| | |

Le bon Pasteur est en chemin

Mardi 6 décembre 2022

Saint Nicolas, évêque

Couleur liturgique : violet

Évangile selon saint Matthieu 18, 12-14

En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples : « Quel est votre avis ? Si un homme possède cent brebis et que l’une d’entre elles s’égare, ne va-t-il pas laisser les 99 autres dans la montagne pour partir à la recherche de la brebis égarée ? Et, s’il arrive à la retrouver, amen, je vous le dis : il se réjouit pour elle plus que pour les 99 qui ne se sont pas égarées. Ainsi, votre Père qui est aux cieux ne veut pas qu’un seul de ces petits soit perdu. »

Prière

Seigneur, pour me préparer à ta venue, je veux changer mon cœur et grandir dans ma relation avec toi. Que ce temps de l’Avent soit un temps de profonde conversion pour me rapprocher de toi et vivre dans ton amour.

Demande

Prendre conscience de mon besoin du bon Pasteur.

Réflexion

  1. Le temps de l’Avent a toujours un certain charme car c’est peut-être le moment de l’année liturgique accompagné du plus grand nombre d’éléments extérieurs. Le froid s’installe, les décorations de Noël illuminent nos villes, tous les magasins cherchent à nous rappeler qu’il est temps de consommer encore plus que d’habitude.
    Devant la commercialisation de cette période liturgique si importante, nous pouvons avoir un sentiment de rejet ; mais il ne faut pas oublier que c’est un moment essentiel de notre foi chrétienne et, même si tout n’est pas mis en place extérieurement pour nous aider à préparer nos cœurs, il est bon de nous rappeler que le principal artisan de cette préparation, c’est bien nous-mêmes.
    Plutôt que de pester sur tous les efforts entrepris pour nous inciter à la consommation, ne pouvons-nous pas nous en inspirer pour réaliser, de notre côté, autant d’efforts pour nous encourager nous-mêmes à la conversion ?
  2. L’image de Dieu en tant que bon Pasteur est un grand classique de la foi chrétienne et, déjà dans les premiers siècles, nous avons retrouvé des fresques des premiers chrétiens qui représentaient le Christ comme le bon Pasteur. C’est une image que nous trouvons déjà dans l’Ancien Testament, dans les psaumes par exemple.
    Pourtant, il faut nous souvenir que les bergers avaient une assez mauvaise réputation au temps de Jésus. Ils vivaient hors des villes et donc à l’écart de la communauté et les besoins de leurs troupeaux ne leur permettaient pas de se rendre au Temple pour les actes de culte. C’est une vraie marque d’humilité de la part de Jésus d’assumer cette comparaison avec les marginaux de la société judaïque.
  3. Nous avons peut-être la tentation de limiter l’image du berger qui va à la recherche de sa brebis égarée au mystère de la venue du Christ il y a deux mille ans. Oui, en effet, il est venu chercher ses brebis égarées en se faisant homme et en mourant sur la croix. Cependant, cela dit, il ne faut pas oublier qu’aujourd’hui, en 2022, je suis moi aussi une brebis égarée et, dans de nombreux d’aspect de ma vie personnelle, j’ai besoin que le Seigneur vienne me chercher. Il faut que je sois capable de le reconnaître afin qu’il vienne vraiment pour quelque chose ce 25 décembre ! Limiter sa venue à un événement historique que nous allons commémorer, c’est vraiment passer à côté du grand mystère de Noël ! Il vient pour moi, encore cette année, et il veut se réjouir avec moi car il va me retrouver. Suis-je prêt à me laisser trouver ?

Dialogue avec le Christ

Seigneur, viens changer mon cœur. Tant de choses ont encore besoin d’être renouvelées dans ma vie. J’ai besoin de ta grâce que tu veux spécialement me transmettre en ce temps de conversion et pour la grande fête de Noël. Aide-moi à me préparer au mieux avec une grande humilité.

Résolution

Penser à ce que j’aimerais tout particulièrement changer dans mon comportement et demander la grâce du Seigneur pour m’aider dans cette entreprise. Crier vers lui comme une brebis égarée.  

Frère Jérôme Dejoie, LC
Contacter l’auteur

Méditations : Regnum Christi
Texte de l’Évangile et informations liturgiques : © AELF – Paris – Tous droits réservés