| | |

« Nous voudrions voir Jésus »

Dimanche 21 mars 2021

Cinquième dimanche de Carême

Évangile selon saint Jean 12, 20-33

En ce temps-là, il y avait quelques Grecs parmi ceux qui étaient montés à Jérusalem pour adorer Dieu pendant la fête de la Pâque. Ils abordèrent Philippe, qui était de Bethsaïde en Galilée, et lui firent cette demande : « Nous voudrions voir Jésus. » Philippe va le dire à André, et tous deux vont le dire à Jésus. Alors Jésus leur déclare : « L’heure est venue où le Fils de l’homme doit être glorifié. Amen, amen, je vous le dis : si le grain de blé tombé en terre ne meurt pas, il reste seul ; mais s’il meurt, il porte beaucoup de fruit. Qui aime sa vie la perd ; qui s’en détache en ce monde la gardera pour la vie éternelle. Si quelqu’un veut me servir, qu’il me suive ; et là où moi je suis, là aussi sera mon serviteur. Si quelqu’un me sert, mon Père l’honorera. Maintenant mon âme est bouleversée. Que vais-je dire ? “Père, sauve-moi de cette heure” ? – Mais non ! C’est pour cela que je suis parvenu à cette heure-ci ! Père, glorifie ton nom ! »
Alors, du ciel vint une voix qui disait : « Je l’ai glorifié et je le glorifierai encore. » En l’entendant, la foule qui se tenait là disait que c’était un coup de tonnerre. D’autres disaient : « C’est un ange qui lui a parlé. » Mais Jésus leur répondit : « Ce n’est pas pour moi qu’il y a eu cette voix, mais pour vous. Maintenant a lieu le jugement de ce monde ; maintenant le prince de ce monde va être jeté dehors ; et moi, quand j’aurai été élevé de terre, j’attirerai à moi tous les hommes. » Il signifiait par là de quel genre de mort il allait mourir.

Prière

Merci, Père, pour le don de la vie. Merci, Jésus, d’avoir donné ta vie pour moi. Merci, Esprit Saint, pour ta vie en moi.

Demande

Seigneur Jésus, fais que je connaisse les sentiments de ton Cœur et, qu’attiré par ta beauté, je marche à ta suite.

Réflexion

  1. « Nous voudrions voir Jésus. »
    Jésus me dit : les Grecs qui veulent me voir n’ont pas l’occasion de m’approcher, de me connaître. Ce sont des brebis qui ne font pas encore partie de ton même enclos mais que je mène avec autant d’amour que celles qui me connaissent déjà. Mon chemin – afin de tous vous rassembler en un même troupeau – n’est pas celui du succès aux yeux du monde mais celui de la gloire divine. Qu’est-ce que ma gloire et celle de mon Père si ce n’est montrer aux hommes qui je suis en réalité ? Que Dieu est amour ! Et que son amour est plus fort que ta mort et ton péché ! Le chemin est donc celui de vous aimer « jusqu’au bout », jusqu’à la mort et la mort en croix. 
  2. « Père, glorifie ton nom ! »
    Certes mon âme était troublée devant l’absurdité de la croix, les outrages, les abandons, les silences. Mais en même temps brillait en moi la lumière du Fils, ma confiance infaillible dans le Père, lui qui m’avait tout donné. À mon tour, c’était l’occasion de tout lui donner en tant qu’homme et de la part des hommes ; de glorifier son Nom comme jamais ; de proclamer sa fidélité devant les nations ; de montrer aux hommes que j’aime le Père et que je fais comme il me le commande (cf. Jn 14, 31). 
  3. « Quand j’aurai été élevé de terre, j’attirerai à moi tous les hommes. »
    La voilà, la mystérieuse fécondité du grain tombé en terre qui meurt, non pas pour rester seul, mais pour porter beaucoup de fruit. Désormais, je suis cause de salut pour celui qui est proche comme pour ceux qui sont plus éloignés. Élevé sur la croix, frappé au visage, couvert de crachats, couronné d’épine, je suis l’icône de la gloire de Dieu. Sauras-tu découvrir la beauté de cet amour qui est allé « jusqu’au bout » ? Sauras-tu te laisser attirer ? Marcher sur mes pas ? Te détacher de ce qui ne te donne pas la vie pour me servir comme j’ai servi mon Père ? Si tu me suis, alors tu seras avec moi à la droite du Père, et il t’honorera par une vie féconde, comme il le fit pour mon apôtre Philippe qui engendra à la foi l’eunuque du chemin de Gaza, attiré par la mystérieuse beauté du Serviteur souffrant d’Isaïe.

Dialogue avec le Christ

Ô Jésus, que la contemplation de ton offrande sur la croix purifie mon regard et mon cœur. Qu’elle me permette de voir ce qui est réellement important en cette vie. Qu’elle me fasse découvrir la vraie beauté, celle de l’amour pour Dieu et pour mon prochain, celle de l’obéissance au Père, de la confiance, de l’amitié, de la fidélité et de l’humilité.

Résolution

Quelle vertu m’attire-t-elle le plus dans la contemplation de Jésus en croix ? Chercher à accomplir un acte de cette vertu aujourd’hui. Le Christ veut la vivre en moi, me donner sa vie.

Frère Martin Baud, LC

Méditations : Regnum Christi
Texte de l’Évangile et informations liturgiques : © AELF – Paris – Tous droits réservés