« Voici l’Agneau de Dieu, qui enlève le péché du monde »

Couleur liturgique : vert

Évangile selon saint Jean 1, 29-34

En ce temps-là, voyant Jésus venir vers lui, Jean le Baptiste déclara : « Voici l’Agneau de Dieu, qui enlève le péché du monde ; c’est de lui que j’ai dit : L’homme qui vient derrière moi est passé devant moi, car avant moi il était. Et moi, je ne le connaissais pas ; mais, si je suis venu baptiser dans l’eau, c’est pour qu’il soit manifesté à Israël. » Alors Jean rendit ce témoignage : « J’ai vu l’Esprit descendre du ciel comme une colombe et il demeura sur lui. Et moi, je ne le connaissais pas, mais celui qui m’a envoyé baptiser dans l’eau m’a dit : ‘Celui sur qui tu verras l’Esprit descendre et demeurer, celui-là baptise dans l’Esprit Saint.’ Moi, j’ai vu, et je rends témoignage : c’est lui le Fils de Dieu. »

Prière

Jésus, je crois en toi, je désire te rencontrer, mieux te connaître et être chaque jour plus proche de toi. Ce temps est pour toi, je t’ouvre mon cœur.

Demande

Jésus, donne-moi la même audace que Jean-Baptiste pour annoncer ton amour.

Réflexion

1. Le contexte

Nous sommes au début de l’Évangile de saint Jean, le peuple d’Israël est présent au bord du Jourdain avec Jean le Baptiste qui baptise pour la conversion des cœurs. Mais qui est ce Jean le Baptiste, d’où vient-il ?

« Jean est son nom. » (Lc 1, 63) Ce furent les premières paroles que Zacharie a prononcées après la longue période de silence qu’il a vécue pendant que sa femme Élisabeth était enceinte. Oui Jean est cet enfant miracle ! Élisabeth l’a attendu alors qu’elle était stérile « car rien n’est impossible à Dieu » (Lc 1, 37). Depuis toujours, Dieu a prévu une mission très importante pour Jean : « Il sera grand devant le Seigneur […] et il sera rempli d’Esprit Saint dès le ventre de sa mère, il fera revenir de nombreux fils d’Israël au Seigneur leur Dieu ; il marchera devant, en présence du Seigneur, […] et préparera au Seigneur un peuple bien disposé. » (Lc 1, 15-17)

Pendant que Jean grandissait, Élisabeth et Zacharie lui ont sûrement raconté toutes ces paroles mystérieuses de l’ange. Jean a donc été préparé par ses parents et par Dieu lui-même à sa mission de précurseur du Messie. Jean va quitter ses parents pour s’occuper de son peuple, il va commencer à baptiser. Jésus est venu se faire baptiser par lui et c’est à ce moment-là que l’Esprit est descendu du ciel comme une colombe. Il est ensuite parti dans le désert pour être tenté. C’est après ce temps que Jésus est revenu voir Jean-Baptiste, son cousin, pour qui il a beaucoup d’estime : « Jean est le plus grand des enfants des hommes », car c’est lui qui le reconnaîtra comme l’Agneau de Dieu.

2. « Voici l’Agneau de Dieu qui enlève le péché du monde. »

Cette phrase prononcée par Jean est d’une profondeur sans limite. Le prêtre la prononce avant de nous offrir Jésus dans l’Eucharistie à chaque messe. Le prêtre, comme saint Jean, a donc pour mission de nous montrer et de nous révéler qui est Jésus. Par cette phrase nous pouvons comprendre que Jésus est l’unique qui peut tous nous sauver et combien son amour pour les hommes est infini, au-delà de notre pauvre pensée.

Mais cette phrase remonte bien avant la venue de Jésus. Les fêtes juives de Pessa’h et les jours de pain sans levain commémorent la libération du peuple hébreux de l’emprise des Égyptiens par Moïse. C’est à ce moment-là qu’un agneau par famille était égorgé pour fêter la Pâque.

Mais ici il est question de « l’Agneau de Dieu » prévu depuis toute éternité pour s’offrir en sacrifice pour le salut du monde. Jean-Baptiste ne vient pas parler seulement aux juifs mais aux hommes du monde entier. « C’est lui le Fils de Dieu. » Par cette affirmation, Jean reconnaît le Messie en la personne de Jésus.

3. L’urgence de ressembler à Jean le Baptiste aujourd’hui

Durant toute sa vie, Jean-Baptiste a fait preuve d’une entière confiance dans le Seigneur, comme ses saints parents qui ont toujours espéré la venue de leur fils. Il doit en être ainsi dans notre propre vie. Oui, nous devons « prier sans nous décourager » (Lc 18, 1). Dieu notre Père est présent dans le secret de notre cœur. Il faut tout espérer en Dieu, les plus grandes comme les plus petites choses. Jean-Baptiste décide de tout quitter pour s’occuper de la conversion de ses frères juifs. Il répond avec promptitude à l’appel que le Seigneur lui a adressé depuis toujours.

Est-ce que j’ose, en tant que chrétien, être témoin de ma foi dans le Christ comme Jean-Baptiste ? Jean s’est dépassé, oublié toute sa vie pour rendre témoignage à la vérité. En répondant pleinement à sa vocation, il est devenu un homme nouveau, vivant de Dieu. Le monde d’aujourd’hui a plus que jamais besoin de Jean-Baptiste (dans les collèges, lycées, à la fac, à la maison, au travail, etc.) pour annoncer que la vie n’a un sens que si elle est pleine de Dieu !

Dialogue avec le Christ

Jésus, toi qui es la bonté même, je désire t’appartenir entièrement et enlever de mon cœur tout ce qui n’est pas toi, afin de n’être qu’à toi seul. Comme Jean-Baptiste je désire t’annoncer et vivre de ton amour avec les personnes qui m’entourent.

Résolution

Prendre un temps d’adoration avec Jésus présent humblement et silencieusement dans la blanche et sainte hostie. Il est là, constamment présent, jour et nuit, prenons-nous assez de temps avec lui ?

Adèle Landowski, membre de Regnum Christi
Méditations: Regnum Christi 
Texte de l’Évangile et informations liturgiques: © AELF - Paris - Tous droits réservés