| | |

« La puissance du Seigneur était à l’œuvre »

Lundi 11 décembre 2023

Saint Damase 1er, pape

Couleur liturgique : violet

Évangile selon saint Luc 5, 17-26

Un jour que Jésus enseignait, il y avait dans l’assistance des pharisiens et des docteurs de la Loi, venus de tous les villages de Galilée et de Judée, ainsi que de Jérusalem ; et la puissance du Seigneur était à l’œuvre pour lui faire opérer des guérisons. Arrivent des gens, portant sur une civière un homme qui était paralysé ; ils cherchaient à le faire entrer pour le placer devant Jésus. Mais, ne voyant pas comment faire à cause de la foule, ils montèrent sur le toit et, en écartant les tuiles, ils le firent descendre avec sa civière en plein milieu devant Jésus. Voyant leur foi, il dit : « Homme, tes péchés te sont pardonnés. »
Les scribes et les pharisiens se mirent à raisonner : « Qui est-il celui-là ? Il dit des blasphèmes ! Qui donc peut pardonner les péchés, sinon Dieu seul ? » Mais Jésus, saisissant leurs pensées, leur répondit : « Pourquoi ces pensées dans vos cœurs ? Qu’est-ce qui est le plus facile ? Dire : “Tes péchés te sont pardonnés”, ou dire : “Lève-toi et marche” ? Eh bien ! Afin que vous sachiez que le Fils de l’homme a autorité sur la terre pour pardonner les péchés, – Jésus s’adressa à celui qui était paralysé – je te le dis, lève-toi, prends ta civière et retourne dans ta maison. »
À l’instant même, celui-ci se releva devant eux, il prit ce qui lui servait de lit et s’en alla dans sa maison en rendant gloire à Dieu. Tous furent saisis de stupeur et ils rendaient gloire à Dieu. Remplis de crainte, ils disaient : « Nous avons vu des choses extraordinaires aujourd’hui ! »

Prière

Seigneur, je viens à toi, comme cette assistance qui venait t’écouter, qui était avide de ton enseignement, qui avait foi en ta puissance pour guérir et réconforter. Je viens à toi, le cœur et l’esprit disponibles. Fais que ce soit ton Esprit qui prie en moi et qui m’ouvre l’intelligence des Écritures. Fais que ce moment soit une rencontre personnelle et profonde avec toi. Je sais que tu es là, que tu m’écoutes et que tu veux me parler, m’enseigner.

Demande

Augmente en moi le désir de ta venue. Viens, Seigneur Jésus ! « Il va venir, le Roi, le Maître de la terre ; il ôtera nos liens, il nous délivrera. » (antienne de l’alléluia du jour). Viens !

Réflexion

  1. « Un jour que Jésus enseignait (…) »
    Les foules accouraient pour écouter Jésus car il parlait avec autorité, il enseignait en vérité. Et ses paroles étaient confirmées par sa vie, par ses actes et par des signes, des miracles… Ici, on ne sait pas de quoi parlait Jésus mais lorsque le paralytique est introduit subitement au milieu de la pièce, le Seigneur profite de la situation pour parler du pardon de nos péchés. Et ses paroles sont confirmées par la guérison du paralytique. La maladie n’est pas un péché. Mais le péché peut parfois nous rendre malade. Et le pardon peut nous relever. Jésus vient nous offrir le pardon, la rémission de tous nos péchés. Il nous restaure profondément, il touche les profondeurs de notre cœur, de nos inquiétudes, de nos remords, etc.
    Laissons-nous regarder par lui, laissons-nous toucher, restaurer, relever, guérir. Seigneur, je me présente à toi, tel que je suis. Vois tous les recoins de mon cœur.
  2. « Pourquoi ces pensées dans vos cœurs ? »
    On assiste ici à une forte confrontation avec les pharisiens. Jésus connaît nos pensées, il connaît nos jugements, même si nous ne les avons pas encore exprimés. Nous n’avons aucun rôle à jouer, aucune posture à adopter, il nous connaît en vérité. Et surtout, il nous aime. Il vient à notre rencontre, il vient nous libérer de nos misères. C’est cela sa miséricorde.
    Pourquoi les pharisiens sont-ils si durs dans leurs pensées, leur jugement, dans leur manière de vivre et d’interpréter la religion ? Jésus les provoque sur le terrain de la foi. N’est-ce pas lui, le Seigneur, qui a le pouvoir de pardonner les péchés ?
    Je crois en toi, Seigneur. Augmente en moi la foi. Purifie-moi de mes jugements. Ouvre mon cœur à tout ce que tu veux me révéler sur le pardon, sur ton amour, sur l’amour du Père et du prochain.
  3. « Et la puissance du Seigneur était à l’œuvre (…) »
    Au début de cet Évangile il est précisé que « la puissance du Seigneur était à l’œuvre pour lui faire opérer des guérisons ». Jésus œuvre en union avec son Père, il œuvre avec la puissance de Dieu. Et la puissance de Dieu est toujours à l’œuvre dans le monde et dans ma vie.
    Viens, Seigneur ! Fais que j’ouvre les yeux, fais que je t’abandonne mon jugement, que je laisse la place pour que la puissance du Seigneur soit à l’œuvre. Comme toi, je veux m’unir au Seigneur qui est à l’œuvre.
    Les foules ont été attirées par tes signes, par le signe de la guérison du paralytique, par le signe du pardon de ses péchés, par le signe plus tardif de la résurrection de Lazare, etc. Ouvre mes yeux pour voir comment tu es encore à l’œuvre aujourd’hui. Fais que je compte plus sur toi que sur moi. Fais que je m’unisse à ton œuvre.

Dialogue avec le Christ

Jésus, viens, ne tarde pas ! Montre ta puissance en œuvre dans ma vie. Prépare mon cœur à ta venue à Noël. Fais qu’avec tout le peuple de ceux qui ont foi en toi, j’espère ta venue : Jésus, mon espérance, mon Dieu et mon Sauveur !

Résolution

Je prends de nouveau conscience que nous nous préparons à Noël. En union avec Marie, je réalise que le Christ est déjà en moi, il vit, il grandit. J’attends avec amour et tendresse qu’il naisse et se manifeste au monde. Avec Marie, j’ai confiance et je m’abandonne à son œuvre.

Céline Cochin, consacrée de Regnum Christi
Contacter l’auteur

Méditations : Regnum Christi
Texte de l’Évangile et informations liturgiques : © AELF – Paris – Tous droits réservés