Année B | blanc | Méditation | Saint Jean

Un cadeau encore meilleur

Mardi 11 mai 2021

Sainte Estelle

Couleur liturgique : blanc

Évangile selon saint Jean 16, 5-11

En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples : « Je m’en vais maintenant auprès de Celui qui m’a envoyé, et aucun de vous ne me demande : “Où vas-tu ?” Mais, parce que je vous dis cela, la tristesse remplit votre cœur. Pourtant, je vous dis la vérité : il vaut mieux pour vous que je m’en aille, car, si je ne m’en vais pas, le Défenseur ne viendra pas à vous ; mais si je pars, je vous l’enverrai. Quand il viendra, il établira la culpabilité du monde en matière de péché, de justice et de jugement. En matière de péché, puisqu’on ne croit pas en moi. En matière de justice, puisque je m’en vais auprès du Père, et que vous ne me verrez plus. En matière de jugement, puisque déjà le prince de ce monde est jugé. »

Prière

Seigneur, envoie ton Esprit créateur et renouvelle en moi ta grâce. Que ton Esprit transforme en joie toute tristesse qui se trouve en mon cœur afin que je sois un témoin de ta lumière auprès des autres. Amen.

Demande

Donne-moi la grâce de ne pas me décourager dans les moment difficiles.

Reflexion

  1. Le Seigneur s’en va dans notre intérêt
    Après-demain nous célébrerons la fête de l’Ascension et quelques jours plus tard celle de la Pentecôte. Dans ce contexte liturgique, l’Évangile d’aujourd’hui nous offre le passage dans lequel Jésus annonce à ses disciples que son départ est proche, tout en leur promettant qu’il leur enverra son Esprit.
    Jésus arrive au terme de sa vie et doit s’en aller vers le Père. Il sait pertinemment que cette nouvelle va attrister ses disciples et ses mots le confirment : « la tristesse remplit votre cœur ». En effet, pour eux, Jésus est le Messie, ils ont tout laissé pour le suivre. Que vont-ils devenir sans lui ? Comment ne pas se mettre à la place des disciples et comprendre combien la perte d’une personne chère qui donne sens à notre vie peut être difficile.
    Cependant Jésus ne les a pas choisis pour les abandonner. Il ne laisse rien au hasard et, s’il s’en va, ce n’est pas sans raison. Les paroles de Jésus : « Il vaut mieux pour vous que je m’en aille », bien que surprenantes, en sont la preuve. Il s’agit avant tout d’une parole d’espérance et d’une promesse d’avenir pour ses apôtres. Mais c’est aussi un message pour tout chrétien, Jésus ne nous abandonne jamais même si parfois on a l’impression d’être laissés seuls.
    En effet Jésus doit s’en aller, il doit retourner auprès de son Père mais c’est pour nous offrir quelque chose d’encore mieux. Il veut nous donner son Esprit.
  2. Il enverra le Défenseur
    Il n’y a donc plus de motif à la tristesse. Le cadeau que Jésus nous laisse est immense, il fait don de son Esprit qu’il appelle le Défenseur. C’est lui qui non seulement nous défend du mal mais nous inspire et illumine toute notre vie. Il est aussi le sanctificateur qui nous guide sur le droit chemin. Et c’est cet Esprit que nous recevons le jour de notre baptême et que nous célébrons le jour de la Pentecôte.
    Ce texte nous enseigne donc que Jésus donne toujours plus que ce que nous demandons ou que nous pouvons espérer. Même s’il est vrai qu’il s’en est allé, il ne nous a pas laissés seuls. En effet il nous a non seulement donné son Esprit mais il est resté présent parmi nous dans l’Eucharistie. Renouvelons notre confiance totale en Dieu car il ne nous abandonne jamais et ne nous laissera jamais tomber. Il est toujours à nos côtés pour nous donner le meilleur et dépassera toujours nos espérances.

Dialogue avec le Christ

Seigneur, apprends-moi à te faire confiance même lorsque je ne sens pas ta présence et que je me sens seul. Tu es toujours avec moi, tu es à mes côtés et tu me donnes toujours ce dont j’ai besoin même quand je ne le demande pas. Merci, Seigneur !

Résolution

Prendre un moment ce soir afin de remercier le Seigneur pour tous les bienfaits qu’il m’a accordés pendant la journée.

 Frère Jean-Baptiste Ribes, LC

Méditations : Regnum Christi
Texte de l’Évangile et informations liturgiques : © AELF – Paris – Tous droits réservés