« L’aveugle se trouva guéri, et il distinguait tout avec netteté »

Couleur liturgique : vert

Évangile selon saint Marc 8, 22-26

En ce temps-là, Jésus et ses disciples arrivèrent à Bethsaïde. Des gens lui amènent un aveugle et le supplient de le toucher. Jésus prit l’aveugle par la main et le conduisit hors du village. Il lui mit de la salive sur les yeux et lui imposa les mains. Il lui demandait « Aperçois-tu quelque chose ? » Levant les yeux, l’homme disait : « J’aperçois les gens : ils ressemblent à des arbres que je vois marcher. » Puis Jésus, de nouveau, imposa les mains sur les yeux de l’homme ; celui-ci se mit à voir normalement, il se trouva guéri, et il distinguait tout avec netteté. Jésus le renvoya dans sa maison en disant : « Ne rentre même pas dans le village. »

Prière

Pendant ce temps de silence et de recueillement, Jésus, prends-moi par la main à l’écart comme cet aveugle, ainsi je serai tout à toi. Je t’ouvre mon cœur et te le donne afin qu’il brûle d’amour.

Demande

Jésus, par le don de l’Esprit Saint, apprends-moi à discerner et à faire ce que tu attends de moi à chaque instant.

Réflexion

Ce passage du saint Évangile de saint Marc peut paraître étonnant au premier abord. Pourtant Jésus nous livre ici au moins trois enseignements importants pour grandir dans notre vie de disciple.

1. « Des gens lui amènent un aveugle et le supplient de le toucher. Jésus prit l’aveugle par la main et le conduisit hors du village. »

Aujourd’hui, nous accompagnons Jésus avec ses disciples qui arrivent dans une petite ville qui se trouve dans les terres à 400 m du rivage du lac de Tibériade. Jésus est à peine arrivé que des gens lui présentent un aveugle ; Jésus ne pose aucune question, il obéit à la foule et prend l’aveugle immédiatement à l’écart.

Ici Jésus nous apprend à répondre à la volonté du Père avec promptitude et amour sans la repousser au lendemain. Nous avons tendance à dire « je le ferai plus tard, on verra cela demain » ou encore « moi je préfère faire ça ». Pourtant, c’est réellement dans ce que nous avons à accomplir maintenant que Jésus nous demande de l’aimer, c’est là qu’il nous attend. C’est une manière simple de savoir si l’on répond réellement à la volonté du Père dans les petites choses de la vie courante. Jésus nous aime tant qu’il désire nous faire sortir de notre orgueil et de tous nos penchants mauvais afin que nous soyons libres de le suivre.

2. « Jésus prit l’aveugle par la main et le conduisit hors du village. »

On présente à Jésus un aveugle de naissance. La foule supplie Jésus de le toucher et lui le prend par la main et l’emmène en dehors du village pour bénéficier de plus de silence et de paix. Jésus ne cherche pas le succès, les applaudissements, non, il décide d’aller plus loin pour passer du temps avec cet homme uniquement. Le geste si touchant de Jésus de prendre ce pauvre aveugle par la main nous enseigne que Jésus aime chacun de nous d’un amour personnel et que l’amour de Jésus est d’une tendresse infinie. Qu’il est important d’avoir des moments de silence avec Jésus chaque jour afin de le rencontrer profondément, lui qui désire tant être l’amour et la lumière de notre vie. Cela nous enseigne aussi que lorsque nous accomplissons quelque chose pour une personne, il faut le faire uniquement pour cette personne. Oui, sans cesse, en nous détournant de nous-mêmes ; ainsi nous deviendrons petit à petit, par notre liberté propre, des hommes et des femmes nouveaux à la suite du Christ.

Jésus dans un premier temps va utiliser une coutume de l’époque en lui « crachant » de la salive sur les yeux (selon la traduction en latin de saint Jérôme). Ce geste surprenant du Christ va bien au-delà d’un simple rite. Cela représente ce qu’il y a de plus intime, ce qui est propre à Jésus. En effet, Jésus ne cesse de se donner entièrement à nous en chaque Eucharistie. Il est important de se donner du mal pour les autres, ne pas faire les choses à la légère. Au contraire nous avons été créés pour aimer à l’image de l’amour infini du Christ alors laissons-nous habiter et guider par le don si grand de l’Esprit Saint. C’est dans cette grandeur de l’amour que le Christ nous appelle à l’aimer humblement en chacun de nos frères.

3. Jésus semble avoir de la peine à effectuer ce miracle. Nous pourrions nous poser la question : pourquoi Jésus choisit-il de guérir cet aveugle en deux temps ? Par la salive et l’imposition des mains, l’aveugle ne verra pas encore nettement mais ce n’est qu’à la deuxième imposition des mains sur ses yeux qu’il verra distinctement. Jésus nous dévoile ici la pédagogie qu’il utilise pour éduquer le cœur de ses apôtres qui bien souvent manquent de foi et de patience. En effet, Jésus nous donne la grâce de progresser dans notre foi, cette foi que nous recevons le jour de notre baptême qui va grandir petit à petit en fonction de l’espace que nous laissons à la grâce divine de se déployer en nous. Jésus ne se décourage pas devant nos manques de foi. Au contraire il ne cesse de nous relever, de nous redonner la vue par son amour miséricordieux.

Enfin nous pouvons voir dans la belle attitude de l’aveugle qui se laisse faire par Jésus une invitation à avoir une totale confiance dans la manière dont le Christ va agir pour nous ou pour les personnes que nous lui confions. Bien souvent nous avons nos grandes idées et comme il est difficile de s’en remettre totalement à l’amour miséricordieux du Christ !

Dialogue avec le Christ

Jésus, je désire que tu aies la première place dans ma vie. Viens régner sur mes manques de foi et d’amour. Ouvre mon cœur, bien petit, à aimer comme le tien à chaque instant de la journée. Aidez-moi, sainte Vierge Marie, à aimer comme vous pour apaiser le cœur de Jésus.

Résolution

Renoncer à ce « moi », à ma volonté propre tout au long de la journée en l’offrant avec humilité à Jésus.

Adèle Landowski, membre de Regnum Christi
Méditations: Regnum Christi 
Texte de l’Évangile et informations liturgiques: © AELF - Paris - Tous droits réservés