Raphaël volontaire international RC
| | | | |

« Laisser Dieu prendre le volant de ma vie »

Une année pour Dieu et pour son prochain ? Comment en arrive-t-on là ?

Nous avons le plaisir de vous présenter Raphaël Jeschke (18 ans), originaire de Würzburg (Allemagne) qui vient de commencer son année de volontariat RC international à Paris.
Chaque année, des jeunes du monde entier décident de consacrer une année de leur vie à servir Dieu et leur prochain en tant que volontaires internationaux de Regnum Christi. Pourquoi ?
Dans cette interview, Raphaël nous livre ses expériences après sa petite formation, ses attentes et ses espoirs pour son année en France.

Samuel Jeschke, frère de Raphaël, est étudiant en communication médiatique à l’Université Julius Maximilian de Würzburg et actuellement stagiaire au service du Département communication de Regnum Christi à Düsseldorf. Il a conduit l’interview avec Raphaël.

Pourquoi avez-vous décidé de faire une année de volontariat international RC ?

Parce que je voulais donner une année à Dieu. J’y pensais depuis la classe de seconde mais, à l’époque, l’année de volontariat n’était pas forcément en tête de ma liste.

… et qu’est-ce qui vous a finalement motivé à le faire ?

D’une part, je connaissais les Légionnaires du Christ depuis longtemps. J’avais participé à des camps et séjours ainsi qu’à l’apostolat « GetStrong » (activité pour jeunes hommes, ndlr) et je me souviens que j’avais vraiment aimé la vie de prière et la communion qui y régnait et que cela m’avait aidé. D’un autre côté, mon frère aîné avait fait une année de volontariat RC, donc je connaissais cette possibilité. J’en ai appris davantage lors de conversations avec le P. Martin Baranowski, LC. Puis, en terminale, j’ai réalisé que c’était ce que je voulais faire.

Lorsque vous vous êtes inscrit pour cette année, saviez-vous exactement à quoi vous attendre ?

J’avais une idée très approximative de ce que j’allais faire. C’était un peu un pas dans l’inconnu pour moi. Je savais que j’irais à Paris et je savais aussi à peu près quels genres d’activités me seraient confiées, activités principalement auprès des enfants et des jeunes. Mais c’est tout. Après ma petite formation, j’en sais déjà plus et cela m’a enlevé un peu de ma peur. Apprendre à connaître le travail et les routines quotidiennes m’a certainement aidé. Je me sentais mieux préparé, même si je ne savais pas exactement à quoi cela ressemblerait tant que je n’étais pas sur place.

Comment votre famille et vos amis ont-ils réagi à votre décision ?

Quand je leur ai dit que j’allais faire une année de volontariat, la plupart d’entre eux ont été surpris. Néanmoins, ma famille m’a beaucoup soutenu. Mes amis ont compris parce que j’ai toujours été une personne très croyante, mais ils étaient quand même surpris : « Pourquoi fais-tu cela ? », « Tu ne gagneras pas d’argent ? », « Pourquoi ne vas-tu pas faire la fête ? » étaient les mots que j’entendais. En fin de compte, ils m’ont beaucoup soutenu, même si c’était difficile pour eux de savoir que j’allais être absent pendant un an.

Qu’est-ce qui a été difficile pour vous pendant la formation ? Qu’est-ce qui vous a particulièrement préoccupé ?

Faire entièrement confiance à Jésus en tout, lui donner le volant de ma vie et lui dire : « Tu peux faire de moi ce que tu veux ». Il est particulièrement difficile d’aborder le sujet de la vocation, de se demander honnêtement ce que le Seigneur attend de moi et où il veut que je sois ! Et très honnêtement, je craignais un peu ces questions. D’une certaine manière, j’avais peur que l’on me pousse à faire quelque chose ou que Dieu m’impose quelque chose ! Vous êtes toujours un être humain et vous essayez toujours de garder un certain contrôle. Renoncer à ce contrôle a été la partie la plus difficile de cette formation pour moi.
Bien sûr, il a également été difficile de laisser ma famille et mes amis derrière moi ! De plus, lorsque vous décidez de vivre une année comme celle-ci, vous laissez beaucoup de vos libertés derrière vous, et c’était un défi particulier pour moi.

Qu’est-ce qui vous a aidé à relever ces défis ?

La retraite spirituelle a été un moment particulier pour moi. Nous avons eu tellement de temps pour prier que nous sommes vraiment revenus à l’essentiel. Cela m’a vraiment aidé. Comprendre à nouveau que le Seigneur veut vraiment bien faire avec moi. Mes inquiétudes du départ ont été peu à peu remplacées par la confiance en Dieu, parce que j’ai abordé les bases essentielles de ma foi. Pour ce qui est de la vocation, je me suis rendu compte que le Seigneur me donnait la joie de la vocation pour cette année de volontariat. Le fait de réaliser que, quel que soit l’endroit où je me trouverai, je m’y épanouirai entièrement a fait disparaître ma peur et m’a incroyablement fortifié. L’expérience de la communion entre volontaires RC m’a également beaucoup rassuré.

Quelle a été la meilleure expérience ou la plus belle expérience pour vous pendant cette formation ?

C’était lors d’un pèlerinage que nous avons fait en Autriche. Au sein du groupe, des liens s’étaient déjà établis et nous nous entendions assez bien, mais il n’y avait pas encore de véritable communion. Ce jour-là, j’ai beaucoup parlé avec les autres et nous avons pu aborder à 100 % les problèmes et les craintes que nous ressentions. Il y a eu beaucoup de compréhension mutuelle et j’ai réalisé que je n’étais pas seul avec mes problèmes, mais que je pouvais en parler librement avec les autres.

Que retenez-vous de cette formation ?

Les conseils pratiques ont été particulièrement utiles : comment m’organiser, comment planifier ma journée ou ma semaine et comment travailler sur les tâches à accomplir. Il était également passionnant pour moi d’apprendre à parler de sujets spirituels devant d’autres personnes pour que quelque chose reste dans leur esprit.
Pour moi, cette formation a également été l’occasion d’un recentrage : avant, tout tournait autour de moi, mais maintenant l’accent est mis sur le prochain. Je pense avoir un peu mieux compris que ce n’est pas une année pour moi, mais entièrement au service de Dieu et de mon prochain.

Quelles sont vos attentes pour cette année de volontariat ?

Que le Seigneur accomplisse de grandes choses ! Et cela m’effraie presque un peu, car je vois déjà que le Seigneur m’a façonné et changé au cours des trois dernières semaines. Je m’attends également à ce que Dieu me montre le chemin et que je puisse le rencontrer d’une manière totalement nouvelle. Je suis vraiment content d’être à Paris !