Le jeune homme riche

Lundi, 17 août 2020

Couleur liturgique : vert

Évangile selon saint Matthieu 19, 16-22

Quelqu'un s'approcha de Jésus et lui dit : « Maître, que dois-je faire de bon pour avoir la vie éternelle ? » Jésus lui dit : « Pourquoi m'interroges-tu sur ce qui est bon ? Il n'y a qu'un seul être qui soit bon ! Si tu veux entrer dans la vie, observe les commandements. — Lesquels ? » lui dit-il. Jésus reprit : « Tu ne commettras pas de meurtre. Tu ne commettras pas d'adultère. Tu ne commettras pas de vol. Tu ne porteras pas de faux témoignage. Honore ton père et ta mère. Et aussi : Tu aimeras ton prochain comme toi-même. » Le jeune homme lui dit : « Tout cela, je l'ai observé : que me manque-t-il encore ? » Jésus lui répondit : « Si tu veux être parfait, va, vends ce que tu possèdes, donne-le aux pauvres, et tu auras un trésor dans les cieux. Puis viens, suis-moi. » À ces mots, le jeune homme s'en alla tout triste, car il avait de grands biens.

Prière

Ô mon bon Jésus, je veux passer ce petit moment de prière avec toi pour que tu m’apprennes ce que tu veux de moi et me donnes la grâce de le faire.

Demande

Seigneur, aide-moi à chercher ta volonté et ensuite à la suivre avec amour et intensité.

Réflexion
  1. L’Évangile sur lequel nous allons réfléchir aujourd’hui est un Évangile assez dur. En effet, c’est une bien triste histoire que ce jeune homme, enthousiaste et bon religieux, qui, devant l’invitation du Christ à le suivre, ne sent pas la force de laisser sa sécurité, c'est-à-dire ses biens entre autres, et à sauter dans ce vide apparent qui consisterait à suivre le Christ, mettant toute sa confiance en lui. Ce n’est pourtant pas chose impossible, les apôtres l’ont fait et tant de jeunes hommes et femmes le feront durant les siècles à venir.
     
  2. Il y a évidemment beaucoup de points de réflexion possibles, mais limitons-nous-en à un seul. Il est malheureusement très probable que notre jeune homme en question se cherchait plutôt lui-même, et non Dieu, d’où sa question : « Maître, que dois-je faire de bon pour avoir la vie éternelle ? » En fait, ce qui l’intéresse, c’est la vie éternelle et non de suivre le Maître au bout du monde par amour pour Dieu. Donc oui, il suit les commandements car il ne veut pas finir en enfer, mais il se rendait bien compte que sa fidélité n’était pas assez authentique, d’où sa question au Seigneur.
     
  3. Cet Évangile peut donc bien être compris comme une mise en garde au chrétien du dimanche, qui se croit « sauvé » parce qu’il va à la messe du dimanche et suit les commandements. Mais le Seigneur veut aimer et être aimé. Donc, en effet, le Seigneur veut que l’on suive les commandements de son Père et que l'on reçoive les sacrements, mais c’est par amour qu’il faut le faire, sinon ils perdent entièrement leur sens.
Dialogue avec le Christ

Ô mon Dieu, aide-moi à faire ta volonté parce que je veux te plaire et t’aimer, et non parce que je me sens obligé ou parce que j’ai peur de toi.

Résolution

Essayer consciemment cette semaine d’agir une fois par amour pour le Christ, et non juste parce qu’il le faut : par exemple en allant à la messe le dimanche ou en faisant une tâche ménagère pénible, ou encore en luttant contre une tentation.

Père légionnaire
Méditations: Regnum Christi 
Texte de l’Évangile et informations liturgiques: © AELF - Paris - Tous droits réservés