| | | |

Saint Marc, sa vocation, sa mission et son Évangile

Jeudi 25 avril 2024

Saint Marc, évangéliste

Couleur liturgique : rouge

Évangile selon saint Marc 16, 15-20

En ce temps-là, Jésus ressuscité se manifesta aux onze Apôtres et leur dit : « Allez dans le monde entier. Proclamez l’Évangile à toute la création. Celui qui croira et sera baptisé sera sauvé ; celui qui refusera de croire sera condamné. Voici les signes qui accompagneront ceux qui deviendront croyants : en mon nom, ils expulseront les démons ; ils parleront en langues nouvelles ; ils prendront des serpents dans leurs mains et, s’ils boivent un poison mortel, il ne leur fera pas de mal ; ils imposeront les mains aux malades, et les malades s’en trouveront bien. » Le Seigneur Jésus, après leur avoir parlé, fut enlevé au ciel et s’assit à la droite de Dieu. Quant à eux, ils s’en allèrent proclamer partout l’Évangile. Le Seigneur travaillait avec eux et confirmait la Parole par les signes qui l’accompagnaient.

Prière

En ce jour de la fête de saint Marc, nous pouvons dédier ce temps de prière à méditer sur la personne de Marc, sa vocation, sa mission, son Évangile.
Fais-nous, Seigneur, connaître ton disciple, ton évangéliste. Comme lui, donne-nous la grâce de te connaître, de te suivre, de t’aimer et de t’annoncer par notre vie et notre amour. Seigneur, tu l’as aimé, guidé, inspiré. En regardant sa personne et sa vie, je découvre aussi comment ta grâce agit dans ma propre vie.

Demande

Seigneur, comme saint Marc, fais que je puisse te rencontrer, te parler, t’écouter, me laisser guider et inspirer. Fais que j’expérimente ton amour, ta Résurrection. Fais que ma vie se transforme en joie et en annonce de ta Bonne Nouvelle.

Réflexion

Prenons le temps, la Bible en main, de nous pencher sur les références du Nouveau Testament où il est question de Marc ; méditons sur ce que cela nous dit de sa personne.

  1. Jean ou Marc
    Parfois il est présenté avec les deux noms : un nom hébreux, Jean, et un nom romain, Marc (cf. Ac 12, 12).
    Marc était le cousin de Barnabé (cf. Col 4, 10).
    La mère de Marc, Marie, offrit sa maison de Jérusalem comme lieu de rencontre des chrétiens (Ac 12, 12). Certains pensent que le jeune homme, au Jardin des oliviers qui n’avait qu’un drap pour tout vêtement et que les soldats ont voulu saisir (cf. Mc 14, 51), est Marc car c’est le seul évangéliste à préciser ce détail.
    Il était très lié à Pierre, qui l’appelle « mon fils » (1 P 5, 13).
    Vers l’an 44, Barnabé emmène avec lui Marc de Jérusalem à Antioche. Paul était aussi avec eux (cf. Ac 12, 25).
    À Pergé en Pamphilie, Marc refuse de poursuivre la route et retourne à Jérusalem (Ac 13, 13). C’est pour cette raison que Paul ne souhaite plus l’avoir comme compagnon dans le second voyage missionnaire ; il se détache aussi de Barnabé qui insistait pour emmener son cousin (Ac 15, 36-40).
    Entre les années 61 et 63, Marc apparaît à Rome, aux côtés de Paul, prisonnier (Col 4, 10 ss ; Phm 24).
    La première Lettre de Pierre rappelle aussi ces dates à Rome (cf. 1 Pi 5, 13). Il a probablement dû voir les horreurs de la persécution initiée par Néron contre les chrétiens de Rome en 64 ainsi que le martyre de l’apôtre Pierre. Après la mort de Pierre, Marc retourne en Orient.
    Paul prie Timothée d’accompagner Marc à Rome (2 Tm 11). Il y retourna, mais on ne sait pas si c’est avant ou après le martyre de Paul. Il y termina son Évangile et le publia.
  2. « Commencement de l’Évangile de Jésus, Christ, Fils de Dieu. » (Mc 1, 1)>
    Après avoir contemplé la personne de Marc, nous pouvons nous arrêter sur cette phrase par laquelle il débute son Évangile. C’est Jésus, le Fils de Dieu, la Bonne Nouvelle qui a changé sa vie, et Marc veut nous la transmettre. Il ne veut pas seulement nous raconter des faits. Il veut nous faire entrer dans la joie. Nous pouvons lire en parallèle les versets de la première Lettre de saint Jean (1 Jn 1, 1-4).
  3. L’Évangile d’aujourd’hui est la fin de l’Évangile de Marc
    Nous pouvons nous arrêter et contempler ou Jésus dans sa gloire (cf. Mc 16, 19) ; ou la joie des disciples annonçant l’Évangile par tout la terre (cf. Mc 16, 20).

Dialogue avec le Christ

Seigneur, comme saint Marc, je veux t’aimer, je veux te suivre et t’annoncer. Quelle est mon expérience de toi ? Quelle est mon expérience de ta Résurrection ? Quelle est mon expérience de ton triomphe sur le péché et sur la mort ? De ta gloire ? Fais que je conserve tout cela en mon cœur et que ma vie annonce ta Bonne Nouvelle.

Résolution

Je prendrai du temps pour faire une lecture continue de l’Évangile de saint Marc.

Céline Cochin, consacrée de Regnum Christi
Contacter l’auteur

Méditations : Regnum Christi
Texte de l’Évangile et informations liturgiques : © AELF – Paris – Tous droits réservés