Actualités | mission

Mission Dieppe 2020

Jeunes missionnaires

J’ai compris une chose : le Christ et la foi en lui rendent heureux, resplendissant et brûlant.

Je me suis inscrite à la semaine de missions un peu sans raison : j’avais entendu les missionnaires chanter les années précédentes et c’était stylé ! Mon frère m’avait dit qu’ils avaient des activités cool, et mes amis cathos s’y étaient inscrits aussi. Je ne m’attendais pas à un tel bouleversement !
Toute la semaine, on nous a parlé de la rencontre avec le Christ. Une rencontre qui change la vie. Bien sûr, je suis catho, je vais à la messe le dimanche, je suis à jour dans les sacrements… mais tout cela sans grande conviction, plutôt par routine.
La mission ne m’a pas fait rencontrer le Christ. En revanche, j’ai rencontré des jeunes qui l’ont rencontré. Au début de la semaine, je ne trouvais pas vraiment ma place car je me jugeais presque indigne d’être avec des jeunes dont la foi est si profonde. Je ne peux pas dire que je l’ai parfaitement trouvée à la fin de la semaine (on ne devient pas sociable et extravertie en huit jours…) mais j’ai compris une chose : le Christ et la foi en lui rendent heureux, resplendissant et brûlant. À l’image des missionnaires rencontrés, je veux moi aussi grandir avec le Christ et cheminer avec lui. La mission a allumé en moi une étincelle qui, je l’espère, n’est pas près de s’éteindre !
Élise

Un groupe marquant par l’ambiance qui y régnait, qui rappelait une famille.

La semaine de mission à Dieppe m’a vraiment touché. À vrai dire, j’ai eu la chance de participer à la totalité de la mission, en dormant avec les jeunes et en partageant des temps de formation le matin.
Mais le plus surprenant, de mon point de vue, c’est que tous les jours avaient quasiment le même emploi du temps : formation, répétition, mission, adoration, mais étaient tellement différents ! Il nous a été proposé de changer de mission dès que l’on voulait. Ainsi, j’ai pu réaliser pendant la semaine trois missions différentes.
J’ai aussi fait des rencontres au sein d’un groupe marquant par l’ambiance qui y régnait, quelque chose qui rappelait une famille. On peut s’y sentir bien même sans connaître beaucoup de monde, et l’on apprend vite à connaître les personnes que l’on ne connaissait pas.
Finalement le temps que j’ai passé avec les missionnaires de Regnum Christi était juste magnifique, que ce soient les services, les temps de prière, de formation, les repas, etc. Ils m’ont aussi permis de redécouvrir Dieppe sous un autres angle.
Timothée

Mettre le feu au monde et témoigner de l’amour du Christ dans ma vie quotidienne.

Cet été, nombreux furent les missionnaires – dont je faisais partie – qui arrivèrent avec quelques appréhensions à Dieppe. En effet, crise sanitaire oblige, nous ne savions pas dans quelles conditions nous allions être accueillis : les Dieppois qui nous fournissaient habituellement de quoi nous sustenter allaient-ils être aussi généreux que les années passées ?
Pourrions-nous rendre visite aux personnes âgées, malades et isolées comme nous l’avions initialement prévu ? Allions-nous avoir assez de missions pour tous nous occuper pendant dix jours alors que le nombre de missionnaires n’avait jamais été aussi élevé (plus de quarante personnes !) ?
Bien heureusement, nous avons tous été vite rassurés ; il faut croire que l’Esprit Saint veillait au grain ! Régalés par la charité des habitants de Dieppe, nous n’avons jamais été aussi actifs que pendant ces dix jours ! Nous avons partagé notre temps entre les visites à l’hôpital, chez des personnes seules ou à l’Arche, le désherbage autour de l’église Saint-Jacques et le bricolage à Notre-Dame de Bonsecours où nous avons repeint les barrières du chœur ; ou encore entre les temps d’évangélisation dans les rues piétonnes ou sur la place du marché, et les accompagnements liturgiques avec le nouveau curé de Dieppe, le P. Jean-Baptiste, sillonnant inlassablement la ville, courant d’un baptême à un enterrement en passant par un mariage.
Encore une fois, alors que je participais pour la troisième année consécutive à cette mission, j’ai fait des rencontres qui, j’ose le croire, me marqueront à vie. Encore une fois, j’ai eu des discussions qui font grandir à pas de géant ma foi balbutiante. Encore une fois, mon cœur gonflé de joie et de paix grâce à ces dix jours me pousse à vouloir « mettre le feu au monde » comme le disait saint Catherine de Sienne, et à témoigner de l’amour du Christ dans ma vie quotidienne. 
Alice

La foi a ravivé la foi de beaucoup de monde, la mienne en premier.

Dieppe a de la chance d’avoir été choisie comme destination des jeunes de Regnum Christi. Leur séjour a apporté un vent de fraîcheur et de jeunesse à la paroisse Saint-Jean-Paul II.
Cela fait huit ans que je vis à Dieppe, je pensais bien connaître l’endroit… En huit jours les missionnaires m’ont montré à quel point je me trompais. Ils m’ont permis de redécouvrir cette ville et ses habitants. Cette semaine fut aussi une claque spirituelle. Elle a ravivé la foi de beaucoup de monde, la mienne en premier. Comme le frère Melchior me l’a si bien dit : « L’ Esprit Saint a bien travaillé cette semaine.
Marc

C’est toujours une grande joie d’être au service de l’Église.

J’ai eu la chance, pour la troisième année, de participer à la mission à Dieppe. C’est toujours une grande joie d’être, pour une semaine, pendant les vacances, au service de l’Église.
Chaque année est unique. Nous rencontrons de nouvelles personnes et passons des moments inoubliables. Nous partageons des temps de formation, repas, sport sur la plage, chant, adoration, ou encore les messes. J’espère pouvoir y participer pendant plusieurs années encore !
Émilie

Une semaine qui a profondément marqué mon esprit et m’a rapproché de Dieu.

Cet été j’ai eu la chance de vivre une semaine hors du commun au milieu de vacances ordinaires. Une semaine qui a profondément marqué mon esprit et m’a rapproché de Dieu.
Cette semaine de missions est l’occasion de sortir de son confort quotidien pour aller à la rencontre de personnes esseulées, pour lesquelles la simple visite de jeunes souriant peut avoir beaucoup de valeur.
C’est aussi l’occasion de participer à des réflexions et méditations sur des thèmes qui concernent directement les personnes de notre âge comme la vocation, le discernement ou encore le travail. C’est encore l’occasion de partager des moments avec une quarantaine de jeunes surmotivés, rayonnants, et pleins d’amour. Je sors de cette semaine plus grand, plus fort et avec une meilleure assurance pour témoigner tous les jours de l’amour pour Dieu qui brûle en moi.
Constantin

C’est ce que cette mission m’a appris, nous devons, nous jeunes, par notre bonheur d’être chrétiens, enflammer le monde par des cris de joie !

Été 2020. Un ami me dit : « Il faut absolument que tu viennes à la mission Dieppe du 18 au 27 juillet. » Je lui fais confiance, je m’inscris. Je ne savais pas encore que je m’embarquais dans une mission riche en émotions, en rires, en rencontres et en aventures avec le Christ !
Dès le premier jour, intégration on ne peut plus rapide : tous les missionnaires sont avenants, sympathiques et surtout souriants. La rencontre avec les padres et les consacrées m’a directement mis à l’aise. La mission s’est ensuite divisée en plusieurs aspects : bricolage, évangélisation et altruisme.
Entre visites chez la mythique Liliane, désherbage autour de l’église Saint-Jacques et mission d’évangélisation au Val Druel, nous avons eu 10 jours chargés et riches en temps forts. Les petits rendez-vous à la cabine 27, le barbecue et les jeux à la maison de retraite Château Michel, les richissimes topos et les adorations quotidiennes ont rythmé nos journées. Cependant, si je devais retenir deux choses, ce seraient les suivantes : la première est qu’un sourire ou un simple bonjour peuvent transformer la journée de quelqu’un, la seconde est que le Christ est présent partout autour de nous et que si nous sommes attentifs à ses « clins Dieu », nous pouvons le rencontrer à chaque instant de notre vie.
Pour finir, les jeunes (dont je fais partie) ont ce pouvoir de révolutionner le regard porté sur l’Église, peut-être par plus de chants, d’animation, de joie (ce dont nous avons pu faire l’expérience à Dieppe)… et il faut que nous en fassions usage pour que d’autres soient sauvés ! C’est ce que cette mission m’a appris, nous devons, nous jeunes, par notre bonheur d’être chrétiens, enflammer le monde par des cris de joie !
Sarah