« Elle parlait de l’enfant à tous ceux qui attendaient la délivrance de Jérusalem »

Mercredi, 30 décembre 2020

blanc

Évangile selon saint Luc 2, 36-40

En ce temps-là, quand les parents de Jésus vinrent le présenter au Temple, il y avait aussi une femme prophète, Anne, fille de Phanuel, de la tribu d’Aser. Elle était très avancée en âge ; après sept ans de mariage, demeurée veuve, elle était arrivée à l’âge de 84 ans. Elle ne s’éloignait pas du Temple, servant Dieu jour et nuit dans le jeûne et la prière. Survenant à cette heure même, elle proclamait les louanges de Dieu et parlait de l’enfant à tous ceux qui attendaient la délivrance de Jérusalem. Lorsqu’ils eurent achevé tout ce que prescrivait la loi du Seigneur, ils retournèrent en Galilée, dans leur ville de Nazareth. L’enfant, lui, grandissait et se fortifiait, rempli de sagesse, et la grâce de Dieu était sur lui.

Prière
Petit Jésus de Bethléem, je me mets en ta présence pour ce moment de prière. Merci pour cette nouvelle journée que tu m’accordes de vivre et pour ce moment de cœur à cœur.
Demande
Durant cette semaine de l’octave, tous les jours sont Noël. Donne-moi la grâce de te rencontrer personnellement, de te recevoir, de te reconnaître, tout comme Anne, fille de Phanuel.
Réflexion
  1. Noël
    Les Évangiles rapportent plusieurs apparitions de Jésus le jour de sa Résurrection. Il en est de même pour Noël. Tout le monde n’arrive pas en même temps à Bethléem. Tout le monde ne trouve pas le chemin de la même façon. 
    Les bergers gardaient leur troupeau de nuit quand les anges leur sont apparus ; les mages habitaient à l’étranger quand une étoile s’est levée pour les guider. 
    Mais qu’en est-il de ceux qui n’ont pas reçu ces interventions particulières, mais qui vivent leur vie dans la fidélité et le dévouement ?
  2. La rencontre avec Anne
    Aujourd’hui, nous contemplons l’exemple d’Anne. Elle est âgée ; veuve depuis longtemps, elle a dédié sa vie au service de Dieu dans le jeûne et la prière. Aujourd’hui, elle se rend au Temple, et c’est Joseph et Marie eux-mêmes qui lui amènent Jésus. Laissons-nous toucher par la fidélité et la délicatesse de Dieu qui vient à sa rencontre. Elle n’aurait sans doute pas pu se rendre à Bethléem, mais alors Dieu vient lui-même la rejoindre.
    Comment a-t-elle reconnu le Messie dans ce petit enfant ? Sans doute sous l’inspiration du Saint-Esprit comme Élisabeth quelques mois auparavant. Toujours est-il que, dans sa vieillesse, dans la simplicité de sa vie, mais surtout dans son dévouement à Dieu, elle a pu reconnaître la venue de son Sauveur.
    Après cela, ayant accompli tout ce qu’ils devaient faire, la Sainte Famille reprit tout simplement son chemin pour Nazareth où l’enfant grandissait sous la tutelle de ses parents.
  3. Quelques applications pour ma vie
    Quelles applications pouvons-nous en retirer pour notre vie ? Je demande à l’Esprit Saint ce qu’il veut me dire avec cette méditation. 
    Les jours de Noël passent toujours bien vite. Entre les festivités, les préparatifs, les rencontres… nous n’avons pas toujours le temps de nous recueillir pour contempler le mystère de Noël. Peut-être aujourd’hui Dieu veut-il me dire qu’il n’est pas trop tard ; même si je n’ai pas pu aller ou rester à Bethléem comme je le voulais, lui connaît les désirs de mon cœur, il sait où me trouver et il vient à ma rencontre, au milieu de mes occupations quotidiennes.
Dialogue avec le Christ
Aujourd’hui, je veux ouvrir mon cœur, être attentif au pas de Dieu dans ma vie, reconnaître sa présence. S’il vient en toute simplicité, c’est sans doute pour ne pas faire de bruit, pour ne pas me brusquer, pour ne pas me faire peur. J’ouvre mon cœur pour le recevoir et me retrouver en cette période de Noël en tête à tête avec le petit Jésus de Bethléem.
Résolution
Laisser la joie de Noël inonder mon cœur.
Lucie Favier, consacrée de Regnum Christi
Méditations: Regnum Christi 
Texte de l’Évangile et informations liturgiques: © AELF - Paris - Tous droits réservés