Quel enseignement Jésus m’offre-t-il aujourd’hui ?

Samedi, 6 juin 2020

Couleur liturgique : vert

Évangile selon saint Marc 12, 38-44

En ce temps-là, dans son enseignement, Jésus disait : « Méfiez-vous des scribes, qui tiennent à se promener en vêtements d’apparat et qui aiment les salutations sur les places publiques, les sièges d’honneur dans les synagogues, et les places d’honneur dans les dîners. Ils dévorent les biens des veuves et, pour l’apparence, ils font de longues prières : ils seront d’autant plus sévèrement jugés. » Jésus s’était assis dans le Temple en face de la salle du trésor, et regardait comment la foule y mettait de l’argent. Beaucoup de riches y mettaient de grosses sommes. Une pauvre veuve s’avança et mit deux petites pièces de monnaie. Jésus appela ses disciples et leur déclara : « Amen, je vous le dis : cette pauvre veuve a mis dans le Trésor plus que tous les autres. Car tous, ils ont pris sur leur superflu, mais elle, elle a pris sur son indigence : elle a mis tout ce qu’elle possédait, tout ce qu’elle avait pour vivre. »

Prière

J’ouvre mon cœur et tout mon être à ta présence, Seigneur Jésus. Aujourd’hui, assis dans le Temple, tu enseignes. Tu m’enseignes. Je connais peut-être déjà ce passage mais je m’ouvre à l’enseignement qu’aujourd’hui la Parole vivante de Jésus voudra me suggérer.

Demande

Marie, je t’invoque au début de cette prière : toi qui as toujours su rester généreuse aux enseignements de Jésus, aide-moi à recevoir à mon tour cette Parole, avec l’intelligence du cœur. Aide-moi à la garder en moi et à laisser l’Esprit Saint me parler. Que peu à peu s’éclaire pour moi l’enseignement que Jésus veut m’offrir aujourd’hui.

Réflexion

1. « (…) dans son enseignement, Jésus disait (…) » (Mc 12, 38) et ensuite au verset 41, « Jésus s’était assis dans le Temple », et un peu plus loin au verset 43 : « Jésus appela ses disciples et leur déclara (…) »

Le cadre est bien posé : Jésus est en situation d’enseignement. Il est « assis », ce qui signifie qu’il enseigne avec autorité. Les évangélistes le présenteront aussi « assis » lorsqu’il enseignera les paraboles au bord du lac, ou sur la montagne que l’on appelle aujourd’hui le mont des Béatitudes où il enseignera les Béatitudes, mais aussi être sel et lumière dans le monde, prière dans le secret, le Notre Père, la règle d’or, etc. (cf. Mt 5, 1 à 7, 28).

2. Et lorsque Jésus enseigne, c’est pour que nous puissions vivre en hommes et femmes « debout ». Dans la Bible, l’homme debout est le vivant, en opposition à celui qui est couché, soit parce qu’il est malade ou mort. Que me dit Jésus aujourd’hui pour que je vive en homme debout et vivant ? « Moi, je suis venu pour que les brebis aient la vie, la vie en abondance. » (Jn 10, 10) Quel surcroît de vie le Seigneur m’offre-t-il aujourd’hui ?

3. Regardons juste ce qui est dénoncé par Jésus dans ce passage – mais si l’Esprit vous conduit sur un autre chemin de réflexion, suivez sa voie. Car, comme le précise saint Ignace concernant les Exercices spirituels : « Ce n’est pas d’en savoir beaucoup qui rassasie et satisfait l’âme, mais de sentir et de goûter les choses intérieurement. »

Jésus dénonce l’attitude et l’action des scribes qui « dévorent les biens des veuves et, pour l’apparence, ils font de longues prières ». Pourquoi Jésus dit-il qu’ils dévorent les biens des veuves ? Que dévorent-ils si cette veuve n’offre que quelques piécettes ? Cette femme pose un geste qui est pétri d’une confiance absolue en Dieu et d’une générosité sans calcul. La force de cette offrande émerveille Jésus. Elle est proche de l’offrande de Jésus lui-même dans son Incarnation, sa vie et sa mort. C’est un geste d’offrande et de confiance totale à Dieu le Père, par amour.

Les scribes, sensés recevoir et offrir à Dieu cette offrande, ne sont pas dignes d’un geste si beau et si pur… ils le dévorent. Ils le perdent, ils le vident de sa beauté, de sa force et ne laissent que l’apparence de longues prières creuses, aimant être vus, salués, richement vêtus pour être remarqués...

Dialogue avec le Christ

Fort est ton enseignement, Jésus ! Lumineux ! Tu donnes la vraie lumière sur les choses et sur les personnes. Tu nous montres où est le sel qui donne le goût à la vie. Tu as toi-même vécu cette offrande totale au Père, par amour, par amour pour lui et par amour pour nous.

Que ces paroles de saint Paul dans la première lettre aux Corinthiens continuent d’éclairer notre prière : « J’aurais beau parler toutes les langues des hommes et des anges, si je n’ai pas la charité, s’il me manque l’amour, je ne suis qu’un cuivre qui résonne, une cymbale retentissante. J’aurais beau être prophète, avoir toute la science des mystères et toute la connaissance de Dieu, j’aurais beau avoir toute la foi jusqu’à transporter les montagnes, s’il me manque l’amour, je ne suis rien. » (Co 13, 1-2)

Résolution

Aujourd’hui, effectuer un geste d’offrande par amour qui soit à ma portée.

Sabine Laxague, consacrée de Regnum Christi
Méditations: Regnum Christi 
Texte de l’Évangile et informations liturgiques: © AELF - Paris - Tous droits réservés