Méditation du jour

« Convertissez-vous et croyez à l’Évangile »

Dimanche 24 janvier 2021

Évangile selon saint Marc 1, 14-20

Après l’arrestation de Jean le Baptiste, Jésus partit pour la Galilée proclamer l’Évangile de Dieu ; il disait : « Les temps sont accomplis : le règne de Dieu est tout proche. Convertissez-vous et croyez à l’Évangile. » Passant le long de la mer de Galilée, Jésus vit Simon et André, le frère de Simon, en train de jeter les filets dans la mer, car c’étaient des pêcheurs. Il leur dit : « Venez à ma suite. Je vous ferai devenir pêcheurs d’hommes. » Aussitôt, laissant leurs filets, ils le suivirent. Jésus avança un peu et il vit Jacques, fils de Zébédée, et son frère Jean, qui étaient dans la barque et réparaient les filets. Aussitôt, Jésus les appela. Alors, laissant dans la barque leur père Zébédée avec ses ouvriers, ils partirent à sa suite.

Prière
Seigneur, me voici en ta présence ! En ce dimanche, jour où nous célébrons ta Résurrection, je veux me rappeler que tu es vivant, que tu es là, avec moi. Si je ne pouvais te dire qu’une seule chose, ce serait « Je t’aime ». Et tout ce que je peux dire d’autre, ce n’est qu’une conséquence de ces trois mots. Je t’aime, Seigneur, je t’aime.
Demande
Seigneur, accorde-moi la grâce de la vraie conversion
Réflexion
  1. Ce passage de l’Évangile de saint Marc se situe tout au début de la mission publique du Christ, dont le signal de départ a été son baptême dans le Jourdain et les quarante jours passés au désert de Judée. Après ce départ, Jésus commence sa mission en proclamant un message que l’évangéliste résume en une phrase : « Les temps sont accomplis : le règne de Dieu est tout proche. Convertissez-vous et croyez à l’Évangile. » Qu’est-ce que cela veut dire ? Dans cette phrase, il y a d’abord deux affirmations, puis deux impératifs. Le Christ affirme qu’un événement s’est produit dans le passé et, à partir de là, il donne un commandement pour le futur. On retrouve la même structure dans le chapitre 20 de l’Exode, au moment où Dieu proclame à Moïse les dix commandements. On y trouve d’abord l’affirmation d’un événement qui s’est produit, à savoir la libération de l’esclavage : « Je suis le Seigneur ton Dieu, qui t’ai fait sortir du pays d’Égypte, de la maison d’esclavage » (Ex 20, 2) et ensuite la série des commandements, qui ne se comprennent qu’à la lumière de cette libération, étant donné qu’ils expliquent la manière dont doivent se comporter les hommes libres. De même, ici, le Christ commence par affirmer un fait, un événement, et c’est à partir de cet événement que l’on peut comprendre ce qu’il demande. Examinons cela plus en détail.
  2. L’événement en question, c’est : « Les temps sont accomplis : le règne de Dieu est tout proche ». S’il y a un accomplissement, c’est qu’il y avait quelque chose à accomplir, une promesse à tenir, une totalité à compléter. Il manquait une pièce au puzzle et cette pièce est finalement arrivée. C’est la pièce qui permet de compléter « les temps », de donner un sens à toute l'histoire, non seulement à l’histoire du monde, mais aussi à l’histoire de chaque personne qui naît en ce monde. C’est le dernier pas qui permet au Royaume de Dieu de nous rejoindre, d’arriver enfin à portée de main, de pouvoir être touché par nous. Quelle pièce manquait donc ? Quel pas restait-il à franchir ? C’est tout simplement Jésus-Christ lui-même. Sa présence est le grand événement. Il accomplit non seulement les prophéties, mais aussi le désir spontané de voir Dieu que nous avons tous au plus profond de notre cœur. Et c’est seulement à cette lumière que l’on peut comprendre les deux impératifs qui suivent : « Convertissez-vous et croyez à l’Évangile. » Se convertir signifie se détourner de toutes les fausses satisfactions, de tout ce qui n’accomplit pas les prophéties, de tout ce qui est incapable de combler les désirs de notre cœur. Croire à l’Évangile, cela veut dire croire que Dieu tout-puissant s’est fait homme, qu’il est devenu visible, palpable, à notre portée. En bref, seul Jésus-Christ, vrai Dieu et vrai homme à la fois, nous permet de rencontrer Dieu et d’arriver ainsi au bonheur en plénitude.
  3. Tout cela reste très abstrait et pas forcément facile à comprendre. Mais heureusement, la deuxième partie de ce passage de l’Évangile nous donne un exemple très concret. C’est le récit de l’appel des quatre premiers disciples au bord du lac de Tibériade. Ces quatre Juifs n’étaient sans doute pas à plaindre. Ils exerçaient un métier honorable, ils avaient les barques et les filets de pêche nécessaires pour gagner leur vie sans trop de problème. Ils auraient très bien pu se considérer satisfaits de la vie qu’ils menaient. Et cependant, lorsque Jésus passe, ils abandonnent tout pour le suivre. En entendant les paroles du Christ : « Venez à ma suite. Je vous ferai devenir pêcheurs d’hommes », ils se rendent comptent que, jusqu’alors, leur vie était comme un puzzle incomplet, et que cet homme semblait avoir le pouvoir de leur donner cette pièce qui leur manquait. Il se rendent compte que toutes leurs activités et leurs relations n’avaient jamais réussi à combler l’insatisfaction qu’ils ressentaient au plus profond d’eux-mêmes, et que les paroles prononcées par cet inconnu (et dont l’évangéliste ne nous offre sans doute qu’un maigre résumé) commencent à apaiser une soif intérieure dont ils ne soupçonnaient pas la profondeur. Ils se rendent compte que Dieu est en train de passer par leur vie. Et c’est tout naturellement qu’ils se détournent de leurs anciennes manières de chercher des satisfactions et qu’ils croient que cet homme seul peut combler leur soif de bonheur. Parce que cet homme n’est pas qu’un homme : c’est Dieu fait homme.
Dialogue avec le Christ
Seigneur, vivant et ressuscité, je t’en prie, aide-moi à te reconnaître lorsque tu passes par ma vie ! Quand tu viens à ma rencontre à travers la Bible, le témoignage de ton Église ou la voix de ma conscience, aide-moi à te reconnaître, toi, le seul qui puisse combler les désirs de mon cœur. Sainte Vierge Marie, nul n’a mieux connu le Seigneur que toi ! Je t’en prie, aide-moi à reconnaître le bruit de ses pas quand il passe par ma vie !
Résolution
Aujourd’hui, je demanderai au Seigneur la grâce de répondre avec enthousiasme à chaque fois qu’il passe par ma vie et m’invite à le suivre.
Frère Benoît Terrenoir, LC