« Malheureux êtes-vous, hypocrites ! »

Mercredi, 26 août 2020

Couleur liturgique : vert

Évangile selon saint Matthieu 23, 27-32

En ce temps-là, Jésus disait : « Malheureux êtes-vous, scribes et pharisiens hypocrites, parce que vous ressemblez à des sépulcres blanchis à la chaux : à l’extérieur ils ont une belle apparence, mais l’intérieur est rempli d’ossements et de toutes sortes de choses impures. C’est ainsi que vous, à l’extérieur, pour les gens, vous avez l’apparence d’hommes justes, mais à l’intérieur vous êtes pleins d’hypocrisie et de mal. Malheureux êtes-vous, scribes et pharisiens hypocrites, parce que vous bâtissez les sépulcres des prophètes, vous décorez les tombeaux des justes, et vous dites : “Si nous avions vécu à l’époque de nos pères, nous n’aurions pas été leurs complices pour verser le sang des prophètes.” Ainsi, vous témoignez contre vous-mêmes : vous êtes bien les fils de ceux qui ont assassiné les prophètes. Vous donc, mettez le comble à la mesure de vos pères ! »

Prière

Viens, Esprit Saint, illumine mon intelligence, ouvre mon cœur afin que je puisse mieux accueillir ce que le Seigneur veut me dire. Seigneur, je te confie cette journée, fortifie ma foi, consolide mon espérance et fais grandir en moi ton amour. Amen.

Demande

Seigneur, aide-moi à avoir un cœur pur et plein de miséricorde.

Réflexion
  1. « Malheureux êtes-vous, hypocrites ! »
    Le passage de l’Évangile que nous propose la liturgie d’aujourd’hui se situe dans un des discours de Jésus contre les scribes et les pharisiens. Jésus s’en prend à eux pour plusieurs raisons et, dans ces versets, le Seigneur leur reproche leurs hypocrisies. Les paroles de Jésus sont dures en effet : « Malheureux êtes-vous, scribes et pharisiens hypocrites, parce que vous ressemblez à des sépulcres blanchis à la chaux. » Les scribes et les pharisiens sont censés donner l’exemple, ce sont eux qui doivent conduire et aider à suivre la loi. Cependant ils ne le font pas, ils ne suivent les préceptes et la loi que de l’extérieur. Comment donc ne pas se rappeler les paroles du prophète Isaïe : « Ce peuple s’approche de moi en me glorifiant de la bouche et des lèvres, alors que son cœur est loin de moi, parce que la crainte qu’ils ont de moi n’est que précepte enseigné par les hommes. » (Is 29, 13) Le Christ veut qu’on le suive avec notre cœur, et pas seulement en appliquant extérieurement des règles.
    Aujourd’hui, cela peut nous paraître scandaleux de voir des personnes qui ont la responsabilité de guider ceux qui leur sont confiés et qui ne sont pas à la hauteur, au risque de les éloigner de la foi. Cette phrase : « Malheureux êtes-vous, hypocrites ! » peut s’appliquer à chacun d’entre nous. Suis-je toujours sincère ? M’arrive-t-il moi aussi d’être un sépulcre blanchi, de me croire meilleur que les autres parce que je suis chrétien ou alors parce que je vais à la messe le dimanche ? Qu’en est-il donc de la charité et de la miséricorde ? En agissant ainsi ne suis-je pas comme ces pharisiens qui jugeaient Jésus parce qu’il prenait des repas avec les publicains et les pêcheurs ?
     
  2. « Je veux la miséricorde, non le sacrifice. » (Mt 9, 13)
    Le Christ, par ces paroles, condamne les pharisiens pour leur attitude ; mais c’est plus que cela, c’est aussi une lamentation. Jésus les plaint pour ce qu’ils sont devenus alors qu’ils devaient enseigner de façon correcte les Écritures et la Loi. Comme dans tout Évangile Jésus veut nous dire quelque chose : il veut nous transmettre un message afin de devenir meilleurs. Il nous invite donc à ne plus être hypocrites, à changer notre façon d’agir : « Je veux la miséricorde, non le sacrifice. » (Mt 9, 13) Nous pouvons aussi trouver la contrepartie de ce discours dans les Béatitudes. À la phrase : « Malheureux êtes-vous, scribes et pharisiens hypocrites, parce que vous ressemblez à des sépulcres blanchis à la chaux. », nous pouvons mettre en opposition : « Heureux les cœurs purs car ils verront Dieu. » (Mt 5, 8) Le Seigneur nous invite donc à purifier notre cœur mais aussi à faire preuve de plus de miséricorde.
Dialogue avec le Christ

« Que ta grâce, Seigneur nous empêche de devenir des tombeaux blanchis, resplendissant en apparence, mais dont l’intérieur n’est que corruption. Rends-nous transparents comme une eau pure, loyaux envers nos frères et envers toi qui sondes nos cœurs et veux les combler de ta présence à jamais. » (Missel de l’assemblée pour la semaine, mercredi de la 21e semaine du Temps Ordinaire, prière évangélique).

Résolution

Faire preuve de patience et de miséricorde aujourd’hui avec mon entourage.

Frère Jean-Baptiste Ribes, LC
Méditations: Regnum Christi 
Texte de l’Évangile et informations liturgiques: © AELF - Paris - Tous droits réservés