Des ouvriers pour la moisson

Couleur liturgique : rouge

Évangile selon saint Luc 10, 1-9

En ce temps-là, parmi les disciples, le Seigneur en désigna encore 72, et il les envoya deux par deux, en avant de lui, en toute ville et localité où lui-même allait se rendre. Il leur dit : « La moisson est abondante, mais les ouvriers sont peu nombreux. Priez donc le maître de la moisson d’envoyer des ouvriers pour sa moisson. Allez ! Voici que je vous envoie comme des agneaux au milieu des loups. Ne portez ni bourse, ni sac, ni sandales, et ne saluez personne en chemin. Mais dans toute maison où vous entrerez, dites d’abord : ‘Paix à cette maison.’ S’il y a là un ami de la paix, votre paix ira reposer sur lui ; sinon, elle reviendra sur vous. Restez dans cette maison, mangeant et buvant ce que l’on vous sert ; car l’ouvrier mérite son salaire. Ne passez pas de maison en maison. Dans toute ville où vous entrerez et où vous serez accueillis, mangez ce qui vous est présenté. Guérissez les malades qui s’y trouvent et dites-leur : ‘Le règne de Dieu s’est approché de vous.’ »

Ecouter cette méditation:
Télécharger le fichier audio
Prière

Seigneur, accorde-moi la grâce de ressembler de tout mon cœur à cet apôtre que tu appelles à ton service auprès de ceux que tu invites à être tes fidèles en ce monde.

Demande

Pour être ce témoin dans le monde d’aujourd’hui, Seigneur, ne me refuse pas la force dont j’ai besoin ainsi que l’humilité et la simplicité nécessaires à vivre ce que je dois annoncer, malgré l’indifférence ou l’opposition face à ce message de charité envers tous.

Réflexion

Aujourd’hui l’Église fête l’évangéliste saint Luc, lui-même modèle de l’apôtre du Christ. Il était médecin, soucieux du bien de ses malades dont il mesurait la peine et la misère. Il était athée ou peut-être adorateur d’idoles jusqu’au jour où il rencontra Paul de Tarse qu’il accompagna pendant dix-huit ans jusqu’à Rome. C’est aussi le saint patron des peintres.

1. « (…) le Seigneur en désigna encore 72, et il les envoya deux par deux, en avant de lui, en toute ville et localité où lui-même allait se rendre. »

Il les envoie apporter sa parole et annoncer sa venue. Il les envoie là où lui-même projetait de se rendre après leur passage. Il veut que leur témoignage et leurs paroles préparent les esprits et ouvrent les cœurs à l’espérance. Il voulait que les hommes cherchent à savoir ce que pouvait être cette bonne nouvelle chargée d’espérance.

Aujourd’hui encore, Jésus sait que le monde est en attente d’un monde meilleur mais que les esprits sont fermés à tout changement demandant la conversion des cœurs et des mentalités et ouvrant sur un message de paix et de charité.

Il les envoie deux par deux : un témoin unique serait un témoin nul. Il sait que les disciples ne seront pas bien accueillis. Il sait qu’il faut semer l’espoir mais il sait qu’avant que la semence ne soit jetée en terre et qu’elle germe, le terrain est à travailler en profondeur.

2. « Voici que je vous envoie comme des agneaux au milieu des loups. »

La mission n’est pas sans danger pour ceux qu’il envoie. Pour annoncer son Règne, le Seigneur a choisi des personnes qui témoigneront de lui en paroles et par les actes de leur vie quotidienne : il faut que ces personnes soient fortes et sachent résister aux attaques des loups voraces qui ne chercheront qu’à les dévorer. Ils devront prier le Maître parce que la moisson est abondante et les ouvriers peu nombreux, mais il faut savoir comment semer le bon grain.

Ses disciples parleront au nom de celui qui les a envoyés : quand il est envoyé, l’apôtre parle de sa foi, il ne parle pas en son nom et quand il annonce la venue du Règne, il ne parle qu’au nom de celui qui l’a envoyé : sa mission est d’amener ses interlocuteurs à rencontrer ce Jésus qu’il annonce.

3. « Dans toute maison où vous entrerez dites d’abord : ‘paix à cette maison.’ »

Ce message est toujours d’actualité. Le 1er janvier 2019, le pape François, dans son homélie pour la 52e journée pour la paix, disait : « Offrir la paix est au cœur de la mission des disciples du Christ. Et cette offre est adressée à tous ceux qui, hommes et femmes, aspirent à la paix au milieu des drames et des violences de l’histoire humaine . La ‘‘maison’’ dont parle Jésus, c’est chaque famille, chaque communauté, chaque pays, chaque continent, dans sa particularité et dans son histoire ; c’est avant tout chaque personne, sans distinctions ni discriminations. C’est aussi notre ‘’maison commune’’ : la planète où Dieu nous a mis pour y vivre et dont nous sommes appelés à prendre soin avec sollicitude. La paix est comme l’espérance dont parle le poète Charles Péguy : elle est comme une fleur fragile qui cherche à s’épanouir au milieu des pierres de la violence . Nous le savons : la recherche du pouvoir à tout prix porte à des abus et à des injustices (…) » Et là, ce n’est pas la Bonne Nouvelle du Royaume de Dieu qui est annoncée.

Dialogue avec le Christ

Seigneur, lorsque tu envoies tes apôtres et tes disciples annoncer la venue du Règne de Dieu, tu les envoies préparer ton chemin. Seigneur, j’ai reçu de ton Église le baptême qui a fait de moi ton disciple, ton fidèle auquel tu as confié la mission d’annoncer ta venue et de vivre en témoin de ce que j’annonce. Apprends-moi à être ce témoin et donne-moi ta force pour vivre et témoigner de mon amour pour toi, pour vivre ma foi chrétienne là où tu m’envoies.

Résolution

Cette semaine je vais prier pour la mission que tu m’as confiée et pour les baptisés, ceux que tu appelles à ton service.

Cécile Beaure d'Augères, consacrée de Regnum Christi
Méditations: Regnum Christi 
Texte de l’Évangile et informations liturgiques: © AELF - Paris - Tous droits réservés