Conversion, pénitence et remerciement

Couleur liturgique : vert

Évangile selon saint Luc 17, 11-19

En ce temps-là, Jésus, marchant vers Jérusalem, traversait la région située entre la Samarie et la Galilée. Comme il entrait dans un village, dix lépreux vinrent à sa rencontre. Ils s’arrêtèrent à distance et lui crièrent : « Jésus, maître, prends pitié de nous. » À cette vue, Jésus leur dit : « Allez vous montrer aux prêtres. » En cours de route, ils furent purifiés. L’un d’eux, voyant qu’il était guéri, revint sur ses pas, en glorifiant Dieu à pleine voix. Il se jeta face contre terre aux pieds de Jésus en lui rendant grâce. Or, c’était un Samaritain. Alors Jésus prit la parole en disant : « Tous les dix n’ont-ils pas été purifiés ? Les neuf autres, où sont-ils ? Il ne s’est trouvé parmi eux que cet étranger pour revenir sur ses pas et rendre gloire à Dieu ! » Jésus lui dit : « Relève-toi et va : ta foi t’a sauvé. » 

Ecouter cette méditation:
Télécharger le fichier audio
Prière

Dans une homélie du XIIe siècle, saint Bernard constatait : « De nos jours, on voit beaucoup de gens qui prient mais, hélas, on en voit peu qui reviennent sur leurs pas et rendent grâce à Dieu ! » De nos jours les choses ont-elles beaucoup changé ? Et, bien souvent, ne pourrions-nous pas faire le même constat ? Seigneur, accorde-nous la grâce de savoir te remercier de tout ce que nous recevons de toi. Tu as obtenu le pardon de la multitude des ingratitudes que nous te manifestons jour après jour. 

Demande

Seigneur, ouvre mes yeux, mes oreilles, mes mains et mon cœur pour te servir en chacun de mes frères que je rencontre.

Réflexion

Ce passage nous invite à demander la guérison de notre lèpre, ce péché qui nous habite et risque de contaminer ceux que nous rencontrons si nous ne demandons pas à être purifiés. Ici, Jésus se rend à Jérusalem pour y souffrir sa Passion. Il traverse les villages et rencontre une grande quantité de gens indifférents tandis qu’un petit nombre se tient à l’écart à cause de la lèpre qui touche chacun. Ces personnes le reconnaissent et lui demandent d’être guéris de cette maladie qui les tient à l’écart.

1. Comme il entrait dans un village, dix lépreux vinrent à sa rencontre. Ils s’arrêtèrent à distance et lui crièrent : « Jésus, maître, prends pitié de nous. »

Jésus les entend et leur dit d’aller se montrer au prêtre : la Loi demandait, en effet, aux lépreux d’aller faire constater leur guérison à l’autorité spirituelle du Temple de Jérusalem. Au moment où ils s’adressent au Seigneur, ils demandent leur guérison et celle-ci ne les touchera qu’en cours de route. Quand ils constatent cette guérison, ils continuent leur chemin alors que le Samaritain, l’étranger écarté de la Loi juive, revient sur ses pas et glorifie Dieu à pleine voix. Cet homme constate sa guérison et vient remercier Jésus en rendant grâce.

2. Alors Jésus prit la parole en disant : « Tous les dix n’ont-ils pas été purifiés ? (…) Il ne s’est trouvé parmi eux que cet étranger pour revenir sur ses pas et rendre gloire à Dieu ! »

Cet « étranger » faisait bel et bien partie du groupe des dix mis à l’écart pour éviter la contamination et la contagion et à l’instant la dynamique de sa vie, son avenir prend une tout autre couleur. Sa vie n’est plus centrée sur une contagion possible mais va lui permettre de glorifier Dieu et de propager le message de l’amour que Dieu manifeste à chacun de ceux qui s’approchent de lui. Lui, il n’est pas seulement guéri, mais reconnaissant cet amour de Dieu, il est reconnaissant, il remercie. Il est sauvé !

3. Jésus lui dit : « Relève-toi et va : ta foi t’a sauvé. »

Le passage d’Évangile se termine sur cette confirmation de guérison. Ici, le lépreux constate sa guérison, celle qu’il avait demandée et qu’il attendait ; mais que s’est-il passé pour les autres ? Le passage d’Évangile ne le précise pas mais, nous aussi, nous devons demander la grâce d’être guéris de notre lèpre, de notre péché. Et cette guérison n’est autre que notre conversion d’où naîtra la résolution de se confier totalement à la générosité et à l’amour de Dieu manifestés par son Fils Jésus, le Verbe incarné. Nous savons que nous serons guéris de notre lèpre à chaque fois que nous nous approcherons du sacrement du pardon en nous reconnaissant pécheurs. Et le Seigneur nous sauvera de cette lèpre si nous le lui demandons avec foi. 

Dialogue avec le Christ

Avec cette guérison du lépreux se rattache l’espoir de notre guérison. Le pape émérite Benoît XVI l’évoquait dans l’une de ses homélies où il nous rappelait que la mémoire de la bonté du Seigneur devenait source d’espérance pour ceux qui se confient à lui. Seigneur, je voudrais te demander pardon pour mon manque de foi et de confiance.

Résolution

Ne pas attendre d’être guéri de ma lèpre pour remercier le Seigneur de tous ses bienfaits et de toutes les grâces qu’il m’accorde sans aucun mérite de ma part.

Cécile Beaure d'Augères, consacrée de Regnum Christi
Méditations: Regnum Christi 
Texte de l’Évangile et informations liturgiques: © AELF - Paris - Tous droits réservés