| | |

« Il enseignait en homme qui a autorité »

Mardi 9 janvier 2024

Bienheureuse Alix

Couleur liturgique : vert

Évangile selon saint Marc 1, 21-28

Jésus et ses disciples entrèrent à Capharnaüm. Aussitôt, le jour du sabbat, il se rendit à la synagogue, et là, il enseignait. On était frappé par son enseignement, car il enseignait en homme qui a autorité, et non pas comme les scribes. Or, il y avait dans leur synagogue un homme tourmenté par un esprit impur, qui se mit à crier : « Que nous veux-tu, Jésus de Nazareth ? Es-tu venu pour nous perdre ? Je sais qui tu es : tu es le Saint de Dieu. » Jésus l’interpella vivement : « Tais-toi ! Sors de cet homme. » L’esprit impur le fit entrer en convulsions, puis, poussant un grand cri, sortit de lui.
Ils furent tous frappés de stupeur et se demandaient entre eux : « Qu’est-ce que cela veut dire ? Voilà un enseignement nouveau, donné avec autorité ! Il commande même aux esprits impurs, et ils lui obéissent. » Sa renommée se répandit aussitôt partout, dans toute la région de la Galilée.

Prière

Dieu, mon Dieu, je crie vers toi. « Tu es mon secours, mon libérateur : Seigneur, ne tarde pas. » (Ps 69, 6) Au vu de ce récit évangélique, je peux dire avec saint Paul : « Le voici maintenant le moment favorable, le voici maintenant le jour du salut. » (2 Co 6, 2). C’est pourquoi « je te rends grâce car tu m’as exaucé, tu es pour moi le salut » (Ps 117, 21).

Demande

Viens, Seigneur Jésus, dans ma vie, dans mon quotidien, surtout aux moments les plus sacrés. Viens me libérer, libérer ma situation, libérer ma famille, ma communauté. Viens nous libérer des pièges du malin. Viens nous conduire sur le chemin d’éternité.

Réflexion

  1. « Tu es le Saint de Dieu. »
    La souveraineté de Dieu sur toute la création se heurte hélas à la liberté, lorsque celle-ci s’oppose, par la malice de purs esprits, à son royaume d’amour et élève un contre-empire. Constitué de murailles d’orgueil et de palais d’impureté, l’homme en devient prisonnier et esclave. C’est le cas du pauvre démonisé de la synagogue.
    Enfoui dans l’humilité de la chair, le Verbe éternel de Dieu vient démanteler, en la personne de Jésus, cette domination diabolique. Et il vient rétablir l’autorité du Père, que le démon a séquestrée. L’autorité de la parole, remarquée dans notre péricope, réside dans la Vérité que Jésus incarne et dans l’obéissance que le Fils rend au Père.
  2. « Aussitôt, le jour du sabbat (…) »
    Cette expression marque à la fois l’instantanéité – le « maintenant » du salut qui s’accomplit en Jésus Christ – et la promesse du repos sabbatique. Le septième jour est celui de l’achèvement de l’œuvre de la création, où le Créateur manifeste sa gloire.
    C’est maintenant, le jour du salut. Non remis à plus tard, ce jour est actuel : il n’est pas non plus « trop tard ». Venu dans l’humilité de la chair, le Christ vient dans « l’enseignement nouveau » adressé au quotidien et il viendra dans la gloire exercer son autorité suprême sur les esprits impurs, les vivants et les morts au jour du jugement.
  3. Quel plus grand bonheur pour Dieu notre Père que de partager ses dons ! Quelle plus belle action de grâce que de consacrer, à la gloire du Seigneur, un jour (le sabbat) et un lieu (la synagogue) ? Quelle merveille que de contempler publiquement les œuvres de Dieu et proclamer avec lui : « tout cela est très bon ! » (cf. Gn 1, 31)
    Et cette gloire de Dieu doit se manifester, plus que dans la renommée de Jésus, dans la vénération et la louange que les habitants de la terre rendent à Dieu, non seulement pour une œuvre abîmée par le péché, mais pour une œuvre rétablie dans une splendeur nouvelle.

Dialogue avec le Christ

Ô Jésus, le Saint de Dieu, aie pitié du monde. Aide ton Église appelée à prendre soin des souffrances du temps. C’est toi le Sauveur, c’est toi le vainqueur. Que ton autorité purifie tout exercice d’autorité et rende justice aux desseins du Père ! Que la gloire de Dieu illumine les cœurs et les visages en chemin vers la céleste patrie.

Résolution

Je vais prier et faire un sacrifice pour la guérison d’un membre de famille, de ma communauté chrétienne ou de mon voisinage.

Père Jaroslav de Lobkowicz, LC
Contacter l’auteur

Méditations : Regnum Christi
Texte de l’Évangile et informations liturgiques : © AELF – Paris – Tous droits réservés