Méditation du jour

« Détruisez ce sanctuaire, et en trois jours je le relèverai »

 

Dimanche 7 mars 2021

Couleur liturgique

Évangile selon saint Jean 2, 13-25

Comme la Pâque juive était proche, Jésus monta à Jérusalem. Dans le Temple, il trouva installés les marchands de bœufs, de brebis et de colombes, et les changeurs. Il fit un fouet avec des cordes, et les chassa tous du Temple, ainsi que les brebis et les bœufs ; il jeta par terre la monnaie des changeurs, renversa leurs comptoirs, et dit aux marchands de colombes : « Enlevez cela d’ici. Cessez de faire de la maison de mon Père une maison de commerce. » Ses disciples se rappelèrent qu’il est écrit : L’amour de ta maison fera mon tourment.

Des Juifs l’interpellèrent : « Quel signe peux-tu nous donner pour agir ainsi ? » Jésus leur répondit : « Détruisez ce sanctuaire, et en trois jours je le relèverai. » Les Juifs lui répliquèrent : « Il a fallu quarante-six ans pour bâtir ce sanctuaire, et toi, en trois jours tu le relèverais ! » Mais lui parlait du sanctuaire de son corps.

Aussi, quand il se réveilla d’entre les morts, ses disciples se rappelèrent qu’il avait dit cela ; ils crurent à l’Écriture et à la parole que Jésus avait dite. Pendant qu’il était à Jérusalem pour la fête de la Pâque, beaucoup crurent en son nom, à la vue des signes qu’il accomplissait. Jésus, lui, ne se fiait pas à eux, parce qu’il les connaissait tous et n’avait besoin d’aucun témoignage sur l’homme ; lui-même, en effet, connaissait ce qu’il y a dans l’homme.

Prière

Seigneur Jésus,
Je t’offre mes mains pour faire ton travail,
Je t’offre mes pieds pour suivre ton chemin,
Je t’offre mes yeux pour voir comme toi,
Je t’offre ma langue pour dire tes paroles,
Je t’offre mon intelligence pour que tu penses en moi.
Je t’offre mon esprit pour que tu pries en moi.
Surtout je t’offre mon cœur pour qu’en moi tu aimes le Père et tous les hommes.
Je t’offre tout ce que je suis pour que tu grandisses en moi,
Que ce soit toi le Christ, qui vives, travailles et pries en moi.
Amen.

Demande

Seigneur Jésus, viens faire de moi une demeure digne de ta présence !

Réflexion
  1. « Enlevez cela d’ici. Cessez de faire de la maison de mon Père une maison de commerce. »
    C’est par ces paroles vigoureuses que le Christ invite les vendeurs du Temple à lever le camp ! Les vendeurs devaient être au service du culte rendu à Dieu mais il semble que le rapport se soit inversé. Le culte rendu à Dieu a été mis au service de leur commerce.
    Mais, au-delà des intérêts pécuniaires, nous pouvons aussi voir dans ce reproche de Jésus une invitation pour nous tous en ce temps de Carême à purifier le temple de nos cœurs. Par notre baptême, Dieu est venu faire sa demeure en chacun de nous. Quelle merveille et quel mystère !
    Saint Paul, dans sa première lettre aux Corinthiens, nous rappelle que nos corps sont les temples de l’Esprit Saint : « Ne le savez-vous pas ? Votre corps est un sanctuaire de l’Esprit Saint, lui qui est en vous et que vous avez reçu de Dieu ; vous ne vous appartenez plus à vous-mêmes, car vous avez été achetés à grand prix. Rendez donc gloire à Dieu dans votre corps. » (1 Cor 6, 19-20)
    Vivre dans la grâce de Dieu en fuyant le péché n’est donc pas seulement une question de bonnes mœurs mais d’amour pour le Seigneur en créant dans notre âme une place digne de lui. En gardant un cœur pur, je me rends disponible pour recevoir tout son amour et je me mets dans de bonnes dispositions pour répondre à cet amour immense de Dieu pour moi !
     
  2. « Détruisez ce sanctuaire, et en trois jours je le relèverai. »
    Le Christ veut faire de notre corps, de tout notre être sa demeure mais il nous aime tellement qu’il est prêt à livrer son propre corps pour nous sauver. Face à ses ennemis qui tramaient déjà sa mort dans leurs pensées et dans leur cœur, il offrait déjà sa vie pour nous.
    Il compare son corps au sanctuaire du Temple. Sur la croix, le sanctuaire de son corps sera détruit par la violence de nos péchés. Mais il relèvera le sanctuaire le troisième jour au moment de sa Résurrection marquant ainsi sa victoire sur la mort et sur le péché. Son amour pour nous est plus fort que le mal, plus fort que la mort. Rendons grâce au Seigneur pour son amour infini pour nous !
     
  3. « Jésus, lui, ne se fiait pas à eux, parce qu’il les connaissait tous et n’avait besoin d’aucun témoignage sur l’homme ; lui-même, en effet, connaissait ce qu’il y a dans l’homme. »
    Voici tout le drame de notre péché. Nous sommes faits pour vivre dans une relation de confiance et d’amitié avec Dieu mais le péché vient nous rendre peu fiables vis-à-vis du Seigneur. Jésus ne se laisse pas vaincre par nos infidélités. Il ne baisse pas les bras. Il reste toujours fidèle. « Si nous manquons de foi, lui reste fidèle à sa parole, car il ne peut se rejeter lui-même. » (2 Tm 2, 13) Il connaît notre cœur faible et fragile mieux que nous ne le connaissons. Son amour pour nous est plus fort que notre faiblesse. Le Seigneur peut nous guérir, nous fortifier, nous transformer. Demandons-lui cette grâce !
Dialogue avec le Christ

Seigneur Jésus, me voici devant toi tel que je suis. Je veux te recevoir chaque jour plus pleinement en moi afin que tu puisses venir y faire ta demeure. Viens transformer mon cœur en une demeure digne de ta présence. Viens chasser de mon âme tout le trafic et le commerce de mon péché. Tu as offert ta vie pour moi pour me sauver. Merci de m’avoir tant aimé ! Aide-moi à répondre plus fidèlement à ton amour. Viens guérir ce qu’il y a de faible et de blessé en moi durant ce temps de Carême.

Résolution

Au cours de ma journée, mettre en pratique une des trois œuvres du Carême : le jeûne, la prière ou l’aumône afin de me laisser façonner par la grâce du Seigneur.

Père Richard Tardiff, LC