son sixième mois, alors qu’on l’appelait la femme stérile. Car rien n’est impossible à Dieu. » Marie dit alors : « Voici la servante du Seigneur ; que tout m’advienne selon ta parole. » Alors l’ange la quitta.

Prière

Mon Seigneur et mon Dieu, ouvre mes oreilles pour entendre ta Parole, ouvre mes yeux pour voir ton œuvre. Je suis heureux de venir aujourd’hui me nourrir de ta Parole et me rapprocher de toi.

Demande

Viens vivre en mon cœur, Seigneur, viens t’incarner dans ma vie !

Reflexion

  1. « Je te salue, Comblée-de-grâce, le Seigneur est avec toi. »
    Cette salutation de l’ange, que nous répétons si souvent dans le Je vous salue Marie, nous permet de contempler tout le mystère de l’Annonciation. La bonne nouvelle que l’ange apporte à Marie est que le « Seigneur est avec nous », car Dieu se fait homme. Désormais nous sommes « comblés de grâce » car non seulement Dieu se fait homme mais il vient demeurer en nous, son Incarnation se prolonge en nos vies. Le corps « historique » du Christ est auprès du Père, mais Jésus fait aussi sien chacun de nos corps, grâce à son Esprit Saint qui nous habite. Nous sommes le corps du Christ, le prolongement de sa présence.
  2. « Sois sans crainte, Marie, car tu as trouvé grâce auprès de Dieu. »
    Quand Dieu intervient dans notre vie, le premier obstacle est nos peurs… « Sois sans crainte ! » : quelles sont ces craintes ? Nous pourrions avoir peur de cette « invasion » de Dieu qui vient s’incarner dans nos vies. Vient-il prendre notre personnalité, notre liberté, notre individualité ? Si parfois nous avons cette peur, nous pouvons contempler Marie. Dieu ne vient pas lui enlever quelque chose, mais lui offrir ce qui lui correspond pleinement. Dieu veut notre bien, il nous veut libres selon la liberté des enfants de Dieu. Pas une liberté enchaînée à nos caprices, mais celle qui nous rend capables de construire ce que nous désirons vraiment.
    Une autre peur qui peut nous habiter est l’ampleur de la mission que Dieu vient nous confier. Le mariage, la vie consacrée, éduquer des enfants, les différents services à l’Église et à la société : serai-je à la hauteur de ce que Dieu me demande ? Là aussi Marie nous répond, elle à qui Dieu a demandé d’éduquer son propre fils, le Sauveur du monde. Marie n’était certainement pas à la hauteur d’une telle mission, mais elle a dit « oui » avec simplicité. La clef de la réussite de notre vocation n’est pas notre protagonisme mais l’humble certitude que Dieu peut faire des miracles en nous.
  3. « Voici la servante du Seigneur ; que tout m’advienne selon ta parole . »
    Marie écoute et médite la Parole de Dieu dans son cœur et ensuite elle la reçoit dans son sein, le Verbe fait chair. C’est la disponibilité de notre cœur qui ouvre la porte à l’action de Dieu dans notre vie. Dieu ne vient pas résoudre nos problèmes, mais il permet qu’ils deviennent un chemin de croissance. Il ne change pas notre quotidien mais fait que le quotidien devienne l’occasion de vivre l’extraordinaire : l’aventure de l’amour incarné de Dieu. Dans la vie ordinaire « l’ange nous quitte », comme à la fin de cet Évangile, et nous ne sommes plus devant l’évidence du surnaturel. Et pourtant ce n’est plus un ange, mais Dieu lui-même, Jésus incarné, qui est présent dans le sein de Marie et en chacun de nos cœurs.

Dialogue avec le Christ

Jésus, il y a deux mille ans, tu as pris chair dans le sein de la Vierge Marie. Tu as pris notre humanité pour que nous devenions fils de Dieu en toi. Viens demeurer en moi, inspire-moi, agis à travers moi, porte en moi des fruits de vie éternelle.

Résolution

Prendre conscience pendant la journée que le Christ veut agir en moi pour faire le bien dans le monde.

Frère Melchior Poisson, LC

Méditations : Regnum Christi
Texte de l’Évangile et informations liturgiques : © AELF – Paris – Tous droits réservés