| | |

Fort et joyeux dans l’espérance !

Vendredi 21 avril 2023

Saint Anselme, évêque et docteur de l’Église

Couleur liturgique : blanc

Évangile selon saint Jean 6, 1-15

En ce temps-là, Jésus passa de l’autre côté de la mer de Galilée, le lac de Tibériade. Une grande foule le suivait, parce qu’elle avait vu les signes qu’il accomplissait sur les malades. Jésus gravit la montagne, et là, il était assis avec ses disciples. Or, la Pâque, la fête des Juifs, était proche. Jésus leva les yeux et vit qu’une foule nombreuse venait à lui. Il dit à Philippe : « Où pourrions-nous acheter du pain pour qu’ils aient à manger ? » Il disait cela pour le mettre à l’épreuve, car il savait bien, lui, ce qu’il allait faire. Philippe lui répondit : « Le salaire de deux cents journées ne suffirait pas pour que chacun reçoive un peu de pain. »
Un de ses disciples, André, le frère de Simon-Pierre, lui dit : « Il y a là un jeune garçon qui a cinq pains d’orge et deux poissons, mais qu’est-ce que cela pour tant de monde ! » Jésus dit : « Faites asseoir les gens. » Il y avait beaucoup d’herbe à cet endroit. Ils s’assirent donc, au nombre d’environ cinq mille hommes. Alors Jésus prit les pains et, après avoir rendu grâce, il les distribua aux convives ; il leur donna aussi du poisson, autant qu’ils en voulaient. Quand ils eurent mangé à leur faim, il dit à ses disciples : « Rassemblez les morceaux en surplus, pour que rien ne se perde. » Ils les rassemblèrent, et ils remplirent douze paniers avec les morceaux des cinq pains d’orge, restés en surplus pour ceux qui prenaient cette nourriture.
À la vue du signe que Jésus avait accompli, les gens disaient : « C’est vraiment lui le Prophète annoncé, celui qui vient dans le monde. » Mais Jésus savait qu’ils allaient venir l’enlever pour faire de lui leur roi ; alors de nouveau il se retira dans la montagne, lui seul.

Prière

Seigneur, en ce temps pascal, aide-moi à approfondir et à grandir dans la joie de la Résurrection. Les quarante jours de Carême nous ont préparés à ta Passion, ta mort et ta Résurrection.
L’Église nous propose maintenant cinquante jours pour apprendre à vivre dans l’allégresse avec toi, et invoquer l’Esprit Saint. Apprendre à nous réjouir de la Résurrection, de ta victoire et de la vie éternelle. Il s’agit de ta victoire et de la mienne, de ta Résurrection et de la mienne. Ta victoire sur le mal et le péché. La victoire de ton œuvre de salut, de ta mission. Fais-moi entrer, Seigneur, dans cette joie profonde.

Demande

Dans ce passage de l’Évangile, je fais avec toi, au cours de cette prière, un retour sur les mystères de ta vie, sur ta mission, tes miracles, ton enseignement. Accorde-moi la grâce de contempler tout cela aujourd’hui à la lumière de ta Résurrection. Esprit Saint, viens guider et mener ce temps de prière. Fais-moi grandir dans la compréhension de la Bonne Nouvelle de Jésus.

Réflexion

  1. Jésus vient en aide à la multitude
    Jésus remercie ceux qui l’ont suivi. Il s’en préoccupe. Il anticipe leurs besoins. Ils vont avoir faim. Ils pourraient défaillir sur le chemin du retour.
    Nous pouvons contempler le cœur miséricordieux, bienveillant, reconnaissant, attentionné du Seigneur. On peut voir dans ce pain partagé l’anticipation de son Eucharistie. De la même façon, Jésus, dans son Eucharistie, vient à notre aide, anticipe notre faim, nos besoins, il refait nos forces, il nous remercie de le suivre.
  2. Jésus interpelle ses disciples
    On dirait que Jésus sourit et se moque un peu de ses disciples, car il sait ce qu’il va faire. Il les met en difficulté. Mais il veut les faire participer à sa mission. Il veut les instruire, leur montrer. Leur montrer quoi ? Son cœur, sa compassion pour la multitude, sa manière de faire, de prier Dieu son Père, de bénir et de commander aux éléments de la nature et ici au pain, sa manière de raisonner en esprit et en vérité. Raisonnablement, il est impossible de donner à manger à toute cette foule, et la seule solution serait de les renvoyer chez eux. Jésus a un autre désir. Il veut qu’ils s’aident les uns les autres, avec le peu qu’ils ont, pour que lui agisse.
    Comment Jésus m’interpelle-t-il ? La multiplication des pains était un signe. Sa Résurrection n’en est-elle pas un majeur ?
  3. Jésus fuit
    Après ce miracle, la foule veut retenir Jésus pour le faire roi. Jésus fuit. Il est incompris. Il ne cherche pas les honneurs humains. Il ne veut pas être « possédé » à la manière de quelqu’un qui « attrape » une autre personne par ses désirs et ses manières de voir. Il est infiniment libre et aimant. Il va prier le Père pour cette foule qui ne comprend pas encore, il va prier le Père pour les disciples qui ne comprennent pas bien non plus. Il cherche la solitude, pour être tout à tous.
    Par ta Résurrection, dans un sens, tu es parti aussi. Tu t’en vas pour notre bien. Et tu es là. Et je peux te reconnaître aimant, victorieux, infiniment libre, tout à moi, et tout à tous.

Dialogue avec le Christ

Seigneur Jésus, je te remercie pour le don de ta victoire sur la mort et le péché. Je te remercie pour le don de ton Eucharistie qui me nourrit et me fortifie. Je te remercie pour ton enseignement, pour ta vie, pour tes gestes et tes signes. Ancre-moi solidement dans la foi en ta Résurrection. Rends-moi fort et joyeux dans l’espérance. Fais que ce soit toi qui vives et aimes en moi.

Résolution

J’ouvrirai les yeux autour de moi avec bienveillance et compassion, comme Jésus l’a fait avec cette foule. Je me mettrai au service de mon prochain pour que le Seigneur agisse.

Céline Cochin, consacrée de Regnum Christi
Contacter l’auteur

Méditations : Regnum Christi
Texte de l’Évangile et informations liturgiques : © AELF – Paris – Tous droits réservés