L’accomplissement de la Loi

Samedi, 13 juin 2020

Couleur liturgique : blanc

Évangile selon saint Matthieu 5, 33-37

En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples : « Vous avez encore appris qu’il a été dit aux anciens : Tu ne manqueras pas à tes serments, mais tu t’acquitteras de tes serments envers le Seigneur. Eh bien ! moi, je vous dis de ne pas jurer du tout, ni par le ciel, car c’est le trône de Dieu, ni par la terre, car elle est son marchepied, ni par Jérusalem, car elle est la Ville du grand Roi. Et ne jure pas non plus sur ta tête, parce que tu ne peux pas rendre un seul de tes cheveux blanc ou noir. Que votre parole soit “oui”, si c’est “oui”, “non”, si c’est “non”. Ce qui est en plus vient du Mauvais. »

Prière

Comme toujours, tu veux annoncer le Royaume que tu es venu inaugurer et que tu veux voir vivre par les hommes de tous les temps et de toutes les civilisations qui se trouvent ici-bas. Seigneur, merci pour les enseignements que tu veux nous donner pour que nous les vivions avec toi.

Demande

Tu nous demandes de vivre au milieu d’un monde qui est de plus en plus indifférent à Dieu et tu sais combien ce monde a besoin d’ouvriers pour se construire. Tu sais aussi que ces ouvriers ont besoin de tes grâces pour être fidèles et donner du sens à la vie qu’ils devront vivre aujourd’hui dans ce monde infidèle. Seigneur, que je sache te laisser faire ta demeure en moi, pour que tu fasses ta demeure ici-bas.

Réflexion

Seigneur, tu nous invites à revivre le Décalogue reçu par Moïse sur le Mont Sinaï (cf. Ex 20). Seul l’Esprit Saint peut conduire cette médiation : il est celui que tu as promis à tes fidèles et qui nous enseignera tout ce que nous devons connaître.

1. « Vous avez encore appris qu’il a été dit aux anciens (…) »

Ici, c’est un rappel du Décalogue reçu par les anciens et à transmettre de générations en générations jusqu’à la fin des temps. L’appel que Jésus réitère à ses apôtres, et à nous aujourd’hui, n’est pas une option : c’est un commandement. Dieu nous veut saints : « Il nous a choisis, dans le Christ, avant la fondation du monde, pour que nous soyons saints, immaculés devant lui, dans l’amour. » (Ep 1, 4) C’est lui qui a l’initiative de la vie. Le peuple de Dieu, aujourd’hui, c’est nous, son Église. Celle-ci est « Une, sainte, catholique et apostolique ». Par l’Alliance, nous sommes tenus à l’obéissance au Décalogue reçu au Mont Sinaï et transmis par Moïse. La sainteté n’est pas une option parmi d’autres et nous y sommes tous appelés.

2. « Eh bien ! moi, je vous dis de ne pas jurer du tout. »

Nous n’avons pas à faire de serments. Nous ne devons pas non plus « jurer » parce que ce serait, d’une certaine façon, engager la vérité de Dieu dans les actes que nous posons : si notre vie est vécue en vérité selon le désir de Dieu, lui en tiendra compte. Les hommes avec lesquels nous vivons doivent pouvoir nous faire confiance et si notre vie est vécue en fonction de Dieu et de sa volonté, nous pouvons être en paix. Il nous faut aimer Dieu avant d’aimer le monde parce que : « Si quelqu’un aime le monde, l’amour du Père n’est pas en lui. » écrivait saint Jean (1 Jn 2, 15). Si nous sommes en paix avec nous-mêmes, les commentaires des personnes avec lesquelles nous vivons ne doivent pas nous troubler : il suffit que notre oui soit oui, tout le reste est du démon.

Encore faut-il que nous soyons honnêtes envers nous-mêmes et fidèles à cette Loi divine. Tous nos engagements nous mettent face à nos actes et exigent notre totale sincérité. Il faut respecter la vérité à chaque instant de l’existence.

3. « Que votre parole soit “oui”, si c’est “oui”, “non”, si c’est “non”. »

La sincérité doit nourrir le serment. Le Seigneur sait que, au quotidien, nous avons du mal à rester fidèles à la vérité, à sa vérité. Il nous faut apprendre à y rester quotidiennement fidèles parce qu’elle est vitale. Il est fondamental d’être fidèles à ce que l’on dit dans les actes que nous accomplissons ou les paroles que nous prononçons. Et là, c’est un « art de vivre » qui se vit à chaque instant, dans les petites ou les grandes choses. C’est dans notre cœur, devant Dieu, que nous devons vivre la Loi divine, transmise de générations en générations, du plus petit détail au plus important, et à chaque instant.

Dialogue avec le Christ

« Qui a découvert le Christ se doit de conduire les autres vers lui. On ne peut garder pour soi une grande joie. Il faut la transmettre. » disait le pape Benoît XVI aux jeunes réunis à Cologne en 2005 pour les JMJ. Mais, en méditant ce texte, il est aussi une attitude qu’il est impératif de conserver : c’est celle de l’humilité, attitude fondamentale du disciple. Notre comportement ne doit jamais être ostentatoire, ni manifester notre supériorité. Tout dépend du cœur avec lequel on s’adresse à Dieu et avec lequel on lui répond. Là seulement réside la gloire de Dieu.

Seigneur, fais-moi bien comprendre que le trésor du Royaume ne se découvrira qu’en cherchant la justice et la miséricorde de Dieu. Il faut construire sa vie sur le roc de la vérité en écoutant les paroles de Jésus pour les mettre en pratique.

Résolution

Aller de l’avant sans orgueil en demandant humblement la grâce d’entendre et de comprendre la volonté de Dieu dans les actes que j’ai à poser.

Cécile Beaure d'Augères, consacrée de Regnum Christi
Méditations: Regnum Christi 
Texte de l’Évangile et informations liturgiques: © AELF - Paris - Tous droits réservés