Dieu premier servi

Dimanche, 28 juin 2020

Couleur liturgique : vert

Évangile selon saint Matthieu 10, 37-42

En ce temps-là, Jésus disait à ses Apôtres : « Celui qui aime son père ou sa mère plus que moi n’est pas digne de moi ; celui qui aime son fils ou sa fille plus que moi n’est pas digne de moi ; celui qui ne prend pas sa croix et ne me suit pas n’est pas digne de moi. Qui a trouvé sa vie la perdra ; qui a perdu sa vie à cause de moi la gardera. Qui vous accueille m’accueille ; et qui m’accueille accueille Celui qui m’a envoyé. Qui accueille un prophète en sa qualité de prophète recevra une récompense de prophète ; qui accueille un homme juste en sa qualité de juste recevra une récompense de juste. Et celui qui donnera à boire, même un simple verre d’eau fraîche, à l’un de ces petits en sa qualité de disciple, amen, je vous le dis : non, il ne perdra pas sa récompense. »

Prière

Seigneur, viens en mon cœur, ouvre mon intelligence pour que je puisse écouter ce que tu as à me dire aujourd’hui. Sois le centre de ma vie et donne-moi la force de toujours te suivre. Amen.

Demande

Seigneur, que je t’aime par-dessus tout pour être capable d’aimer les autres comme tu m’as aimé.

Réflexion

1. Le Christ au centre

Le texte que nous propose l’Évangile d’aujourd’hui peut être déconcertant, surtout la première phrase : « Celui qui aime son père ou sa mère plus que moi n’est pas digne de moi ; celui qui aime son fils ou sa fille plus que moi n’est pas digne de moi. » car elle est d’une grande radicalité. Le Seigneur en effet veut être le centre de notre vie et de notre amour, il veut la priorité.

Pour mieux comprendre ces versets, rappelons le contexte dans lequel se trouve saint Matthieu au moment de l’écrire. Il s’agissait d’une période où les juifs qui se convertissaient au christianisme étaient rejetés par leur famille. Le choix était donc radical.

De nos jours, certaines personnes doivent aussi faire face à cette situation comme ce fut le cas d’Édith Stein. Cependant même si les paroles de Jésus sont radicales, elles ne sont pas une invitation à couper tout lien ou à ne pas aimer sa famille. N’oublions pas que l’un des dix commandements est d’honorer son père et sa mère. L’invitation de Jésus est avant tout une invitation à l’aimer par-dessus tout, parce que lui nous aime et qu’il veut notre bonheur. En effet, dans la mesure où nous aimons vraiment le Seigneur alors notre amour pour nos proches sera encore plus grand et plus sincère, un amour vrai et désintéressé. Assurément, le Christ n’épuise pas notre amour mais il le fait grandir.

2. « Il ne perdra pas sa récompense. »

Après ces premiers mots, Jésus continue son discours et nous rappelle que le vrai amour et le vrai bonheur se trouvent principalement dans le don de soi qui consiste à perdre sa vie pour la gagner. Sainte Thérèse de Lisieux l’avait bien compris et l’exprimait ainsi : « Aimer, c’est tout donner et se donner soi-même. »

Aimer le Christ et aimer son prochain, voilà le commandement que le Seigneur a laissé à ses disciples pendant la dernière Cène. Jésus renouvelle cette invitation et rappelle que pour l’aimer, il suffit de regarder autour de nous car il se trouve dans notre prochain : servir l’autre comme si c’était le Christ. Cet Évangile est donc une explication de la façon de vivre réellement en chrétien. Parfois il nous arrive de penser à la sainteté comme quelque chose de grandiose, remplie d’actes héroïques et mystiques alors qu’il suffit d’aimer et de donner un simple verre d’eau à un petit enfant ou offrir cinq minutes de notre temps au sans-abri qui se trouve au coin de la rue. C’est seulement ainsi que nous serons heureux et que nous recevrons notre récompense.

Dialogue avec le Christ

Seigneur, tu nous invites à t’aimer avant toute chose et à prendre notre croix. Mais finalement tu nous invites à t’aimer car tu sais que c’est seulement en t’aimant que nous serons heureux et capables de vraiment aimer les autres. Seigneur, donne-moi un cœur comme le tien.

Résolution

Prier une dizaine de chapelet pour toutes les personnes qui sont dans le besoin.

Frère Jean-Baptiste Ribes, LC
Méditations: Regnum Christi 
Texte de l’Évangile et informations liturgiques: © AELF - Paris - Tous droits réservés