Année B | blanc | Méditation | Saint Jean

« Je suis le Chemin, la Vérité et la Vie »

Vendredi 30 avril 2021

Saint Pie V

Couleur liturgique : blanc

Évangile selon saint Jean 14, 1-6

En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples : « Que votre cœur ne soit pas bouleversé : vous croyez en Dieu, croyez aussi en moi. Dans la maison de mon Père, il y a de nombreuses demeures ; sinon, vous aurais-je dit : “Je pars vous préparer une place” ? Quand je serai parti vous préparer une place, je reviendrai et je vous emmènerai auprès de moi, afin que là où je suis, vous soyez, vous aussi. Pour aller où je vais, vous savez le chemin. » Thomas lui dit : « Seigneur, nous ne savons pas où tu vas. Comment pourrions-nous savoir le chemin ? » Jésus lui répond : « Moi, je suis le Chemin, la Vérité et la Vie ; personne ne va vers le Père sans passer par moi. »

Prière

Seigneur ressuscité, me voici en ta présence. Je te confie cette journée, fais qu’elle porte du fruit en moi et dans toutes les personnes que je vais rencontrer aujourd’hui ! Attire-moi davantage à toi, Seigneur ! Sainte Vierge Marie, porte cette prière à ton Fils !

Demande

Seigneur, fais-moi demeurer en toi !

Reflexion

  1. Dans ce passage de l’Évangile, le Seigneur explique à ses apôtres la raison de son départ. S’il va mettre un terme à sa vie terrestre, s’il va mourir, ressusciter et monter au ciel, c’est pour me préparer une place. Quelle est cette place que le Seigneur a prévue pour moi ? Quelles sont ces « nombreuses demeures » où je pourrai emménager ? Parfois, on imagine un palais aux mille chambres, comme Versailles, ou un immense hôtel comme ceux de Las Vegas. Cependant, les palais les plus luxueux n’ont rien à voir avec la demeure que nous prépare le Seigneur.
    En effet, cette demeure n’est pas une question de mètres carrés. C’est une demeure sans dimensions, en dehors de l’espace et du temps. Cette demeure, c’est Dieu lui-même, dans lequel le Christ, vrai Dieu et vrai homme, va entrer, et nous laisser entrer avec lui. Dans la suite des chapitres 14 à 17 de l’Évangile de saint Jean, on retrouvera de nombreuses fois le verbe « demeurer » sur les lèvres de Jésus. Mais, presqu’à chaque fois, c’est pour dire à ses apôtres qu’ils demeureront en lui et lui en eux. La vraie demeure, le vrai lieu de repos pour lequel nous avons été créés, c’est le cœur de Dieu. Comme le dit saint Augustin : « Tu nous as faits pour toi, Seigneur, et notre cœur est sans repos tant qu’il ne repose en toi. »
  2. « Je suis le Chemin, la Vérité et la Vie. »
    En prononçant ces paroles, le Seigneur explique comment demeurer en lui. La vie, la vraie vie, la vie éternelle, n’est rien d’autre que la vie de Dieu, à laquelle il nous invite à prendre part. Vivre de sa vie, cela veut dire me greffer à lui, laisser sa sève entrer dans mes branches, sentir son sang couler dans mes veines. Et cela n’est pas une étape qui ne commencerait qu’après ma mort ! Non, dès ici-bas, dès maintenant, je peux participer à la vie même de Dieu. Le baptême et les autres sacrements m’unissent déjà au Christ ressuscité.
    Demeurer en Dieu, c’est aussi une question de vérité. En effet, je suis créé pour aimer et être aimé, et ce désir est tellement grand, tellement immense que seul un amour infini peut le rassasier. La vérité de mon être est que je suis fait pour être aimé sans limites et aimer à mon tour sans limites. Or, le seul qui puisse me donner cet amour, c’est celui qui a donné sa vie pour moi, c’est celui qui est mort pour que je puisse vivre. Voilà ce qui donne tout son sens à ma vie. Voilà la vérité de mon existence.
    Finalement, pour arriver à cette demeure, le Seigneur me donne aussi un chemin. Cependant, il ne me le donne pas sous la forme de carte routière. Ce n’est pas un itinéraire avec toutes les étapes marquées à l’avance. Non, c’est un chemin que je découvre au fur et à mesure. À chaque tournant, j’aperçois un nouveau morceau de route. Parfois, dans le brouillard, je ne peux voir que le pas suivant. Mais c’est toujours suffisant pour avancer. Le Seigneur me laisse toujours entrevoir une de ses traces afin que je puisse marcher à sa suite et arriver ainsi à la rencontre définitive avec lui.

Dialogue avec le Christ

« Si je traverse les ravins de la mort, je ne crains aucun mal, car tu es avec moi : ton bâton me guide et me rassure. Tu prépares la table pour moi devant mes ennemis ; tu répands le parfum sur ma tête, ma coupe est débordante. Grâce et bonheur m’accompagnent tous les jours de ma vie ; j’habiterai la maison du Seigneur pour la durée de mes jours. » (Ps 22)

Résolution

Aujourd’hui, je remercierai le Seigneur pour mon baptême.

Frère Benoît Terrenoir, LC

Méditations : Regnum Christi
Texte de l’Évangile et informations liturgiques : © AELF – Paris – Tous droits réservés