Cœur hypocrite

Couleur liturgique : vert

Évangile selon saint Luc 11, 42-46

En ce temps-là, Jésus disait : « Quel malheur pour vous, pharisiens, parce que vous payez la dîme sur toutes les plantes du jardin, comme la menthe et la rue et vous passez à côté du jugement et de l’amour de Dieu. Ceci, il fallait l’observer, sans abandonner cela. Quel malheur pour vous, pharisiens, parce que vous aimez le premier siège dans les synagogues, et les salutations sur les places publiques. Quel malheur pour vous, parce que vous êtes comme ces tombeaux qu’on ne voit pas et sur lesquels on marche sans le savoir. »

Alors un docteur de la Loi prit la parole et lui dit : « Maître, en parlant ainsi, c’est nous aussi que tu insultes. » Jésus reprit : « Vous aussi, les docteurs de la Loi, malheureux êtes-vous, parce que vous chargez les gens de fardeaux impossibles à porter, et vous-mêmes, vous ne touchez même pas ces fardeaux d’un seul doigt. »

Ecouter cette méditation:
Télécharger le fichier audio
Prière

Seigneur, aide-moi à accueillir ton regard d’amour, ton regard d’amour qui se tourne vers moi. Et apprends-moi à me regarder comme tu me regardes, dans la vérité et dans l’amour.

Demande

Seigneur, donne-moi de vivre dans la simplicité de l’amour.

Réflexion

1. Jésus a été invité par un pharisien pour le déjeuner, et ce pharisien s’étonne que Jésus n’accomplisse pas les ablutions rituelles avant le repas. Jésus lui fait alors remarquer qu’il se soucie beaucoup de l’extérieur, mais néglige sans doute aussi beaucoup l’intérieur. Notre passage se situe dans la continuation immédiate de cette scène et Jésus continue de reprocher, cette fois aux pharisiens en général, puis aussi aux docteurs de la Loi, de se préoccuper de beaucoup de petits détails, ainsi que de leur situation sociale, mais en oubliant le plus important : l’amour de Dieu.

2. Jésus utilise alors une comparaison qui pourrait nous sembler surprenante : « Vous êtes comme ces tombeaux qu’on ne voit pas et sur lesquels on marche sans le savoir. » Les pharisiens, eux, la comprirent immédiatement. Dans la Loi de Moïse, en effet, le fait de toucher un tombeau rendait la personne impure pour une semaine entière (cf. Nb 19, 16). Or les tombeaux n’étaient pas toujours bien entretenus, et l’on pouvait, par inadvertance, en toucher un sans se rendre compte tout de suite qu’il y avait là un tombeau. Jésus accuse donc ces pharisiens, qui font attention à beaucoup de détails et se préoccupent de leur propre gloire, de cacher en réalité une impureté bien plus importante : le manque d’amour de Dieu et, comme il le dira tout de suite après, celui du prochain.

3. Ces invectives de Jésus peuvent sembler dures. Mais en réalité, Jésus veut mettre en garde ces pharisiens et ces docteurs de la Loi, nous aussi d’ailleurs qui pouvons aussi être enclins à adopter une attitude similaire. Or l’attitude contre laquelle s’oppose ici Jésus constitue un grave danger, au moins à double titre. D’une part elle a pour conséquence de rendre ce que l’on pourrait appeler la « vertu » détestable. Car les détails dont se préoccupent les pharisiens sont de bonnes choses en soi, et l’on sait que l’amour se manifeste notamment dans l’attention que l’on porte à de petits détails. Mais en négligeant le plus important et en utilisant les « détails » pour se faire une bonne réputation, l’attitude des pharisiens, qui peut aussi être la nôtre, peut avoir pour conséquence de rendre détestable aux autres le respect de ces petites choses, qui peut devenir un synonyme d’hypocrisie.

D’autre part, l’attitude des pharisiens dénote un retournement total de l’intention profonde de la Loi donnée par Dieu. Celle-ci est un chemin pour nous conduire vers un amour plus grand, un amour pour Dieu, pour les autres et pour soi-même. Or les pharisiens en font moyen d’auto-promotion, un moyen au service de leur égoïsme et de leur orgueil, c’est-à-dire tout le contraire de l’amour.

Dialogue avec le Christ

Seigneur Jésus, ouvre mon cœur à ton amour. Apprends-moi à aimer de telle manière que ce soit le service et l’amour des autres qui guident mes actions, et non pas ce que je voudrais que les autres pensent de moi.

Résolution

Essayer de corriger une attitude d’hypocrisie dans ma vie.

Père Jean-Marie Fornerod, LC
Méditations: Regnum Christi 
Texte de l’Évangile et informations liturgiques: © AELF - Paris - Tous droits réservés