| | | |

« Esprit impur, sors de cet homme ! »

Lundi 30 janvier 2023

Sainte Martine

Couleur liturgique : vert

Évangile selon saint Marc 5, 1-20

En ce temps-là, Jésus et ses disciples arrivèrent sur l’autre rive, de l’autre côté de la mer de Galilée, dans le pays des Géraséniens. Comme Jésus sortait de la barque, aussitôt un homme possédé d’un esprit impur s’avança depuis les tombes à sa rencontre ; il habitait dans les tombeaux et personne ne pouvait plus l’attacher, même avec une chaîne ; en effet on l’avait souvent attaché avec des fers aux pieds et des chaînes, mais il avait rompu les chaînes, brisé les fers, et personne ne pouvait le maîtriser. Sans arrêt, nuit et jour, il était parmi les tombeaux et sur les collines, à crier, et à se blesser avec des pierres. Voyant Jésus de loin, il accourut, se prosterna devant lui et cria d’une voix forte : « Que me veux-tu, Jésus, Fils du Dieu Très-Haut ? Je t’adjure par Dieu, ne me tourmente pas ! »
Jésus lui disait en effet : « Esprit impur, sors de cet homme ! » Et il lui demandait : « Quel est ton nom ? » L’homme lui dit : « Mon nom est Légion, car nous sommes beaucoup. » Et ils suppliaient Jésus avec insistance de ne pas les chasser en dehors du pays. Or, il y avait là, du côté de la colline, un grand troupeau de porcs qui cherchait sa nourriture. Alors, les esprits impurs supplièrent Jésus : « Envoie-nous vers ces porcs, et nous entrerons en eux. » Il le leur permit. Ils sortirent alors de l’homme et entrèrent dans les porcs. Du haut de la falaise, le troupeau se précipita dans la mer : il y avait environ deux mille porcs, et ils se noyaient dans la mer. Ceux qui les gardaient prirent la fuite, ils annoncèrent la nouvelle dans la ville et dans la campagne, et les gens vinrent voir ce qui s’était passé. Ils arrivent auprès de Jésus, ils voient le possédé assis, habillé, et revenu à la raison, lui qui avait eu la légion de démons, et ils furent saisis de crainte.
Ceux qui avaient vu tout cela leur racontèrent l’histoire du possédé et ce qui était arrivé aux porcs. Alors ils se mirent à supplier Jésus de quitter leur territoire. Comme Jésus remontait dans la barque, le possédé le suppliait de pouvoir être avec lui. Il n’y consentit pas, mais il lui dit : « Rentre à la maison, auprès des tiens, annonce-leur tout ce que le Seigneur a fait pour toi dans sa miséricorde. » Alors l’homme s’en alla, il se mit à proclamer dans la région de la Décapole ce que Jésus avait fait pour lui, et tout le monde était dans l’admiration.

Prière

Rien n’est impossible pour toi, Seigneur !

Demande

Reconnaître la dignité de fils de Dieu en chaque personne que je croise.

Réflexion

  1. Nous assistons à une scène très impressionnante qui affecte nos sentiments, notre imagination, la partie sensible de notre perception. On peut voir un corps exsangue, une figure qui n’est plus humaine, des traits décomposés, des mouvements contractés et violents, sans direction. Nous pouvons entendre le bruit des chaînes, les cris et hurlements, les coups contre les rochers, les injures. Nous sentons la mort, la tristesse et le désespoir, la poussière, la sueur…. On ne voudrait pas être touché par cet homme ; on craindrait d’être blessé, violenté, frappé.
    Il est difficile de s’arrêter sur cette scène. Il y a des scènes comme cela dans nos vies, où l’on voudrait détourner le regard « ne pas voir » ; on voudrait fuir. Et pourtant Jésus m’invite à contempler cette scène. Il ne m’invite pas à la contempler seul, mais bien avec lui. C’est lui qui est là, c’est lui qui contemple cette scène.
  2. Jésus est là. Que fait-il ? Il ne fait rien. Sa seule présence transforme. Sa personne guérit. Prenons conscience de cette force, de cette vérité de Jésus sauveur. Admirons la façon dont le possédé, par lui-même face à la présence de Jésus, marque les pas de sa transformation. Contemplons les deux hommes : l’un beau, grand, silencieux ; l’autre dans sa misère, sa confusion, son non-sens, qui petit à petit retrouve son sens. Jésus ordonne, libère, pacifie…
  3. C’est un acte d’adoration, c’est un temps de prière qui se réalise devant nous et en nous. Jésus, par sa présence, me transforme et m’ordonne. Je vois le désordre qu’il y a en moi, la confusion, les espaces obscurs, les addictions et les possessions. Et je contemple Jésus. Sa personne, tout son être me guérit, me soigne, me rend ma dignité.

Dialogue avec le Christ

Seigneur Jésus, apprends-moi à me mettre sous ton regard, à laisser ta présence transformante me toucher, guérir mes blessures, mes désordres et mes désarrois. Rends-moi ma dignité, le sens de ma vie, dans ton regard.

Résolution

Vivre ma journée en contemplant dans chaque personne la dignité des enfants de Dieu. Regarder avec la présence de Jésus.
Le témoignage de Tim Guénard peut nous accompagner, avec le lien suivant : Tim voulait tuer son père, il a finalement découvert l’amour de Dieu.

Clarisse Desclèves, consacrée de Regnum Christi
Contacter l’auteur

Méditations : Regnum Christi
Texte de l’Évangile et informations liturgiques : © AELF – Paris – Tous droits réservés