Présentation de Jésus au Temple

Mardi, 29 décembre 2020

blanc

Évangile selon saint Luc 2, 22-35

Quand fut accompli le temps prescrit par la loi de Moïse pour la purification, les parents de Jésus l’amenèrent à Jérusalem pour le présenter au Seigneur, selon ce qui est écrit dans la Loi : tout premier-né de sexe masculin sera consacré au Seigneur. Ils venaient aussi offrir le sacrifice prescrit par la loi du Seigneur : un couple de tourterelles ou deux petites colombes. Or, il y avait à Jérusalem un homme appelé Syméon. C’était un homme juste et religieux, qui attendait la Consolation d’Israël, et l’Esprit Saint était sur lui. Il avait reçu de l’Esprit Saint l’annonce qu’il ne verrait pas la mort avant d’avoir vu le Christ, le Messie du Seigneur.
Sous l’action de l’Esprit, Syméon vint au Temple. Au moment où les parents présentaient l’enfant Jésus pour se conformer au rite de la Loi qui le concernait, Syméon reçut l’enfant dans ses bras, et il bénit Dieu en disant : « Maintenant, ô Maître souverain, tu peux laisser ton serviteur s’en aller en paix, selon ta parole. Car mes yeux ont vu le salut que tu préparais à la face des peuples : lumière qui se révèle aux nations et donne gloire à ton peuple Israël. » Le père et la mère de l’enfant s’étonnaient de ce qui était dit de lui.
Syméon les bénit, puis il dit à Marie sa mère : « Voici que cet enfant provoquera la chute et le relèvement de beaucoup en Israël. Il sera un signe de contradiction – et toi, ton âme sera traversée d’un glaive – : ainsi seront dévoilées les pensées qui viennent du cœur d’un grand nombre. »

Prière

« Respire en moi, Esprit Saint, afin que je pense ce qui est saint. Attire-moi, Esprit Saint, afin que j’aime ce qui est saint. Affermis-moi, Esprit Saint, afin que je garde ce qui est saint. » (Saint Augustin).

Demande
Donne-moi, Esprit Saint, d’entrer plus profondément dans la connaissance du mystère du salut apporté par Jésus. Travaille en moi, Esprit Saint, pour que, comme Syméon, je reconnaisse Jésus !
Réflexion
  1. Jésus est amené au Temple de Jérusalem pour y être présenté au Seigneur.
    Cela correspondait à l’exigence de la Loi en vigueur à l’époque. Par trois fois, la Loi de Moïse est évoquée dans les premiers versets. Luc a le souci de nous faire comprendre que Joseph et Marie sont de parfaits observants de la loi juive. Même si paradoxalement ils viennent pour présenter le Fils du Très-Haut (cf. Lc 1, 32) au Père, ils le font en suivant toutes les règles habituelles. Ils font comme tout le monde. D’ailleurs, quelques années plus tard, Jésus ne dira-t-il pas : « Je ne suis pas venu abolir la Loi, mais l’accomplir ? »
  2. Alors que Marie et Joseph sont en parfaite syntonie avec la Loi d’Israël donnée dans l’Ancien Testament, voilà qu’un autre personnage entre en lumière. Il s’agit d’un homme juste et pieux appelé Syméon.
    Mais ce n’est pas tout : l’Esprit Saint repose sur lui et ce même Esprit l’a même averti qu’il ne mourrait pas avant d’avoir vu le Christ, le Messie du Seigneur. La Loi de l’Esprit – Loi nouvelle – contraste fortement avec la Loi ancienne dans ce texte. La Loi de l’Esprit n’abolit pas la Loi ancienne, mais l’accomplit par la venue du Messie. Un passage important entre l’Ancien et le Nouveau s’opère donc ici : Syméon le vieux est poussé par l’Esprit pour contempler la nouveauté de l’Alliance, alors que les parents de Jésus apportent cette nouveauté en empruntant le chemin de la fidélité à l’ancienne Alliance. Remarquons l’allusion à la Sainte Trinité : Le Fils est amené au Temple pour y être présenté au Père, et c’est l’Esprit qui permet de le reconnaître !
    Témoin d’une telle merveille, Syméon chante le cantique que l’Église répète à son tour chaque soir dans les complies. Syméon a été le premier témoin du salut de Dieu pour toutes les nations, c’est-à-dire témoin de l’accomplissement de toutes les promesses de Dieu annoncées dans l’ancienne Alliance ! Il n’y a rien de plus grand qu’un juif pieux pouvait espérer voir ! Il peut donc mourir en paix.
  3. Syméon est également prophète
    Il prophétise quelque chose qui concerne en particulier la mère de Jésus, mais aussi tous les hommes. Cet enfant sera un signe de contradiction pour beaucoup. Luc sous-entend probablement que Jésus ne sera pas reconnu, accueilli et aimé par un grand nombre. Le salut qu’il apporte sera incompris. Sa mère elle aussi devra parcourir tout un cheminement intérieur pour parvenir à cette connaissance, au point qu’une épée lui transpercera l’âme. L’épître aux Hébreux décrit précisément la parole de Dieu comme une épée qui pénètre l’âme (cf. He 4, 12). Bien des cœurs devront cheminer, comme Marie, pour accueillir cette parole, pour passer de la non-connaissance à la connaissance de Jésus.
Dialogue avec le Christ
Marie, conduis-moi à la connaissance de Jésus. Aide-moi à entrer, avec une foi vive, au cœur du mystère du salut qu’il nous a apporté.
Résolution
Aujourd’hui, je vivrai les choses les plus ordinaires de ma journée en accueillant la nouveauté que l’Esprit fera jaillir, en restant attentif à son action.
Emanuelle Pastore, consacrée de Regnum Christi
Méditations: Regnum Christi 
Texte de l’Évangile et informations liturgiques: © AELF - Paris - Tous droits réservés