« Sois le berger de mes agneaux. Sois le pasteur de mes brebis »

Vendredi, 29 mai 2020

Couleur liturgique : blanc

Évangile selon saint Jean 21, 15-19

Jésus se manifesta encore aux disciples sur le bord de la mer de Tibériade. Quand ils eurent mangé, Jésus dit à Simon-Pierre : « Simon, fils de Jean, m’aimes-tu vraiment, plus que ceux-ci ? » Il lui répond : « Oui, Seigneur ! Toi, tu le sais : je t’aime. » Jésus lui dit : « Sois le berger de mes agneaux. » Il lui dit une deuxième fois : « Simon, fils de Jean, m’aimes-tu vraiment ? » Il lui répond : « Oui, Seigneur ! Toi, tu le sais : je t’aime. » Jésus lui dit : « Sois le pasteur de mes brebis. » Il lui dit, pour la troisième fois : « Simon, fils de Jean, m’aimes-tu ? » Pierre fut peiné parce que, la troisième fois, Jésus lui demandait : « M’aimes-tu ? » Il lui répond : « Seigneur, toi, tu sais tout :tu sais bien que je t’aime. »

Jésus lui dit : « Sois le berger de mes brebis. Amen, amen, je te le dis : quand tu étais jeune, tu mettais ta ceinture toi-même pour aller là où tu voulais ; quand tu seras vieux, tu étendras les mains, et c’est un autre qui te mettra ta ceinture, pour t’emmener là où tu ne voudrais pas aller. » Jésus disait cela pour signifier par quel genre de mort Pierre rendrait gloire à Dieu. Sur ces mots, il lui dit : « Suis-moi. »

Prière

Jésus, je t’ouvre mon cœur, tu sais que je suis fragile mais tu sais aussi que je t’aime et que j’ai confiance en toi. Je désire te renouveler mon « oui » pour me mettre à ta suite. Mais d’abord, laisse-moi te redire que je t’aime.

Demande

Jésus, que je puisse t’aimer mille fois plus.

Réflexion

1. Ces magnifiques versets de l’évangéliste saint Jean se situent juste après la manifestation de Jésus dans son corps glorieux au bord du lac de Tibériade. Mais ce passage se passe juste avant l’Ascension de notre Seigneur, « grâce à l’Esprit Saint nous retournons en arrière ». Après les poissons partagés avec ses disciples, Jésus demande à Simon s’il l’aime. Jésus va partir auprès de son Père, il compte sur ses apôtres, dont Pierre pour prendre sa suite. Ici, il est bon et beau de se rappeler que Pierre a renié trois fois Jésus avant sa Passion et Jésus lui donne maintenant la possibilité de lui dire trois fois qu’il l’aime. Jésus prend du temps avec Pierre qui va devenir le premier pape, c’est-à-dire le vicaire du Christ (représentant du Christ sur terre). Ce sera désormais à Pierre de donner l’exemple de l’amour que nous devons témoigner envers Jésus et notre prochain. Jésus sait pertinemment que Pierre l’aime profondément mais il a besoin de l’entendre le lui dire.

2. Jésus va demander trois fois à Simon s’il l’aime ; les deux premières demandes représentent en grec un amour « agapé », c’est un amour de volonté, l’amour chrétien, c’est le don de l’amour offert le jour de notre baptême qui nous entraîne à aller vers celui qui ne nous plaît pas. Comme Jésus nous l’a souvent dit : « Il n’y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ceux qu’on aime. » (Jn 15, 13)

La troisième demande de Jésus à Simon correspond à un amour dit « filia » en grec et là c’est un amour qui vient du cœur, qui jaillit du plus profond de notre être, un amour qui est affectif prêt à tout donner pour la personne que l’on aime.

Après chaque « déclaration d’amour » de Pierre, Jésus va lui dévoiler sa double mission, celle de conduire et de veiller sur le troupeau, et celle de lui enseigner la Parole de Dieu. Jésus veut montrer à Pierre que, malgré son péché et sa fragilité, il lui confie une très grande mission. Jésus va lui promettre de toujours être à ses côtés par le don du Saint-Esprit et de le guider dans chacun de ses pas. Il montre à Pierre ce qu’est le véritable amour : se laisser faire et entrer dans cette docilité des enfants de Dieu. Jésus prévient Pierre que sa vie aux yeux du monde ne se terminera pas bien. En effet, lorsque l’on suit Jésus de tout notre cœur, « cela se termine mal », le monde peut être contre nous et nous pouvons être amenés à mourir pour notre foi. Comme saint Pierre qui sera lui aussi être crucifié – mais la tête en bas en signe d’humilité et d’amour pour son Maître et Seigneur.

3. Lorsque Jésus parle avec ses apôtres, il parle aussi avec nous qui le suivons. Jésus nous pose les même questions qu’à Pierre. Jésus connaît parfaitement le cœur de Pierre et il sait que Pierre l’aime car les larmes après son reniement sont un signe de son amour pour lui. Quelle grâce d’être chrétien car nous avons une grande et belle mission ! Nous sommes chargés d’âmes, c’est-à-dire que notre mission est semblable à celle du Christ sur terre. Avec le don du Saint-Esprit nous pouvons aimer les personnes qui nous entourent comme Jésus nous a aimés. Jésus qui nous aime sans mesure désire que nous l’aimions ainsi sans réserve, même si notre cœur n’est pas infaillible car il y a bien souvent autre chose que lui en nous.

Jésus ne regarde pas la trahison de saint Pierre, il ne regarde pas notre péché mais plutôt notre avenir, notre sainteté. Il nous demande de l’aimer vraiment, avec notre volonté, avec tout ce que nous sommes à chaque instant de notre journée et de notre vie afin que nous puissions vivre et mourir par amour comme lui. Comment montrer à Jésus que je l’aime ? « Si quelqu’un m’aime, il gardera ma parole ; mon Père l’aimera, nous viendrons vers lui et, chez lui, nous nous ferons une demeure. » (Jn 14, 23) Mettons-nous donc à la suite de saint Pierre pour chercher et aimer Jésus de tout notre cœur !

Dialogue avec le Christ

Jésus, je te remercie de m’aimer autant et de me faire confiance, je désire me mettre à ton service humblement en prenant soin des personnes que tu mets à mes côtés. Donne-moi de pouvoir les aimer comme tu les aimes.

Jésus, mon Maître et Seigneur, tu sais tout, tu sais bien que je t’aime, tu sais tout, tu sais bien que je t’aime. Écouter le chant : https://www.youtube.com/watch?v=XjDD-1Abw08

Résolution

Aimer Jésus de tout mon cœur tout au long de la journée. Répéter souvent à Jésus dans le fond de mon cœur : « Jésus, tu sais bien que je t’aime. »

Adèle Landowski, membre de Regnum Christi
Méditations: Regnum Christi 
Texte de l’Évangile et informations liturgiques: © AELF - Paris - Tous droits réservés