| | |

« Voici l’Agneau de Dieu, qui enlève le péché du monde »

Dimanche 15 janvier 2023

2e dimanche du Temps Ordinaire

Couleur liturgique : vert

Évangile selon saint Jean 1, 29-34

En ce temps-là, voyant Jésus venir vers lui, Jean le Baptiste déclara : « Voici l’Agneau de Dieu, qui enlève le péché du monde ; c’est de lui que j’ai dit : L’homme qui vient derrière moi est passé devant moi, car avant moi il était. Et moi, je ne le connaissais pas ; mais, si je suis venu baptiser dans l’eau, c’est pour qu’il soit manifesté à Israël. » Alors Jean rendit ce témoignage : « J’ai vu l’Esprit descendre du ciel comme une colombe et il demeura sur lui. Et moi, je ne le connaissais pas, mais celui qui m’a envoyé baptiser dans l’eau m’a dit : ‘Celui sur qui tu verras l’Esprit descendre et demeurer, celui-là baptise dans l’Esprit Saint.’ Moi, j’ai vu, et je rends témoignage : c’est lui le Fils de Dieu. »

Prière

Viens, Esprit-Saint, dans ma vie, dans mon intelligence, dans ma mémoire et mon affectivité.

Demande

Ranime en moi les grâces de mon baptême, Seigneur !

Réflexion

  1. « Voyant Jésus venir vers lui (…) Et moi je ne le connaissais pas (…) et je rends témoignage. »
    Ici Jean le Baptiste semble quelque peu confus : il dit ne pas connaître Jésus, cependant leur première rencontre « in utero » l’a fait « tressaillir dans le sein » de sa mère Élisabeth. Et de nouveau, « en le voyant venir » il lui rend témoignage jusqu’à oser l’appeler « l’Agneau de Dieu, qui enlève le péché du monde. » Cette affirmation n’est-elle pas un peu audacieuse pour quelqu’un qui ne le connaît pas ? Peut-être !
    Sauf si nous parlons d’une connaissance qui nous vient de la foi, c’est le cas ici. De cette connaissance qui s’approche de l’intuition, de la certitude intérieure et que personne ne peut nous ravir. De cette connaissance qui nous permet d’avancer dans la vie, même si nous sommes conscients que le « risque zéro » n’en fait pas partie.
    Quelles connaissances intérieures habitent-elles dans ma vie ? Ma foi ? Quelles sont les certitudes de vie sur lesquelles je m’appuie, même si je ne suis pas capable de les expliquer dans le détail, mais qui font partie de moi ?
  2. « Celui qui m’a envoyé baptiser (…) »
    À l’heure où il parle et nous livre un témoignage sur la personne de Jésus, Jean le Baptiste a déjà tout un parcours de vie. Il est connu pour se vêtir de poils de chameaux, se nourrir de sauterelles sauvages et vivre avec la communauté des Esséniens dans le désert. Il est peut-être le seul à tenir tête à Hérode et Hérodiade. On découvre en lui une grande liberté intérieure et une force de caractère. Cette liberté d’esprit, ce détachement face à sa propre réputation, ne vient-elle pas du fait qu’il se sait investi d’une mission ?
    De quelle mission suis-je investi en tant que baptisé ? Et selon l’état de vie dans lequel le Seigneur me trouve actuellement ? Suis-je conscient que par mon baptême je reçois une mission, moi aussi ? Ou bien suis-je toujours en train de rechercher ailleurs une reconnaissance, une légitimité qui ne me satisfera jamais complètement ?

Dialogue avec le Christ

Dans mon dialogue avec le Seigneur, je peux chanter la parole d’Isaïe : « Ne crains pas, je suis ton Dieu, c’est moi qui t’ai choisi, appelé par ton nom. Tu as du prix à mes yeux et je t’aime, ne crains pas car je suis avec toi. »

Résolution

Qu’est-ce que les questions posées dans la méditation m’inspirent dans mon quotidien ? Y a-t-il un domaine de conversion à vivre ?

Chantal de Baillenx, consacrée de Regnum Christi
Contacter l’auteur

Méditations : Regnum Christi
Texte de l’Évangile et informations liturgiques : © AELF – Paris – Tous droits réservés