« Le baptême de Jean, d’où venait-il ? »

Lundi, 14 décembre 2020

Couleur liturgique : blanc

Évangile selon saint Matthieu 21, 23-27

En ce temps-là, Jésus était entré dans le Temple, et, pendant qu’il enseignait, les grands prêtres et les anciens du peuple s’approchèrent de lui et demandèrent : « Par quelle autorité fais-tu cela, et qui t’a donné cette autorité ? » Jésus leur répliqua : « À mon tour, je vais vous poser une question, une seule ; et si vous me répondez, je vous dirai, moi aussi, par quelle autorité je fais cela : Le baptême de Jean, d’où venait-il ? du ciel ou des hommes ? » Ils faisaient en eux-mêmes ce raisonnement : « Si nous disons : “Du ciel”, il va nous dire : “Pourquoi donc n’avez-vous pas cru à sa parole ?” Si nous disons : “Des hommes”, nous devons redouter la foule, car tous tiennent Jean pour un prophète. » Ils répondirent donc à Jésus : « Nous ne savons pas ! » Il leur dit à son tour : « Moi, je ne vous dis pas non plus par quelle autorité je fais cela.

Prière

« Seigneur et Père de l’humanité, toi qui as créé tous les êtres humains avec la même dignité, insuffle en nos cœurs un esprit fraternel. Inspire-nous un rêve de rencontre, de dialogue, de justice et de paix. » (Pape François, Fratelli tutti, 287)

Demande

Seigneur Jésus, donne-moi la grâce de te connaître chaque fois plus et me mettre à l’écoute de mon prochain pour mieux le découvrir et le comprendre.

Réflexion
  1. Les pharisiens cherchent à comprendre et à mieux connaître Jésus qui enseignait avec autorité dans le Temple. Mettons-nous à leur place. Si quelqu’un se présentait dans notre paroisse et commençait à prêcher des sermons dans l’église sans avoir apparemment reçu l’aval du curé ou de l’évêque, cela poserait question. Jésus ne semblait pas être en règle. Il n’avait pas reçu l’autorité de la part des chefs du peuple d’Israël ; alors d’où l’avait-il reçue ? C’est une question légitime. Mais les pharisiens étaient-ils vraiment prêts à entendre la réponse de Jésus et à accueillir la vérité ?
     
  2. Il semble que non. Ils se posaient la question mais ils avaient déjà une réponse toute faite dans leur cœur ; aucun des arguments de Jésus ne pourrait les convaincre. Leurs préjugés contre Jésus étaient déjà fortement enracinés en eux. Jésus le savait bien. Répondre à cette question en vérité pour le moment ne servait à rien. Leurs cœurs étaient fermés à toute réponse, sauf celle qu’ils avaient déjà apportée à leurs propres questions.
     
  3. Cette attitude des pharisiens révèle non seulement leurs préjugés vis-à-vis de Jésus mais aussi de la jalousie. Ils voulaient avoir autant d’autorité et de renommée que Jésus. Leur question devient un piège pour mettre à mal le Seigneur. Jésus ne s’y laisse pas prendre. Puisque les pharisiens ne cherchaient pas vraiment la vérité et qu’ils n’étaient pas prêts à entendre sa réponse, Jésus choisit de répondre à leur question par une autre question. Il les renvoie à la question de l’autorité de Jean le Baptiste, une question tout aussi périlleuse pour les pharisiens eux-mêmes. Le peuple avait une grande vénération pour Jean le Baptiste qu’il considérait comme un prophète et donc les pharisiens ne pouvaient ni nier la légitimité de son autorité sans heurter la foule, ni donner leur aval à Jean le Baptiste puisqu’on leur reprocherait de n’y avoir jamais cru. Les voilà pris au même piège que celui qu’ils avaient tendu à Jésus !
     
  4. Pour notre vie spirituelle, quelle leçon pouvons-nous tirer de cette rencontre des pharisiens avec Jésus ? Le Seigneur nous invite d’abord à être vrai et sincère dans notre recherche de sa personne. Cherchons-nous vraiment à connaître et à aimer le Seigneur dans notre vie tel qu’il est et non pas tel que cela m’arrange ? Dans mes relations avec les autres, est-ce que je porte des préjugés qui m’empêchent d’entrer dans une relation vraie et juste avec mon prochain ? Si je pose des questions aux autres, suis-je prêt à entendre leur réponse, à les écouter, à les comprendre. Ce n’est pas facile mais avec la grâce du Seigneur nous pouvons y arriver.
Dialogue avec le Christ

Seigneur Jésus, comme je désire te connaître tel que tu es ! Car en te connaissant mieux je pourrai aussi mieux t’aimer et te servir. Aide-moi à être sincère dans mes relations avec les autres. Donne-moi la grâce d’écouter mon prochain, de le comprendre en mettant de côté mes préjugés, mes rancunes ou mes jalousies.

Résolution

Lire les numéros 80 à 83 de l’encyclique du pape François Tous frères.

Père Richard Tardiff, LC
Méditations: Regnum Christi 
Texte de l’Évangile et informations liturgiques: © AELF - Paris - Tous droits réservés