Année A | Méditation | Saint Marc | vert

Le levain des pharisiens et d’Hérode

Mardi, 18 février 2020

Sainte Bernadette

Couleur liturgique : vert

Évangile selon saint Marc 8, 14-21

En ce temps-là, les disciples avaient oublié d’emporter des pains ; ils n’avaient qu’un seul pain avec eux dans la barque. Or Jésus leur faisait cette recommandation : « Attention ! Prenez garde au levain des pharisiens et au levain d’Hérode ! » Mais ils discutaient entre eux sur ce manque de pains. Jésus s’en rend compte et leur dit : « Pourquoi discutez-vous sur ce manque de pains ? Vous ne saisissez pas ? Vous ne comprenez pas encore ? Vous avez le cœur endurci ? Vous avez des yeux et vous ne voyez pas, vous avez des oreilles et vous n’entendez pas ! Vous ne vous rappelez pas ? Quand j’ai rompu les cinq pains pour cinq mille personnes, combien avez-vous ramassé de paniers pleins de morceaux ? » Ils lui répondirent : « Douze. – Et quand j’en ai rompu sept pour quatre mille, combien avez-vous rempli de corbeilles en ramassant les morceaux ? » Ils lui répondirent : « Sept. » Il leur disait : « Vous ne comprenez pas encore ? »

Prière

Jésus, me voici en ta présence. Je viens à toi pour me mettre à ton écoute. Ouvre mes yeux et mon entendement sur ce levain des pharisiens et celui d’Hérode, dont il est question ici.

Demande

Seigneur, que ta grâce me permette de comprendre que ton Règne se développera autour de moi si je sais laisser l’Esprit Saint déposer une dose de levain dans la pâte pour lui permettre de lever dans le cœur de ceux que je rencontre.

Reflexion

  1. « Les disciples discutaient entre eux sur ce manque de pains. »
    C’est une façon d’agir que l’on retrouve à toutes les époques. Lorsque quelque chose d’extraordinaire se produit quelque part, les témoins ne regardent pas l’événement lui-même mais, souvent, ils se demandent quelle en est l’origine et qui a bien pu permettre cet événement. Les explications ne sont pas toujours claires et l’imagination ne donne pas que des raisons et explications valables mais qui sont très souvent chargées de réalités sans preuves ni fondement.
    Ici, après le miracle des pains, les disciples discutent entre eux sur l’identité de Jésus qu’ils ont du mal à comprendre malgré tout ce qu’il leur a dit et montré.
  2. « Pourquoi discutez-vous (…) ? Vous ne comprenez pas encore ? Vous avez le cœur endurci ? »
    Nos aveuglements sur Dieu sont de toujours à toujours. Et là, Jésus demande à ses disciples de regarder plus profondément, de se rappeler ce qu’il a fait lors de la première multiplication des pains. Quelles questions pose-t-il à ces disciples « sans intelligence » comme il le dira aux disciples d’Emmaüs (Lc 24, 25). Au début de cet épisode Jésus a pourtant bien demandé à ses disciples de se méfier du levain des pharisiens et du levain d’Hérode. Ce sont de faux levains qui ne sont là que pour flatter l’orgueil ou asseoir une renommée sur une vérité trompeuse. Arguments sans preuves, ni fondement, arguments mensongers qui ne tiendront pas face à la vérité de sa puissance à lui.
    Les pharisiens pourront le mettre à mort, cela ne lui enlèvera pas sa puissance de Fils de Dieu.
  3. « Quand j’ai rompu les cinq pains pour cinq mille personnes, combien avez-vous ramassé de paniers pleins de morceaux ? »
    Jésus ne se décourage pas, il ne perd pas patience, il invite ses disciples à se rappeler la quantité de pain ramassée après cette première multiplication, et il leur demande de réfléchir et de comprendre qui il est. « Nous voyons le visage de Dieu venu s’immerger dans l’humanité pour enseigner aux hommes l’art de vivre et la voie du bonheur, la libération du péché et la façon de devenir pleinement fils de Dieu. Parler de Dieu signifie avant tout d’être convaincus de porter à nos contemporains un Dieu qui nous a parlé. » (Benoît XVI, catéchèse de novembre 2012)
    Donc, l’invitation de Jésus est claire : croyez ce que vous voyez et comprenez qui je suis.

Dialogue avec le Christ

Seigneur, accorde-moi la grâce de me souvenir de l’essentiel : contrairement aux pharisiens, je ne dois pas me préoccuper uniquement de l’application de la Loi, mais je dois d’abord vivre la vérité que tu m’enseignes et la transmettre aux âmes que tu mets sur mon chemin.

Résolution

Témoigner de Jésus, Fils de Dieu, venu apporter la vérité de la vie éternelle à tous les hommes, quelles que soient les difficultés de notre époque.

Cécile Beaure d’Augères, consacrée de Regnum Christi

Méditations : Regnum Christi
Texte de l’Évangile et informations liturgiques : © AELF – Paris – Tous droits réservés