| | |

Trouver sa joie dans la loi de Dieu

Mardi 16 janvier 2024

Saint Honorat

Couleur liturgique : vert

Évangile selon saint Marc 2, 23-28

Un jour de sabbat, Jésus marchait à travers les champs de blé ; et ses disciples, chemin faisant, se mirent à arracher des épis. Les pharisiens lui disaient : « Regarde ce qu’ils font le jour du sabbat ! Cela n’est pas permis. » Et Jésus leur dit : « N’avez-vous jamais lu ce que fit David, lorsqu’il fut dans le besoin et qu’il eut faim, lui-même et ceux qui l’accompagnaient ? Au temps du grand prêtre Abiatar, il entra dans la maison de Dieu et mangea les pains de l’offrande que nul n’a le droit de manger, sinon les prêtres, et il en donna aussi à ceux qui l’accompagnaient. » Il leur disait encore : « Le sabbat a été fait pour l’homme, et non pas l’homme pour le sabbat. Voilà pourquoi le Fils de l’homme est maître, même du sabbat. »

Prière

Seigneur, ta parole est vérité. Tu me donnes des lois et des commandements pour mon bien et non pas pour mon malheur. Je veux écouter ta loi, Seigneur, et la faire mienne. Donne-moi de voir, comme tu les vois, le bien et le beau dans toutes les circonstances de ma vie.

Demande

Comprendre un peu mieux la loi du Seigneur.

Réflexion

  1. La lecture d’aujourd’hui est un passage du début de l’Évangile selon saint Marc. Dans le récit de cet Évangile, Jésus n’a même pas encore investi les douze apôtres, il a seulement commencé sa prédication et déjà réalisé quelques miracles. Pourtant, le voilà déjà dans une deuxième polémique avec les scribes et les pharisiens. Ceux-ci l’ont d’abord accusé de blasphème puisqu’il affirmait qu’il pouvait pardonner les péchés, et maintenant ils lui reprochent une première fois de ne pas respecter le sabbat. La suite de l’Évangile verra se renouveler ce genre de confrontations. Nous ne sommes donc qu’au chapitre 2 de l’Évangile de saint Marc mais déjà dans le vif du sujet.   
  2. Ce passage est souvent utilisé pour relativiser les commandements jugés un peu trop rigides de la religion. Il faut cependant ne pas oublier un élément. Pour les Juifs, le sabbat n’est pas un point de détail des commandements divins. C’est un élément essentiel et constitutif de leur nation. Dans le livre des Macchabés de l’Ancien Testament, nous voyons les Juifs persécutés et mis à mort parce qu’ils voulaient rester fidèles au sabbat. Ce sont des martyrs qui sont la gloire d’Israël. Un bon Juif doit respecter scrupuleusement le sabbat. On peut donc comprendre l’insistance des scribes et des pharisiens sur ce sujet.
  3. Jésus nous a lui-même dit dans l’Évangile qu’il n’est pas venu pour abolir la loi. Tout d’abord, il faut se souvenir que Jésus est Dieu et que s’il voulait ne pas se soumettre à la loi il le pouvait. Pourtant, dans de nombreuses circonstances, nous voyons plutôt un Jésus qui respecte tous les commandements de la loi. Jésus veut purifier ici le sabbat et lui rendre son sens original, son sens premier et religieux. Il faut que le peuple juif comprenne le sens profond du sabbat et ne le vive pas comme une tradition rigoriste qui vient de ancêtres. C’est un moment de repos pour prendre du temps avec Dieu, pour affermir notre relation avec le Christ.
    Nous pouvons nous demander comment nous vivons les commandements de la foi. Est-ce par habitude que nous obéissons ou avec une réelle conviction.

Dialogue avec le Christ

Seigneur, viens changer mon cœur. Donne-moi une véritable volonté de suivre tes lois par amour pour toi et avec la profonde conviction qu’elles sont le chemin vers le bonheur. Que ta loi soit un moyen de te rencontrer avec plus de ferveur.

Résolution

Accomplir une bonne action aujourd’hui avec la conscience que c’est le chemin de mon bonheur.

Frère Jérôme Dejoie, LC
Contacter l’auteur

Méditations : Regnum Christi
Texte de l’Évangile et informations liturgiques : © AELF – Paris – Tous droits réservés