Méditation du jour

Je ne suis pas venu appeler des justes, mais des pécheurs

Samedi, 16 janvier 2021

Couleur liturgique : vert

Évangile selon saint Marc 2, 13-17

En ce temps-là, Jésus sortit de nouveau le long de la mer ; toute la foule venait à lui, et il les enseignait. En passant, il aperçut Lévi, fils d’Alphée, assis au bureau des impôts. Il lui dit : « Suis-moi. » L’homme se leva et le suivit. Comme Jésus était à table dans la maison de Lévi, beaucoup de publicains (c’est-à-dire des collecteurs d’impôts) et beaucoup de pécheurs vinrent prendre place avec Jésus et ses disciples, car ils étaient nombreux à le suivre. Les scribes du groupe des pharisiens, voyant qu’il mangeait avec les pécheurs et les publicains, disaient à ses disciples : « Comment ! Il mange avec les publicains et les pécheurs ! » Jésus, qui avait entendu, leur déclara : « Ce ne sont pas les gens bien portants qui ont besoin du médecin, mais les malades. Je ne suis pas venu appeler des justes, mais des pécheurs. »

Prière

Seigneur Jésus, je viens à toi en cette journée. Je te remercie pour cette nouvelle occasion de prière. Je me mets en ta présence et à ton écoute. Je crois que tu es présent et je veux te laisser guider ce moment de prière.

Demande

S’il te plaît, viens à ma rencontre comme tu es allé à la rencontre de Lévi ; et qu’elle m’apporte les grâces dont j’ai besoin pour mieux te connaître, t’aimer et te suivre.

Réflexion

Nous méditons aujourd’hui l’appel de Lévi. Ce passage peut nous être déjà familier. Mais la Parole de Dieu est vivante. Elle peut toujours nous apporter une nouvelle lumière, une grâce particulière. Nous nous approchons aujourd’hui de cette scène évangélique depuis la perspective de trois différents protagonistes de ce passage.

  1. Lévi, le fils d’Alphée
    Nous considérons d’abord Lévi, le fils d’Alphée. L’Évangile nous le présente assis, comme installé commodément dans sa situation. Par ailleurs, il est collecteur d’impôts, travail peu populaire, mêlé au mauvais usage de l’argent, en collaboration avec les occupants romains. Enfin, il semble ami de bon nombre de pécheurs et de pharisiens. Lévi n’était peut-être pas un « juif modèle » ; peut-être que rien n’aurait pu faire présager l’élection du Christ.
    Cependant, si les hommes jugent les apparences, Dieu, lui, voit les cœurs. À peine Jésus a-t-il appelé Lévi que celui-ci se lève, se détache de son travail, de sa position, et le reçoit dans sa maison. Quelles promptes générosité et disponibilité que celle de Lévi, qui deviendra par la suite saint Matthieu !
    Et nous, savons-nous reconnaître la présence du Christ au milieu de notre vie quotidienne ? Savons-nous écouter sa voix qui nous invite ? Demandons au premier évangéliste la grâce de cette docilité aux invitations de Dieu.
     
  2. Les scribes du groupe des pharisiens
    L’histoire des scribes semble malheureusement différente. Leur conduite peut être irréprochable, mais nous les voyons au cours de ce passage juger tour à tour leurs confrères : Lévi à cause de son travail, ses amis parce qu’ils sont pécheurs et Jésus parce qu’il prend son repas avec eux. Cette attitude les rend durs et aveugles, incapables d’accueillir la grâce de Jésus qui passe.
    Cependant, ne blâmons pas trop les autres pour être des scribes. Si nous nous penchons sur notre cœur, nous nous rendrons compte que Lévi et les scribes y cohabitent tout comme dans l’Évangile. Si parfois nous sommes conscients de notre besoin de conversion et remplis de générosité pour mieux faire à l’avenir, il est d’autres moments où nous ressemblons plutôt aux scribes, où nous pouvons être durs, intransigeants, négatifs envers ceux qui nous entourent, envers certains membres de notre famille, de notre paroisse, de notre quartier, de notre travail…
    Demandons à Dieu la grâce de la sincérité et de ne pas nous tromper nous-mêmes. Il vaut mieux reconnaître ce que nous sommes pour que la rencontre avec le Christ puisse porter du fruit.
     
  3. Jésus
    Dans ce passage, nous voyons Jésus en activité de bon berger, qui va activement à la recherche et à la rencontre de sa brebis et, après l’avoir retrouvée, la porte tout joyeux dans ses bras et se réjouit avec ses voisins. Ici de même, c’est Jésus qui prend l’initiative de la rencontre avec Lévi, puis il se joint à lui pour le repas, en compagnie de ses amis. Jésus est heureux d’être avec nous, de nous retrouver au milieu de nos activités quotidiennes et de se joindre à nos célébrations.
    Jésus ne rejette pas pour autant les scribes et les pharisiens. Mais oui, il est nécessaire de pouvoir reconnaître nos limites et notre besoin de lui, car « ce ne sont pas les gens bien portants qui ont besoin du médecin, mais les malades ». Alors, quel que soit notre mal, n’ayons pas peur de l’exposer au Christ.
Dialogue avec le Christ

Jésus, aide-moi à reconnaître qui je suis à tes yeux. Tu m’aimes du même amour que Lévi ; et j’ai autant besoin de conversion que lui et les scribes. Que ton amour et mon besoin de toi se rencontrent.

Résolution

Possibles réflexions personnelles : je prends un temps de prière pour répondre en prière aux questions suivantes : en quoi ai-je besoin de Dieu dans ma vie ? En quoi est-ce que je ressemble à Lévi ? Ou aux scribes ?
Pour approfondir : je peux rechercher le tableau La vocation de saint Matthieu du Caravage qui illustre l’appel et la conversion de Lévi.

Lucie Favier, consacrée de Regnum Christi