| | |

Jean est le messager qui prépare le chemin du Seigneur

Jeudi 16 décembre 2021

Sainte Adélaïde

Couleur liturgique : violet

Évangile selon saint Luc 7, 24-30

Après le départ des messagers de Jean, Jésus se mit à dire aux foules à propos de Jean : « Qu’êtes-vous allés regarder au désert ? un roseau agité par le vent ? Alors, qu’êtes-vous allés voir ? un homme habillé de vêtements raffinés ? Mais ceux qui portent des vêtements somptueux et qui vivent dans le luxe sont dans les palais royaux. Alors, qu’êtes-vous allés voir ? un prophète ? Oui, je vous le dis ; et bien plus qu’un prophète ! C’est de lui qu’il est écrit : Voici que j’envoie mon messager en avant de toi, pour préparer le chemin devant toi. Je vous le dis : Parmi ceux qui sont nés d’une femme, personne n’est plus grand que Jean ; et cependant le plus petit dans le royaume de Dieu est plus grand que lui. Tout le peuple qui a écouté Jean, y compris les publicains, en recevant de lui le baptême, a reconnu que Dieu était juste. Mais les pharisiens et les docteurs de la Loi, en ne recevant pas son baptême, ont rejeté le dessein que Dieu avait sur eux. »

Prière

Nous sommes aujourd’hui à neuf jours de Noël. Que cette prière me dispose davantage à ta venue, Seigneur. Te faire de la place, écouter ta parole, te recevoir dans ma vie. Viens, divin Messie ! Je t’attends, je t’aime, je me donne tout à toi.

Demande

Il me reste peu de jours pour me préparer à ta naissance. Aide-moi à le faire comme Marie, comme Joseph, sans me perdre dans le superflu mais dans le silence et le recueillement du cœur, dans l’attention à ce qui a vraiment de l’importance, dans la foi, la joie et l’espérance de ta venue.

Réflexion

L’Évangile d’aujourd’hui nous offre les paroles de Jésus à la foule après l’arrestation de Jean Baptiste, son cousin. Que nous dit-il ?

1.           « Qu’êtes-vous allés voir ? »
Le premier élément sur lequel nous pouvons nous arrêter est la question de Jésus. En général, c’est nous qui venons à la prière pour poser des questions à Dieu, en recherche de réponses : que m’arrive-t-il ? Que dois-je faire ? Pourquoi as-tu permis cela ? Que vais-je devenir ? Nous sommes plus ou moins impatients d’obtenir de Dieu les réponses que nous demandons, et nous ne comprenons pas toujours sa façon de nous répondre.
Cependant, aujourd’hui la situation est différente. C’est Jésus qui nous pose non pas une question, mais trois fois la même question : « Qu’êtes-vous allés voir ? »
Prenons le temps de laisser cette question résonner en notre intérieur. Laissons-nous interroger à notre tour par Dieu. Et n’allons pas plus loin avant de lui répondre. Qu’est-ce que je viens voir lorsque j’accours à la prière ? Qu’est-ce que je viens voir lorsque je vais à la messe ? Qu’est-ce que je viens voir lorsque je m’approche du sacrement de la confession ? Qu’est-ce que je viens voir lorsque je vais à l’adoration ? En cette époque de l’année, qu’est-ce que je viens voir à Noël ?

2.           « Voici que j’envoie mon messager en avant de toi, pour préparer le chemin devant toi. »
Cette question de Jésus a en réalité un objectif : préparer le chemin devant lui et disposer nos cœurs à sa venue ; nous ouvrir à ce temps de grâce que l’année liturgique nous offre de nouveau avec la célébration de Noël.
Combien de fois en effet arrivons-nous à ces fêtes de fin d’année comme « un roseau agité par le vent » : fragiles, fatigués, submergés par le travail, les traditions, les préoccupations et les soucis ? Ou combien de fois avons-nous vécu ces dates comme des personnes habillées « de vêtements raffinés, somptueux », perdus ou dispersés dans l’agitation des fêtes de fin d’année ?
Eh bien cette année, prenons le temps de choisir : comment est-ce que je veux vivre ce mois de décembre ? Comment est-ce que je veux célébrer Noël ? De façon personnelle, avec ma famille, avec mes amis et connaissances ? Que puis-je faire de différent par rapport aux autres années pour me centrer davantage sur le vrai sens de Noël ? Ma préparation à la messe est-elle à la mesure de ce que je viens voir ?

3.           « Le plus petit » : un éloge à la simplicité
Arrêtons-nous enfin sur un dernier mot de Jésus : « le plus petit ».
Ceci fait partie de la Bonne Nouvelle de l’Évangile. Jésus vient nous révéler l’image de Dieu qui se fait petit pour être accessible et proche de nous. Mais il vient aussi nous montrer que ce sont aussi les petites choses de notre vie qui sont le chemin privilégié pour le rencontrer.
Empruntons ici un extrait du livre de Dysmas de Lassus lorsqu’il rédige un éloge à la simplicité : « Jésus de Nazareth nous appelle sur une autre voie, celle de l’évangélisation de la vie humaine dans toute son épaisseur, celle de la pénétration de Dieu dans le quotidien qui fit dire à Paul Verlaine : la vie humble aux travaux ennuyeux et faciles est une œuvre de choix qui veut beaucoup d’amour. »
Apprenons alors à voir Jésus dans la simplicité de notre vie quotidienne. Pour se préparer à Noël, il ne s’agit pas d’inventer ou de multiplier des pratiques, mais de remplir de sens celles que nous vivons déjà et de choisir l’attitude avec laquelle nous voulons les vivre.

Dialogue avec le Christ

Jésus, aide-moi à vivre ma vie ordinaire avec cohérence et simplicité. Guide-moi dans ce moment de prière et montre-moi comment je peux me préparer à ta venue.

Résolution

Je peux décider de prier une neuvaine pour mieux me préparer à Noël. Je peux réviser mon train de vie : suis-je comme le roseau ou comme ces personnes bien habillées dans l’attente de Noël ? Y a-t-il un changement à réaliser ?

Lucie Favier, consacrée de Regnum Christi
Contacter l’auteur

Méditations : Regnum Christi
Texte de l’Évangile et informations liturgiques : © AELF – Paris – Tous droits réservés