| | |

Lire le passé avec les yeux de la foi

Samedi 11 décembre 2021

Saint Damase 1er, pape

Évangile selon saint Matthieu 17, 10-13

Descendant de la montagne, les disciples interrogèrent Jésus : « Pourquoi donc les scribes disent-ils que le prophète Élie doit venir d’abord ? » Jésus leur répondit : « Élie va venir pour remettre toute chose à sa place. Mais, je vous le déclare : Élie est déjà venu ; au lieu de le reconnaître, ils lui ont fait tout ce qu’ils ont voulu. Et de même, le Fils de l’homme va souffrir par eux. » Alors les disciples comprirent qu’il leur parlait de Jean le Baptiste.

Prière

Seigneur, ta présence dans ma vie est souvent difficile à déceler. Pourtant je sais que, bien souvent, c’est moi qui ne sais pas te voir et au lieu de me remettre en question je pense que tu es absent et que tu m’as abandonné. Donne-moi les yeux de la foi pour pouvoir voir comme toi.

Demande

Savoir regarder mon histoire avec les yeux de Dieu.

Réflexion

  1. Dans ce passage de l’Évangile, les apôtres posent une question qui pourrait sembler un peu intellectuelle. En effet, dans le livre de Malachie qui date du Ve siècle avant Jésus, il y a bien une prophétie qui annonce un retour d’Élie. Les deux derniers versets du livre disent donc : « Voici que je vais vous envoyer Élie le prophète, avant que vienne le jour du Seigneur, jour grand et redoutable. Il ramènera le cœur des pères vers leurs fils, et le cœur des fils vers leurs pères, pour que je ne vienne pas frapper d’anathème le pays ! » (Ml 3, 23-24)
    Il semble donc que les disciples connaissent eux-mêmes cette prophétie ou ils ont simplement entendu les scribes en parler. C’est donc une question sur l’accomplissement de cette prophétie qui est posée à Jésus car, pour les disciples, il semble bien que le jour du Seigneur soit arrivé avec Jésus et ils n’ont pas souvenir d’avoir croisé Élie.
  2. La réponse que Jésus donne est une leçon que nous devons retenir. Jésus fait comprendre aux disciples que c’est Jean le Baptiste qui a été le grand prophète, digne d’Élie, qui a préparé sa venue. Car tout l’intérêt de cette prophétie est bien là. Un grand prophète arrivera avant que vienne le jour du Seigneur. Finalement, son prénom importe très peu ; la tradition voulait que l’esprit divin qui animait un prophète se transmette à son successeur. Élie a justement illustré cela de la plus évidente des manières en laissant son manteau comme représentation de son esprit prophétique à son successeur Élisée (2 R, 2). Tout d’un coup le regard des disciples sur Jean le Baptiste change drastiquement. Puisque d’un ancien compagnon il devient vraiment un saint homme qui a accompli la mission que Dieu avait pensé pour lui de toute éternité, un agent efficace de la grande providence divine.
  3. Le regard sur notre histoire et sur notre vie doit être lui aussi rempli d’émerveillement car très souvent ce ne sont que des années après un évènement que nous réalisons à quel point il a été providentiel dans notre vie. Cette présence du Seigneur que nous n’avions pas décelée sur le moment s’est révélée bien plus tard. Cela nous incite à avoir une vraie confiance dans le présent car, malgré les difficultés du quotidien, peut-être comprendrons-nous dans quelques années pourquoi le Seigneur a permis ces épreuves dans nos vies.

Dialogue avec le Christ

Seigneur, viens changer mon cœur. Donne-moi une foi vivante qui sache regarder ma vie avec tes yeux et déceler ta présence dans mon quotidien. Que chaque croix et chaque joie soient une occasion de te rencontrer.

Résolution

Prendre un moment pour contempler la présence de Dieu dans mon passé.

Fr. Jérôme Dejoie, LC
Contacter l’auteur

Méditations : Regnum Christi
Texte de l’Évangile et informations liturgiques : © AELF – Paris – Tous droits réservés