| | | |

« Qui est ma mère ? Qui sont mes frères ? »

Mardi 24 janvier 2023

Saint François de Sales, évêque et docteur de l’Église

Couleur liturgique : blanc

Évangile selon saint Marc 3, 31-35

En ce temps-là, comme Jésus était dans une maison, arrivent sa mère et ses frères. Restant au-dehors, ils le font appeler. Une foule était assise autour de lui ; et on lui dit : « Voici que ta mère et tes frères sont là dehors : ils te cherchent. » Mais il leur répond : « Qui est ma mère ? qui sont mes frères ? » Et parcourant du regard ceux qui étaient assis en cercle autour de lui, il dit : « Voici ma mère et mes frères. Celui qui fait la volonté de Dieu, celui-là est pour moi un frère, une sœur, une mère. »

Prière

Seigneur Jésus, je me mets en ta présence. Je viens à toi pour apprendre de toi en ce temps de prière et de méditation. Aide-moi à faire une expérience semblable à celle qu’ont vécu les personnes qui t’ont rencontré. Tu es mon Maître et mon Seigneur. Je veux apprendre de toi.

Demande

Seigneur, aide-moi à vivre pleinement ma vocation d’enfant de Dieu, en accomplissant chaque jour la volonté de ton Père céleste.

Réflexion

  1. Lorsque Jésus est né à Bethléem, certaines personnes, comme les bergers et les mages, l’ont accueilli avec foi et reconnaissance. D’autres, comme Hérode le Grand et ses soldats, ne l’ont pas accueilli. Au contraire, ils ont voulu l’assassiner. Mais, grâce à l’obéissance prompte de Joseph et de Marie à l’avertissement d’un ange, Jésus a échappé à cette tentative d’assassinat.
    « La lumière brille dans les ténèbres, et les ténèbres ne l’ont pas arrêté. » (Jn 1, 5) Depuis ce moment-là, Joseph et Marie ont évité de dévoiler l’identité divine de Jésus. En revenant de leur fuite en Égypte, après la mort d’Hérode, ils ne se sont pas installés à Bethléem, où Jésus aurait pu être reconnu. Ils sont allés vivre discrètement dans le petit village de Nazareth, où Jésus a mené la vie la plus normale possible, en ne révélant pas sa divinité, jusqu’à ce que son heure soit venue pour se manifester (cf. Jn 2, 4). Puisque Jésus n’avait accompli aucun acte surnaturel à Nazareth jusqu’à l’âge de 30 ans, il est normal que les gens de Nazareth aient du mal à croire ce qu’ils entendaient dire sur ses enseignements et ses miracles prodigieux. Voilà pourquoi, « Aucun prophète ne trouve un accueil favorable dans son pays. » (Lc 4, 24)
    Suis-je comme les gens de Nazareth, qui refusaient de croire les témoignages sur Jésus ?
  2. Quelques versets avant ce passage, Marc nous dit que « Les gens de chez lui (…) vinrent pour se saisir de [Jésus], car ils affirmaient : ‘’Il a perdu la tête.’’ » (Mc 3, 21) En trouvant Jésus continuellement entouré d’une foule de disciples, ils envoient donc un message pour lui demander de venir avec eux à l’écart de la foule. Les cousins (la mère des « frères de Jésus » était une autre Marie, femme de Clopas. Comparez Jn 19, 25 avec Mc 15, 40 et Mt 27, 56) de Jésus voulaient le ramener à Nazareth et l’empêcher d’exercer la mission d’évangélisation qu’il venait d’entreprendre. Leur plan était clairement opposé au plan de Dieu… et ils avaient même réussi à obliger Marie, la mère de Jésus à les accompagner. Jésus n’est pas allé à leur rencontre et la foule de disciples empêchait la famille de Jésus d’exécuter leur plan. Qu’ont-ils fait ? On ne le sait pas. Il se peut que certains d’entre eux soient partis pleins de colère, accusant Jésus de renier sa famille biologique. D’autres, comme la Vierge Marie, ont peut-être accueilli l’invitation de Jésus à faire la volonté de Dieu et devenir ainsi membres de la famille de Dieu.
    Et moi, est-ce que je donne plus d’importance aux désirs de ma famille biologique ou à la volonté de Dieu ?
  3. Jésus affirme que « celui qui fait la volonté de Dieu, celui-là est pour moi un frère, une sœur, une mère. » L’Évangile de Jean explique que le Fils de Dieu « est venu chez lui, et les siens ne l’ont pas reçu. Mais à tous ceux qui l’ont reçu, il a donné de pouvoir devenir enfants de Dieu ! » (Jn 1, 11-12)
    Quel immense cadeau nous est offert par la foi en Jésus ! Nous sommes appelés à devenir, comme lui, des enfants bien-aimés de Dieu ! Et cela fait de nous les frères et sœurs de Jésus. C’est un cadeau que nous ne méritons pas, mais que Jésus a mérité pour nous par l’offrande de sa vie sur la croix et par sa Résurrection.
    C’est pourquoi, Jésus, au matin de la Résurrection, a pu dire à Marie-Madeleine : « Va trouver mes frères pour leur dire que je monte vers mon Père et votre Père, vers mon Dieu et votre Dieu. » (Jn 20, 17)
    Suis-je conscient de la grandeur du don que Jésus m’offre en m’appelant à devenir enfant de Dieu et membre de sa famille ? Est-ce que je mets ma foi en Jésus ? Est-ce que je cherche à accomplir, avec lui, la volonté de Dieu le Père ?

Dialogue avec le Christ

Seigneur Jésus, merci de nous avoir invités à devenir des membres de ta famille. Merci d’avoir offert ta vie pour nous afin de nous libérer du pouvoir des ténèbres et nous faire renaître comme enfants bien-aimés de Dieu le Père. Aide-moi, Seigneur, à me détacher de mes propres interprétations et plans, ainsi que des projets de ceux qui vont à l’encontre de la volonté de Dieu. Aide-moi à connaître et à faire, avec toi, la volonté de Dieu le Père.

Résolution

Je demanderai la grâce de pouvoir renoncer à tout projet contraire à la volonté de Dieu, afin d’accomplir la volonté de mon Père qui est aux cieux.

Père Raymond Jubinville, LC
Contacter l’auteur

Méditations : Regnum Christi
Texte de l’Évangile et informations liturgiques : © AELF – Paris – Tous droits réservés