Toute la semaine

  • Vivre en ressuscité vendredi, 20 mai 2022

    Vendredi 20 mai 2022

    Saint Bernardin de Sienne, prêtre

    Couleur liturgique : blanc

    Évangile selon saint Jean 15, 12-17

    En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples : « Mon commandement, le voici : Aimez-vous les uns les autres comme je vous ai aimés. Il n’y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ceux qu’on aime. Vous êtes mes amis si vous faites ce que je vous commande. Je ne vous appelle plus serviteurs, car le serviteur ne sait pas ce que fait son maître ; je vous appelle mes amis, car tout ce que j’ai entendu de mon Père, je vous l’ai fait connaître. Ce n’est pas vous qui m’avez choisi, c’est moi qui vous ai choisis et établis afin que vous alliez, que vous portiez du fruit, et que votre fruit demeure. Alors, tout ce que vous demanderez au Père en mon nom, il vous le donnera. Voici ce que je vous commande : c’est de vous aimer les uns les autres. »

    Prière

    Je te rends grâce, Trinité Sainte, pour l’amour que tu es et au sein duquel tu m’accueilles.  

    Demande

    Seigneur, donne-moi d’accueillir pleinement ton amour.  

    Réflexion

    1. Un appel impossible
      Accomplir ce premier et ultime commandement de Jésus semblerait une tâche surhumaine, digne d’admiration mais impossible à imiter. Peut-être en lisant ces versets ce matin, avons-nous encore des réticences et gardons-nous une certaine distance vis-à-vis de ces paroles de Jésus. Dans ce temps de méditation, peut-être le premier pas serait-il de demander au Seigneur qu’il nous rende capable d’entendre maintenant son commandement nouveau : vous, mes disciples, aujourd’hui, aimez-vous de la même manière que moi, Jésus, je vous aime.
    2. Se savoir aimé
      Ce commandement est possible car il n’est pas un commandement individuel. Jésus ne dit pas : « Aime tout le monde comme je t’aime ». Aimez-vous déjà en communauté chrétienne, en communauté de disciples : que chacun donne et reçoive l’amour des uns des autres, et que cet amour soit de Dieu, à l’image de la Trinité. Comment est-ce que je reçois l’amour de ceux qui sont autour de moi ? Comment est-ce que je le donne, de façon concrète, avec les nom et prénom ? 
    3. Tous appelés
      Nous sommes appelés à une grande vocation, précise Jésus dans l’Évangile : la vocation d’être aimé et d’aimer à notre tour. « C’est moi qui vous ai choisis et établis afin que vous alliez, que vous portiez du fruit, et que votre fruit demeure. » Voici le fruit que Jésus désire de nous aujourd’hui : non le goût des grandes œuvres, mais un amour qui se fait accueil, compassion, respect, patience, ouverture.

    Dialogue avec le Christ

    Seigneur, comment est-ce que j’expérimente aujourd’hui ton amour pour moi ? Comment puis-je aimer à ton image et à ta ressemblance ?

    Résolution

    Poser un acte d’amour envers quelqu’un de mon entourage, en me remémorant l’amour que j’ai reçu de Dieu sans que j’en sois digne. L’en remercier.

    Sarah Cleary, consacrée de Regnum Christi
    Contacter l’auteur

    Méditations : Regnum Christi
    Texte de l’Évangile et informations liturgiques : © AELF – Paris – Tous droits réservés


  • « Vous n’appartenez pas au monde, puisque je vous ai choisis en vous prenant dans le monde » samedi, 21 mai 2022

    Samedi 21 mai 2022

    Saint Christophe Magallanès, prêtre, et ses compagnons, martyrs

    Couleur liturgique : blanc

    Évangile selon saint Jean 15, 18-21

    En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples : « Si le monde a de la haine contre vous, sachez qu’il en a eu d’abord contre moi. Si vous apparteniez au monde, le monde aimerait ce qui est à lui. Mais vous n’appartenez pas au monde, puisque je vous ai choisis en vous prenant dans le monde ; voilà pourquoi le monde a de la haine contre vous. Rappelez-vous la parole que je vous ai dite : un serviteur n’est pas plus grand que son maître. Si l’on m’a persécuté, on vous persécutera, vous aussi. Si l’on a gardé ma parole, on gardera aussi la vôtre. Les gens vous traiteront ainsi à cause de mon nom, parce qu’ils ne connaissent pas Celui qui m’a envoyé. »

    Prière

    Me voici, Seigneur, je viens t’écouter. Que ta Parole aujourd’hui vienne lire le fond de mon cœur et me révéler qui je suis.

    Demande

    Jésus, enseigne-moi à vivre selon l’Évangile et non selon le monde, à mourir pour donner du fruit.

    Réflexion

    1. Dans cet Évangile Jésus présente le monde comme une réalité négative. Le terme « monde » dans la Bible a plusieurs sens. Lors du récit de la création il est présenté comme l’œuvre de Dieu, bénie par Dieu lui-même qui en constate la bonté. L’Ancien Testament ne défend pas une opposition entre un monde « matériel » et un autre « spirituel », car la création elle-même est perçue comme pétrie de l’Esprit de Dieu créateur. Les Grecs en revanche opposaient le monde divin des idées au monde corruptible de la matière. Pour s’élever l’homme devait rejeter les apparences du monde sensible pour contempler les vérités éternelles. Pour les chrétiens, non seulement la matière est une création divine, un don gratuit et bon, mais Dieu lui-même s’y est incarné. La création, le travail, le corps sont donc des bénédictions de Dieu, des chemins de communion vers lui et vers nos frères.
    2. « Si le monde a de la haine contre vous, sachez qu’il en a eu d’abord contre moi. »
      Comment devons-nous donc interpréter ces paroles de Jésus ? Le monde serait-il devenu mauvais ? Jésus parle ici du monde corrompu par le péché, qui s’éloigne de Dieu. C’est le monde où les hommes se renferment sur eux-mêmes et ne se considèrent plus créatures ; comme un fœtus qui voudrait couper toute relation avec sa maman et finirait par en mourir. Depuis qu’Adam a rejeté Dieu, une goutte de poison est entrée dans le monde et a corrompu les relations des créatures entre elles et avec Dieu. C’est de ce monde-là dont parle Jésus, c’est-à-dire l’ensemble des attitudes humaines qui rejettent Dieu et les autres et renferment la personne sur elle-même. Ce monde-là attaque l’Église, la communauté des disciples du Christ : « Voilà pourquoi le monde a de la haine contre vous. »
    3. Mais ce monde n’est pas un cercle fermé, qui serait en-dehors de l’Église et l’attaquerait de l’extérieur, car nous retournerions alors à une conception dualiste de la création. Ce monde est le péché qui est présent en chaque homme, mais qui est l’antithèse de l’Église. C’est l’ivraie qui grandit avec le bon grain. L’esprit du monde attaque l’esprit de l’Église du Christ. Cette tendance contraire à Dieu s’exprime de mille manières dans nos sociétés, mais aussi dans notre propre cœur. Chaque fois que l’égoïsme, l’orgueil ou l’indifférence sont plus forts que le don de soi, l’esprit du monde persécute l’esprit du Christ. La lutte contre le « monde » est donc le combat de la croix. Il est déjà remporté par Jésus, seul manque notre oui ; c’est pourquoi nous sommes invités à y participer en laissant régner l’esprit du Christ dans nos vie et dans la société.

    Dialogue avec le Christ

    Merci, mon Dieu, pour cette journée et pour la liturgie d’aujourd’hui. Aide-moi à choisir aujourd’hui l’esprit du Christ et à rejeter les mensonges du monde, donne-moi la force de témoigner de la beauté d’être enfant de Dieu.

    Résolution

    Me rappeler cet Évangile pendant la journée.

    Père Melchior Poisson, LC
    Contacter l’auteur

    Méditations : Regnum Christi
    Texte de l’Évangile et informations liturgiques : © AELF – Paris – Tous droits réservés


  • « L’Esprit Saint vous fera souvenir de tout ce que je vous ai dit » dimanche, 22 mai 2022

    Dimanche 22 mai 2022

    6e dimanche de Pâques

    Couleur liturgique : blanc

    Évangile selon saint Jean 14, 23-29

    En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples : « Si quelqu’un m’aime, il gardera ma parole ; mon Père l’aimera, nous viendrons vers lui et, chez lui, nous nous ferons une demeure. Celui qui ne m’aime pas ne garde pas mes paroles. Or, la parole que vous entendez n’est pas de moi : elle est du Père, qui m’a envoyé. Je vous parle ainsi, tant que je demeure avec vous ; mais le Défenseur, l’Esprit Saint que le Père enverra en mon nom, lui, vous enseignera tout, et il vous fera souvenir de tout ce que je vous ai dit.
    Je vous laisse la paix, je vous donne ma paix ; ce n’est pas à la manière du monde que je vous la donne. Que votre cœur ne soit pas bouleversé ni effrayé. Vous avez entendu ce que je vous ai dit : Je m’en vais, et je reviens vers vous. Si vous m’aimiez, vous seriez dans la joie puisque je pars vers le Père, car le Père est plus grand que moi. Je vous ai dit ces choses maintenant, avant qu’elles n’arrivent ; ainsi, lorsqu’elles arriveront, vous croirez. »

    Prière

    Me voici, Seigneur, je te rends grâce pour la vie que tu me donnes, je te rends grâce pour cette nouvelle journée qui démarre et que je veux vivre en ta compagnie. Je te rends grâce de me donner la possibilité de passer un petit moment avec toi ce matin, je te rends grâce pour tout l’amour que tu as pour moi.

    Demande

    Seigneur, en ce sixième dimanche du temps pascal, nous préparons notre cœur à vivre l’Ascension et la Pentecôte. Aide-moi, pendant cette méditation, à mieux comprendre et aimer la Sainte Trinité, afin de me préparer à recevoir pleinement le Saint-Esprit.

    Réflexion

    1. « Si quelqu’un m’aime (…) »
      C’est à moi que Jésus s’adresse ici et c’est pour moi un appel et une question. Ainsi qu’il avait déjà demandé à saint Pierre : « M’aimes-tu ? » (Jn 21, 15), je peux répondre aussi : « Seigneur, toi tu sais tout, tu sais bien que je t’aime. » (Jn 21, 17) Mais avant cela, peut-être est-il bon que je m’interroge sur le fond de mon cœur : comment je t’aime, Seigneur ? Que fais-je de cette amitié que tu me proposes ? Est-ce que je prends, assez et régulièrement, le temps de laisser résonner ta Parole et ta présence au fond de mon cœur ? Est-ce que je cherche à t’aimer pour toi seulement, gratuitement, sans rechercher le plaisir de t’aimer ?
    2. « (…) mon Père l’aimera, nous viendrons vers lui et, chez lui, nous nous ferons une demeure. »  T’aimer Jésus, c’est croire qu’en toi Dieu a parlé et qu’ainsi, en écoutant ta Parole, j’accueille Dieu mon créateur. Mon amour pour toi, Seigneur, n’est qu’une réponse à l’amour que Dieu me porte, mais si petite soit ma réponse d’amour, Dieu fait irruption avec toute sa tendresse : « Si quelqu’un m’aime, il gardera ma parole ; mon Père l’aimera, nous viendrons vers lui et, chez lui, nous nous ferons une demeure. » 
      Ai-je conscience de pouvoir, par mon consentement, devenir demeure de Dieu, non seulement pour moi mais pour qu’il puisse, à travers moi, aimer le monde ? Quels sont les domaines de mon cœur et de ma vie que j’ai du mal à ouvrir à cet amour de Dieu ?
    3. « L’Esprit Saint que le Père enverra en mon nom, lui, vous enseignera tout, et il vous fera souvenir de tout ce que je vous ai dit. Je vous laisse la paix, je vous donne ma paix. »
      Il est bon peut-être de prendre profondément conscience en mon cœur que ce n’est qu’avec l’aide de l’Esprit Saint que je peux répondre à l’amour de Dieu et chercher à l’accueillir. Ce n’est qu’avec l’aide de l’Esprit Saint que je peux croire à la folie de la croix et de la Résurrection, ce n’est qu’avec l’aide de l’Esprit Saint que je peux accueillir cette paix que le Seigneur me laisse, ce n’est qu’avec l’aide de l’Esprit Saint que je peux entrer dans cet échange d’amour entre le Père et le Fils. « Il vaut mieux pour vous que je m’en aille, car, si je ne m’en vais pas, le Défenseur ne viendra pas à vous. » (Jn 16, 7) Viens, Esprit Saint, viens en mon cœur ! Fais grandir en moi la foi !

    Dialogue avec le Christ

    Tout cela me dépasse et dépasse mon intelligence humaine, tu le sais, Seigneur. Dieu ton père s’est révélé aux hommes dans sa Parole, comme « inconnu ». Mais toi, Seigneur, lors de ton passage sur la terre, tu nous as dit : « Moi, je suis le Chemin, la Vérité et la Vie. » (Jn 14, 6) Aide-moi, Seigneur, à préparer mon cœur à recevoir l’Esprit que tu veux m’envoyer afin de faire grandir ma foi. Aide-moi, Seigneur à préparer mon cœur à accueillir la paix que tu veux me donner et que je sache la partager autour de moi.

    Résolution

    Réciter régulièrement cette prière au Saint-Esprit :
    « Viens, Esprit Saint, emplir le cœur de tes fidèles et allumer en eux le feu de ton amour.
    Envoie ton Esprit créateur, et il se fera une création nouvelle et tu renouvelleras la face de la terre. Ô Dieu qui as instruit le cœur de tes fidèles par la lumière de l’Esprit Saint, donne-nous par ce même Esprit de comprendre et d’aimer ce qui est bien et de jouir toujours de ses consolations.
     »

    Nicole Guérin, membre de Regnum Christi
    Contacter l’auteur

    Méditations : Regnum Christi
    Texte de l’Évangile et informations liturgiques : © AELF – Paris – Tous droits réservés


  • « L’Esprit de vérité rendra témoignage en ma faveur » lundi, 23 mai 2022

    Lundi 23 mai 2022

    Saint Didier

    Couleur liturgique : blanc

    Évangile selon saint Jean 15, 26 à 16, 4a

    En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples : « Quand viendra le Défenseur, que je vous enverrai d’auprès du Père, lui, l’Esprit de vérité qui procède du Père, il rendra témoignage en ma faveur. Et vous aussi, vous allez rendre témoignage, car vous êtes avec moi depuis le commencement. Je vous parle ainsi, pour que vous ne soyez pas scandalisés. On vous exclura des assemblées. Bien plus, l’heure vient où tous ceux qui vous tueront s’imagineront qu’ils rendent un culte à Dieu. Ils feront cela, parce qu’ils n’ont connu ni le Père ni moi. Eh bien, voici pourquoi je vous dis cela : quand l’heure sera venue, vous vous souviendrez que je vous l’avais dit. »

    Prière

    Merci, Seigneur, pour ce Défenseur que tu nous envoies. Nous avons tant besoin de lui pour vivre de toi.

    Demande

    Ouvre notre cœur à tout ce que l’Esprit peut réaliser pour nous soutenir dans la foi. Permets que nous soyons accueillants envers l’Esprit de vérité, même lorsque sa présence bouscule nos idées reçues.

    Réflexion

    1. « Quand viendra le Défenseur, que je vous enverrai d’auprès du Père (…) »
      Jésus sait qu’il doit partir pour que ses disciples — et le monde — puissent croître d’une nouvelle vie dans l’Esprit. En nous envoyant le Défenseur, le Seigneur nous permet de vivre debout dans la foi.
    2. « (…) l’Esprit de vérité qui procède du Père, il rendra témoignage en ma faveur. »
      Tant que Jésus est physiquement avec ses disciples, ils prennent appui sur lui, sur sa présence physique. Mais Jésus doit mourir et ressusciter pour que nous puissions, à notre tour, ressusciter. Il envoie donc l’Esprit pour nous soutenir mais, pour accueillir ce soutien, nous devons croire qu’il procède du Père et ainsi de Jésus.
    3. « Et vous aussi, vous allez rendre témoignage. »
      Jésus croit que ses disciples, éclairés par l’Esprit, auront la force de maintenir leur foi en lui, même devant les pires supplices.

    Dialogue avec le Christ

    Seigneur, fais de moi, un disciple chaque jour plus aimant.

    Résolution

    Lorsque je dois prendre une décision difficile, je me tourne vers l’Esprit de vérité pour obtenir ses conseils et accueillir sa paix.

    Lyne Champoux, membre de Regnum Christi
    Contacter l’auteur

    Méditations : Regnum Christi
    Texte de l’Évangile et informations liturgiques : © AELF – Paris – Tous droits réservés


  • Un cadeau encore meilleur mardi, 24 mai 2022

    Mardi 24 mai 2022

    Saints Donatien et Rogatien

    Couleur liturgique : blanc

    Évangile selon saint Jean 16, 5-11

    En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples : « Je m’en vais maintenant auprès de Celui qui m’a envoyé, et aucun de vous ne me demande : “Où vas-tu ?” Mais, parce que je vous dis cela, la tristesse remplit votre cœur. Pourtant, je vous dis la vérité : il vaut mieux pour vous que je m’en aille, car, si je ne m’en vais pas, le Défenseur ne viendra pas à vous ; mais si je pars, je vous l’enverrai. Quand il viendra, il établira la culpabilité du monde en matière de péché, de justice et de jugement. En matière de péché, puisqu’on ne croit pas en moi. En matière de justice, puisque je m’en vais auprès du Père, et que vous ne me verrez plus. En matière de jugement, puisque déjà le prince de ce monde est jugé. »

    Prière

    Seigneur, envoie ton Esprit créateur et renouvelle en moi ta grâce. Que ton Esprit transforme en joie toute tristesse qui se trouve en mon cœur afin que je sois un témoin de ta lumière auprès des autres. Amen.

    Demande

    Donne-moi la grâce de ne pas me décourager dans les moment difficiles.

    Réflexion

    1. Le Seigneur s’en va dans notre intérêt
      Après-demain nous célébrerons la fête de l’Ascension et quelques jours plus tard celle de la Pentecôte. Dans ce contexte liturgique, l’Évangile d’aujourd’hui nous offre le passage dans lequel Jésus annonce à ses disciples que son départ est proche, tout en leur promettant qu’il leur enverra son Esprit.
      Jésus arrive au terme de sa vie et doit s’en aller vers le Père. Il sait pertinemment que cette nouvelle va attrister ses disciples et ses mots le confirment : « la tristesse remplit votre cœur ». En effet, pour eux, Jésus est le Messie, ils ont tout laissé pour le suivre. Que vont-ils devenir sans lui ? Comment ne pas se mettre à la place des disciples et comprendre combien la perte d’une personne chère qui donne sens à notre vie peut être difficile.
      Cependant Jésus ne les a pas choisis pour les abandonner. Il ne laisse rien au hasard et, s’il s’en va, ce n’est pas sans raison. Les paroles de Jésus : « Il vaut mieux pour vous que je m’en aille », bien que surprenantes, en sont la preuve. Il s’agit avant tout d’une parole d’espérance et d’une promesse d’avenir pour ses apôtres. Mais c’est aussi un message pour tout chrétien, Jésus ne nous abandonne jamais même si parfois on a l’impression d’être laissés seuls. En effet Jésus doit s’en aller, il doit retourner auprès de son Père mais c’est pour nous offrir quelque chose d’encore mieux. Il veut nous donner son Esprit.
    2. Il enverra le Défenseur
      Il n’y a donc plus de motif à la tristesse. Le cadeau que Jésus nous laisse est immense, il fait don de son Esprit qu’il appelle le Défenseur. C’est lui qui non seulement nous défend du mal mais nous inspire et illumine toute notre vie. Il est aussi le sanctificateur qui nous guide sur le droit chemin. Et c’est cet Esprit que nous recevons le jour de notre baptême et que nous célébrons le jour de la Pentecôte.
      Ce texte nous enseigne donc que Jésus donne toujours plus que ce que nous demandons ou que nous pouvons espérer. Même s’il est vrai qu’il s’en est allé, il ne nous a pas laissés seuls. En effet il nous a non seulement donné son Esprit mais il est resté présent parmi nous dans l’Eucharistie. Renouvelons notre confiance totale en Dieu car il ne nous abandonne jamais et ne nous laissera jamais tomber. Il est toujours à nos côtés pour nous donner le meilleur et dépassera toujours nos espérances.

    Dialogue avec le Christ

    Seigneur, apprends-moi à te faire confiance même lorsque je ne sens pas ta présence et que je me sens seul. Tu es toujours avec moi, tu es à mes côtés et tu me donnes toujours ce dont j’ai besoin même quand je ne le demande pas. Merci, Seigneur !

    Résolution

    Prendre un moment le soir afin de remercier le Seigneur pour tous les bienfaits qu’il m’a accordés pendant la journée.

    Frère Jean-Baptiste Ribes, LC
    Contacter l’auteur

    Méditations : Regnum Christi
    Texte de l’Évangile et informations liturgiques : © AELF – Paris – Tous droits réservés


  • La vérité tout entière mercredi, 25 mai 2022

    Mercredi 25 mai 2022

    Saint Bède le Vénérable, prêtre et docteur de l’Église ; saint Grégoire VII, pape ; sainte Marie-Madeleine de Pazzi, vierge

    Couleur liturgique : blanc

    Évangile selon saint Jean 16, 12-15

    En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples : « J’ai encore beaucoup de choses à vous dire, mais pour l’instant vous ne pouvez pas les porter. Quand il viendra, lui, l’Esprit de vérité, il vous conduira dans la vérité tout entière. En effet, ce qu’il dira ne viendra pas de lui-même : mais ce qu’il aura entendu, il le dira ; et ce qui va venir, il vous le fera connaître. Lui me glorifiera, car il recevra ce qui vient de moi pour vous le faire connaître. Tout ce que possède le Père est à moi ; voilà pourquoi je vous ai dit : L’Esprit reçoit ce qui vient de moi pour vous le faire connaître. »

    Prière

    Seigneur, au début de ce temps de méditation, je veux me recueillir afin de te prêter toute mon attention. Tu es la personne la plus importante dans ma vie et je veux donner à ces quelques minutes de prière l’importance qu’elles méritent. Accorde-moi d’être attentif à ce que tu veux me dire et aide-moi à le mettre en pratique dans ma vie.
    Marie, ma bonne Mère, nous achevons ce mois qui t’es dédié. Je veux mettre entre tes mains cette méditation et cette journée. Aide-moi à recevoir la Parole de Dieu comme tu l’as reçue. Enseigne-moi à lui donner plus de place dans ma vie comme tu l’as laissée germer et grandir en toi.

    Demande

    Seigneur, accorde-moi l’humilité et la confiance nécessaires pour accepter la vie divine que tu me donnes.

    Réflexion

    1. « J’ai encore beaucoup de choses à vous dire, mais pour l’instant vous ne pouvez pas les porter. »
      Comme cela nous fait du bien lorsque le Christ se met à notre place ! Il sait que nous sommes faibles et il nous le dit. Mais sa voix ne manifeste pas de reproches, ni d’exaspération. C’est la voix paternelle qui aime ses enfants avec leurs petitesses et leurs faiblesses. C’est une voix patiente, qui sait attendre que nous soyons prêts. C’est une voix pleine d’espérance, qui nous fait sentir que l’attente n’est que pour un instant.
      Aussi, le Christ ne met pas l’emphase sur nos limitations, mais bien sur le don qu’il veut nous faire. C’est par cela qu’il commence. Il nous fait désirer premièrement ce « beaucoup de choses », ce torrent de sa Parole, pour seulement par la suite nous montrer la petitesse du vase qui ne peut pas encore le contenir. Il nous invite ainsi à dilater notre cœur pour pouvoir accueillir cette surabondance de vie.
    2. « Quand il viendra, lui, l’Esprit de vérité, il vous conduira dans la vérité tout entière. »
      Devant notre petitesse, le Christ ne nous abandonne pas à nous-mêmes. Au contraire, il nous promet tout de suite de nous envoyer celui qui nous conduits à la plénitude de la vie. Il nous dit que nous ne devons pas nous préoccuper si nous ne sommes pas encore les saints qu’il nous appelle à être, si nous ne sommes pas encore son image pour le monde, si sa grâce ne resplendit pas encore avec toute sa force dans notre vie. Il en est bien conscient. Il sait que nous avons besoin de plus de temps. Et pour nous permettre de continuer la route sans nous décourager, il nous promet son Esprit. C’est lui qui nous accompagne, qui nous conduit, jour après jour, afin que nous puissions devenir une source d’eau vive. C’est en lui que nous mettons notre confiance.
    3. « Tout ce que possède le Père est à moi ; voilà pourquoi je vous ai dit : L’Esprit reçoit ce qui vient de moi pour vous le faire connaître. »
      Avec les dernières phrases de ce passage, le Christ soulève discrètement le voile de ces « beaucoup de choses », de cette « vérité tout entière » que nous n’avons pas encore la force de porter. Il nous présente le mystère de la vie de Dieu, de sa vie. En Dieu, chaque Personne donne tout et reçoit tout : l’Esprit donne ce qu’il reçoit du Fils ; ce qui est du Père est aussi du Fils. Chaque Personne de la Trinité vit de ce don mutuel. Sa vie, c’est l’amour.
      Le Christ ne nous révèle pas seulement ce mystère pour qu’on le contemple et qu’on l’adore, mais aussi pour nous inviter à y participer. Il dit bien trois fois que l’Esprit nous fera connaître cette « vérité tout entière ». Cette vérité est bien plus qu’un savoir intellectuel ! C’est une vérité qui donne vie, qui est vie. C’est la relation d’amour de celui qui vit de la vie de Dieu.

    Dialogue avec le Christ

    Seigneur Jésus, merci de me révéler le mystère de ta vie divine. Je te fais confiance. Devant ma petitesse et mes limitations que je constate chaque jour, je ne me décourage pas. Au contraire, elles me poussent à lever mes yeux vers toi. Envoie ton Esprit Saint ! Qu’il ouvre et dilate mon cœur ! Qu’il m’enseigne la vérité tout entière de l’amour du Père !

    Résolution

    Aujourd’hui, partager l’amour que Dieu me donne en offrant avec joie un petit service qui me coûte.

    Frère André Blanchette, LC
    Contacter l’auteur

    Méditations : Regnum Christi
    Texte de l’Évangile et informations liturgiques : © AELF – Paris – Tous droits réservés


  • Une part de l’homme dans le cœur de Dieu jeudi, 26 mai 2022

    Jeudi 26 mai 2022

    Ascension du Seigneur

    Couleur liturgique : blanc

    Évangile selon saint Luc 24, 46-53

    Il leur dit : « Ainsi est-il écrit que le Christ souffrirait, qu’il ressusciterait d’entre les morts le troisième jour, et que la conversion serait proclamée en son nom, pour le pardon des péchés, à toutes les nations, en commençant par Jérusalem. À vous d’en être les témoins. Et moi, je vais envoyer sur vous ce que mon Père a promis. Quant à vous, demeurez dans la ville jusqu’à ce que vous soyez revêtus d’une puissance venue d’en haut. » Puis Jésus les emmena au dehors, jusque vers Béthanie ; et, levant les mains, il les bénit. Or, tandis qu’il les bénissait, il se sépara d’eux et il était emporté au ciel. Ils se prosternèrent devant lui, puis ils retournèrent à Jérusalem, en grande joie. Et ils étaient sans cesse dans le Temple à bénir Dieu.

    Prière

    Jésus-Christ, tu as tout donné et tout obtenu pour moi. Aujourd’hui, tu retournes au Père et je me réjouis avec toi et pour toi. Permets-moi maintenant d’avoir un peu part à ta joie. Marie, apprends-moi à regarder vers le ciel, avec toi et les apôtres.

    Demande

    Seigneur, apprends-moi à t’adorer, à me prosterner, à t’aimer !

    Réflexion

    1. L’Incarnation : une part de Dieu dans le cœur de l’homme
      Aujourd’hui nous fêtons l’Ascension du Seigneur, une vraie marche triomphale de Jésus retournant au Père. Pour comprendre sa joie, je voudrais, avant tout, juste saisir pourquoi il a bien pu venir sur terre et se faire homme.
      Après la chute des premiers hommes, une faille s’est ouverte entre Dieu et l’homme. Le cordon ombilical entre le Créateur et sa créature a été rompu ; la créature ne pouvait plus prendre sa pleine mesure, le monde était devenu froid et sombre, nos cœurs durs et impitoyables, vides de Dieu.
      Alors, Jésus a pris la décision de descendre jusqu’à nous pour se faire l’un des nôtres et, de cette manière, par cette inimaginable humilité, rendre Dieu de nouveau présent au milieu des hommes. Oui, par le baptême, la vie de Dieu est déposée pour toujours dans le cœur de l’homme. Depuis, l’homme revit, il peut correspondre à ce à quoi il était destiné depuis le commencement : être à l’image de Dieu, rendre Dieu visible au monde.
    2. L’Ascension : une part de l’homme dans le cœur de Dieu
      Après sa mort héroïque et sa souffrance parfaitement détournée de lui-même, le Père l’a ressuscité. Maintenant il accueille son Fils dans un véritable cortège de gloire et toute la création déjà délivrée l’acclame dans la joie. Mais, pour Jésus, ce n’était pas suffisant. Il a tellement appris à aimer l’homme qu’il a voulu nous avoir près de lui – pas seulement un instant – mais pour toujours ; près de lui et même en lui. Avant cela Dieu était, si l’on peut dire, « seulement Dieu ». Cependant, depuis l’Ascension, du fait que Jésus retourne au Père, entre en Dieu en tant qu’homme, depuis ce moment, Dieu n’est pas « seulement Dieu », il est aussi « l’homme en Dieu ».
    3. Le baptême : ma voix dans le cœur de Dieu
      Depuis l’Ascension, mais plus spécialement depuis le jour de mon baptême, ma parole n’arrive pas seulement à l’oreille de Dieu, mais, lorsque j’appelle, Dieu m’entend du fond du cœur. Si je pleure, il sent mes larmes en lui-même, quand je ris ou me réjouis, ma voix a un écho à l’intime de lui-même. Ma parole est bien plus proche de Dieu que je ne l’imaginais !
      Je veux partir de cette certitude pour le louer et le glorifier de tout ce qu’il a fait de grand pour moi, lui rendre grâce pour ma vie et ma foi. Mais je ne le ferai pas que pour moi seul, je le ferai au nom de tous ceux qui ne savent, ne peuvent ou ne veulent pas le reconnaître et spécialement pour ceux qui me sont le plus proches.

    Dialogue avec le Christ

    Mon Seigneur et mon Dieu, je comprends bien que tu es bien plus proche que je n’aurais pu m’en douter et je ne peux encore croire totalement que tu entendes chacune de mes paroles, chacun de mes pleurs et de mes rires. Aujourd’hui je veux te louer et te glorifier, te remercier du fond du cœur et te dire au moins, avec mes pauvres mots, que je t’aime. Aujourd’hui, je veux aussi au nom de ma famille te louer et te glorifier !

    Résolution

    Aujourd’hui, je vais louer Dieu de la part de telle ou telle personne que je vais croiser dans la rue et qui, peut-être, ne connaît pas Dieu.

    Père Paul Habsburg, LC
    Contacter l’auteur

    Méditations : Regnum Christi
    Texte de l’Évangile et informations liturgiques : © AELF – Paris – Tous droits réservés