Année B | Méditation | Saint Marc | vert

« Tout quitter pour te suivre »

Mardi 25 mai 2021

Saint Bède le Vénérable, prêtre et docteur de l’Église ; saint Grégoire VII, pape ; sainte Marie-Madeleine de Pazzi, vierge

Couleur liturgique : vert

Évangile selon saint Marc 10, 28-31

Pierre se mit à dire à Jésus : « Voici que nous avons tout quitté pour te suivre. » Jésus déclara : « Amen, je vous le dis : nul n’aura quitté, à cause de moi et de l’Évangile, une maison, des frères, des sœurs, une mère, un père, des enfants ou une terre sans qu’il reçoive, en ce temps déjà, le centuple : maisons, frères, sœurs, mères, enfants et terres, avec des persécutions, et, dans le monde à venir, la vie éternelle. Beaucoup de premiers seront derniers, et les derniers seront les premiers. »

Prière

« Que dois-je faire pour avoir la vie éternelle ? » t’a demandé le jeune homme riche (Mc 10, 17-22). Il a observé la Loi depuis sa jeunesse mais il n’éprouve pas cette joie que tu promets à ceux qui se mettent à ta suite. Pour qu’il en soit ainsi, tu lui dis de tout vendre et de le distribuer aux pauvres. Le jeune est parti « tout triste parce qu’il avait de grands biens ». Pour avoir part à ton héritage, il ne suffit pas de renoncer aux biens matériels, il faut te suivre et te laisser purifier nos pensées, nos désirs, nos actes, te laisser nous sanctifier.

Demande

Ne permets pas, Seigneur, que le découragement me gagne. Seigneur, je ne possède vraiment pas grand-chose mais je vois bien que ce qui me retient loin de toi, c’est ma personne, mon « moi ». Il me faut le quitter, il me faut te l’offrir, il me faut « tout quitter pour te suivre ». Tu sais bien que je veux te suivre mais tu sais aussi le poids de tout ce qui m’empêche d’avancer jusqu’à toi.
Seigneur, donne-moi la force de ce que tu me demandes. Seigneur, tu sais bien que tout seul, c’est impossible, mais avec toi, si je sais vivre les purifications que tu me proposeras, alors ma vie sera porteuse de fruit pour ton Royaume !

Reflexion

  1. « Seigneur, nous avons tout quitté pour te suivre. »
    Pierre est généreux, toute sa vie est exemplaire mais pourtant, ici, il voudrait savoir quelle sera sa « récompense ». Sa question laisse-t-elle soupçonner sinon un manque de générosité, du moins un manque de gratuité ? C’est vrai que tu as souvent répété que l’ouvrier mérite son salaire, mais Pierre n’a peut-être pas encore bien saisi de quel « salaire » il était question. Nous avons « tout » donné, dit-il, alors que devons-nous attendre ?
    Tu sais bien, Seigneur, que j’ai encore bien du chemin à parcourir avant de me lancer complètement sur le chemin que tu me proposes. C’est vrai que, bien souvent, cette idée de gratuité n’est pas spontanée.
  2. « En vérité je vous le dis, nul n’aura quitté maisons, frères, sœurs (…) à cause de moi et à cause de l’Évangile (…) »
    Oui, il faut tout laisser et ne pas regarder en arrière. Mais tu ne demandes pas de tout quitter pour tout quitter, sur n’importe quel coup de tête. Il faut tout quitter à cause de toi et de l’Évangile pour te suivre et transmettre ton message de salut autour de nous. Ce que tu demandes de notre part, c’est une grande confiance en toi. Comme le jeune homme riche, nous sommes incapables de comprendre que le détachement demandé ne portera ses fruits que s’il est pour toi, pour te suivre toi et ton Évangile au milieu d’un monde qui semble ne pas avoir besoin de toi.
    Seigneur, cette gratuité que tu nous demandes est celle des héritiers que Dieu a élus depuis avant la fondation du monde.
  3. Ils recevront dès maintenant une grande quantité de frères et la vie éternelle dans le monde à venir : les premiers disciples, les premières communautés chrétiennes que nous décrivent les Actes des apôtres mettaient tout en commun et partageaient tout. Tu nous invites à faire partie de cette famille que tes apôtres et tes disciples ont rassemblée avec l’aide de l’Esprit Saint et sous la protection de Marie ta Mère. Cette communauté qui s’appelle l’Église qui fait de nous des frères et des sœurs en toi, devant Dieu le Père. Tu nous invites à partager avec tous ceux que tu choisis, avec les riches comme avec les pauvres : avec tous ceux qui sont appelés à devenir les enfants du Père. Oui, Seigneur, ceux qui écoutent ta Parole et la mettent en pratique, ceux qui espèrent et ont foi en ta parole, celle que tu as confiée à Marie ta Mère et qui est sous la protection de Joseph, son époux.
    À tes disciples, tu as aussi promis des « persécutions ». Les premiers chrétiens ont reçu la force de résister aux obstacles et aux persécutions : Jacques a été décapité, Étienne a été lapidé, Barthélemy a été dépecé, les missionnaires de tous les temps ont été martyrisés pour ton nom et pour ton Évangile et le Royaume est là.
    De nos jours, nous devons faire face aux idéologies, aux philosophies, aux autres religions. Il nous faut vivre courageusement les difficultés, totalement confiants en ta présence avec nous et en nous.

Dialogue avec le Christ

Seigneur, tu nous as mérité la vie éternelle, la vie avec Dieu, face à face. Celle que nous avions perdue par la faute d’Adam et Ève. Seigneur, ce n’est pas une « récompense » que nous avons méritée par nos propres efforts, sacrifices ou réalisations personnelles, mais notre héritage est filiation : nous sommes fils avec le Fils et cohéritiers avec toi. Seigneur, sur ton chemin, je veux me sentir dans ta main, totalement confiant en la réalisation de ta promesse : tu es un Dieu fidèle qui ne peut se renier lui-même !

Résolution

Réciter un Magnificat en me mettant sous la protection de Marie, ma Mère très vigilante et fidèle.

Cécile Beaure d’Augères, consacrée de Regnum Christi
Contacter l’auteur

Méditations : Regnum Christi
Texte de l’Évangile et informations liturgiques : © AELF – Paris – Tous droits réservés