Année B | blanc | Méditation | Saint Jean

« Si quelqu’un reçoit celui que j’envoie, il me reçoit moi-même »

Jeudi 29 avril 2021

Sainte Catherine de Sienne, vierge et docteur de l’Église

Évangile selon saint Jean 13, 16-20

Après avoir lavé les pieds de ses disciples, Jésus parla ainsi : « Amen, amen, je vous le dis : un serviteur n’est pas plus grand que son maître, ni un envoyé plus grand que celui qui l’envoie. Sachant cela, heureux êtes-vous, si vous le faites. Ce n’est pas de vous tous que je parle. Moi, je sais quels sont ceux que j’ai choisis, mais il faut que s’accomplisse l’Écriture : Celui qui mange le pain avec moi m’a frappé du talon. Je vous dis ces choses dès maintenant, avant qu’elles n’arrivent ; ainsi, lorsqu’elles arriveront, vous croirez que moi, JE SUIS. Amen, amen, je vous le dis : si quelqu’un reçoit celui que j’envoie, il me reçoit moi-même ; et celui qui me reçoit, reçoit Celui qui m’a envoyé. »

Prière

Viens,  Seigneur ressuscité ! Envoie-moi ton Esprit Saint, ton Esprit de force, d’humilité et d’amour.

Demande

Seigneur Jésus, apprends-moi à être au service de mes frères.

Reflexion

  1. « Je sais quels sont ceux que j’ai choisis. »
    Jésus vient de laver les pieds de ses apôtres, ceux qu’il avait choisis. Ses apôtres sont précieux aux yeux de Jésus : il a prié pour eux, il a voulu leur révéler l’amour de son cœur d’une manière toute particulière. Il les a choisis, il les a aimés, il les a accompagnés, il a répondu à leurs questions. L’Évangile nous laisse voir que Jésus était proche d’eux et disponible pour parler avec eux. Il leur a tout donné, indépendamment de leurs réponses. Jésus est fidèle à ses promesses et à ses appels.
    Ces versets nous rappellent discrètement que dans le groupe des apôtres à qui Jésus a lavé les pieds, figurait celui qui allait devenir un traître. Jésus lui a lavé les pieds à lui aussi. Il lui a tout donné. Tel est l’amour miséricordieux du Seigneur : il s’agenouille devant toute personne faible, meurtrie par les addictions, la convoitise, la jalousie. « Ce ne sont pas les gens bien portants qui ont besoin du médecin, mais les malades. Je ne suis pas venu appeler des justes, mais des pécheurs. » (Mc 2, 17)
    Forts de cette confiance et de cette compassion, osons regarder en face notre propre faiblesse, nos addictions, nos jalousies… et laissons-nous laver les pieds par Jésus, afin qu’à notre tour nous puissions venir en aide dans notre entourage à ceux qui sombrent, eux aussi, dans la faiblesse.
  2. « Sachant cela, heureux êtes-vous, si vous le faites. »
    Nous nous trouvons dans le dernier grand discours de Jésus lors du repas du Jeudi Saint. Jésus vient de s’agenouiller devant ses disciples pour leur laver les pieds un à un. Il est bon de contempler cet évènement à la lumière du temps pascal : lui, « Mon maître et Seigneur », lui, le Créateur de tout l’univers ; lui, celui qui « est » ; lui, le Fils de Dieu mort et ressuscité pour moi, s’est agenouillé devant ses apôtres et leur a lavé les pieds, sans faire de différence. Ce geste en dit plus long que tout discours. Ce geste est devenu aussi pour un bon nombre de baptisés le fondement, la source et le sommet de leur charité. Et aujourd’hui, dans cet Évangile qui m’est donné, le Seigneur me dit : « Heureux es-tu, si tu le fais (toi aussi) ». À la suite de tant de chrétiens qui sont sortis d’eux-mêmes pour laver les pieds de leurs frères, quels pieds suis-je appelé à laver dans mon quotidien ?

Dialogue avec le Christ

Mon Seigneur et mon Dieu, toi qui es ! Viens poser ton regard sur moi aujourd’hui et donne-moi la grâce de poser à mon tour mon regard sur celui qui en aura le plus besoin.

Résolution

Donne-moi, Seigneur, de répondre à ton appel d’agir comme toi. Aujourd’hui, je tâcherai de me détacher de mon temps, de mes plans, pour être au service de mes frères.

Chantal de Baillenx, consacrée de Regnum Christi

Méditations : Regnum Christi
Texte de l’Évangile et informations liturgiques : © AELF – Paris – Tous droits réservés