| | |

« Si quelqu’un veut être le premier, qu’il soit le dernier de tous »

Mardi 21 février 2023

Saint Pierre Damien, docteur de l’Église

Couleur liturgique : vert

Évangile selon saint Marc 9, 30-37

En ce temps-là, Jésus traversait la Galilée avec ses disciples, et il ne voulait pas qu’on le sache, car il enseignait ses disciples en leur disant : « Le Fils de l’homme est livré aux mains des hommes ; ils le tueront et, trois jours après sa mort, il ressuscitera. » Mais les disciples ne comprenaient pas ces paroles et ils avaient peur de l’interroger. Ils arrivèrent à Capharnaüm, et, une fois à la maison, Jésus leur demanda : « De quoi discutiez-vous en chemin ? » Ils se taisaient, car, en chemin, ils avaient discuté entre eux pour savoir qui était le plus grand. S’étant assis, Jésus appela les Douze et leur dit : « Si quelqu’un veut être le premier, qu’il soit le dernier de tous et le serviteur de tous. » Prenant alors un enfant, il le plaça au milieu d’eux, l’embrassa, et leur dit : « Quiconque accueille en mon nom un enfant comme celui-ci, c’est moi qu’il accueille. Et celui qui m’accueille, ce n’est pas moi qu’il accueille, mais Celui qui m’a envoyé. »

Prière

Seigneur, je me mets en ta présence. Je te demande la grâce de faire silence, de m’accueillir tel que je suis à présent, d’accueillir tout ce qu’il y a en mon âme et de te l’offrir, de le mettre sous ta lumière. Je sais que tu m’aimes. Je sais que tout ce qui m’arrive et tout ce que je ressens est important pour toi, car tu m’aimes plus que moi-même. Donne-moi la grâce de me laisser aimer, regarder. C’est toi qui me guides. Conduis aussi ce moment de prière. Je veux simplement être un moment avec toi.

Demande

À l’approche du Carême qui va nous préparer au mystère de ta Passion, de ta mort et de ta Résurrection, Seigneur, ouvre mon cœur à tes paroles, à ton annonce, à ce que tu désires me transmettre. Comme les disciples, je suis lent à comprendre. Avec l’aide de ton Esprit, dans la prière, je veux me laisser instruire et transformer.

Réflexion

  1. Le cœur des disciples et leur cheminement laborieux à la suite de Jésus
    Dans ce passage de l’Évangile, je peux contempler le cœur de Jésus et le cœur des disciples et passer de l’un à l’autre ; là où je me sens appelé, ou là où je m’identifie avec la situation ou les personnages.
    On voit les disciples, un peu perdus, un peu confus. Non pas qu’ils se sentent eux-mêmes confus, mais parce qu’il y a une sorte de décalage entre eux et Jésus. Jésus leur annonce sa Passion prochaine, sa mort et sa Résurrection et eux ne comprennent pas. Pourquoi n’osent-ils pas lui demander plus d’explications ? Ils ne le connaissent peut-être pas suffisamment… Ils n’ont peut-être pas encore assez confiance… Ils voudraient peut-être que les choses se passent autrement ; que leur Messie n’agisse pas ainsi ; que ce qu’il annonce ne soit pas vrai…
    Ensuite, les disciples sont « pris » en train de discuter pour savoir qui est le plus grand. Lorsque Jésus les interroge, ils se taisent. On voit bien qu’il y a ici un grand décalage entre les disciples et Jésus. Un grand décalage entre ce que Jésus vient de leur annoncer et ce qui les préoccupe, eux…
    S’ils se taisent, c’est qu’ils ont bien une intuition, une perception de ce décalage ; mais il semble qu’il n’y ait pas de vraie transformation en eux. Il y a un pas qu’ils n’arrivent pas à franchir.
    Je peux me mettre dans le cœur des disciples. Il y a bien des choses que je ne comprends pas, moi non plus. Je veux suivre le Christ, mais parfois je n’ai pas confiance. Parfois, je voudrais que les choses se passent autrement, j’aurais aimé qu’il nous sauve autrement…
  2. Le cœur de Jésus et son désir d’instruire les disciples
    Jésus, dans ses années de ministère public, est toujours avec ses disciples. Là, il les prend à part. Il veut être seul avec eux pour leur transmettre quelque chose d’important. Il les a déjà préparés et il leur a déjà fait une première annonce de sa Passion. Il revient sur ce message. Il les prévient et les prépare : il sera livré, on le tuera. Puis il ressuscitera. Aussitôt, les disciples semblent passer à autre chose ; et discutent pour savoir qui est le plus grand d’entre eux… Jésus les reprend.
    Il ne se lasse pas de les instruire, de susciter leur conversion. Il appelle les douze et leur dit : « Si quelqu’un veut être le premier, qu’il soit le dernier de tous et le serviteur de tous. » Le Seigneur ne valorise pas la grandeur, mais le service. C’est ce qui est le plus cher à son cœur. Ainsi que les « derniers ». Ensuite il leur donne l’exemple d’un enfant : « Quiconque accueille en mon nom un enfant comme celui-ci, c’est moi qu’il accueille. »
    Il a dans son cœur les enfants. Il a dans son cœur que nous soyons accueillants. Il aimerait que nous sachions reconnaître dans les enfants, dans les derniers, Jésus lui-même. Il aimerait que ses disciples apprennent à l’accueillir, dans chaque enfant, dans chaque personne que l’on voit à la dernière place ; et qu’en l’accueillant ainsi on accueille Dieu le Père. C’est ainsi que lui nous accueille tous. Il voudrait nous faire comprendre aussi sa manière d’accomplir sa mission.
    Je contemple ton cœur, Jésus, et je veux comprendre et me laisser consoler par ceux que tu aimes.
  3. Confronter mes critères avec ceux du Christ
    À la fin de cette méditation, je peux confronter les critères des disciples avec ceux du Christ. Puis, mes propres critères avec ceux du Christ.
    Je peux relire aussi les autres annonces de la Passion dans l’Évangile de saint Marc (Mc 8, 31-33 et Mc 10, 32-34).

Dialogue avec le Christ

Jésus, tu as tant de choses à nous dire et à nous transmettre avant de retourner vers ton Père et notre Père. Je te remercie pour ta patience et ta tendresse. J’ai besoin de toi. J’ai besoin que tu me prennes par la main et que tu m’aides à chaque instant de ma vie quotidienne. J’aime ta manière d’être, j’aime tes critères, j’aime le don infini de toi-même pour toute l’humanité. Rends mon cœur semblable au tien !

Résolution

Avec la grâce de l’Esprit Saint, j’essaierai de changer mes critères, mes choix pour ceux du Christ. Je me préparerai à entrer demain en Carême dans cet état d’esprit.

Céline Cochin, consacrée de Regnum Christi
Contacter l’auteur

Méditations : Regnum Christi
Texte de l’Évangile et informations liturgiques : © AELF – Paris – Tous droits réservés