| | | |

« Demeurez dans mon amour »

Mardi 14 mai 2024

Saint Matthias, apôtre

Couleur liturgique : rouge

Évangile selon saint Jean 15, 9-17

En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples : « Comme le Père m’a aimé, moi aussi je vous ai aimés. Demeurez dans mon amour. Si vous gardez mes commandements, vous demeurerez dans mon amour, comme moi, j’ai gardé les commandements de mon Père, et je demeure dans son amour. Je vous ai dit cela pour que ma joie soit en vous, et que votre joie soit parfaite. Mon commandement, le voici : Aimez-vous les uns les autres comme je vous ai aimés. Il n’y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ceux qu’on aime. Vous êtes mes amis si vous faites ce que je vous commande.
Je ne vous appelle plus serviteurs, car le serviteur ne sait pas ce que fait son maître ; je vous appelle mes amis, car tout ce que j’ai entendu de mon Père, je vous l’ai fait connaître. Ce n’est pas vous qui m’avez choisi, c’est moi qui vous ai choisis et établis afin que vous alliez, que vous portiez du fruit, et que votre fruit demeure. Alors, tout ce que vous demanderez au Père en mon nom, il vous le donnera. Voici ce que je vous commande : c’est de vous aimer les uns les autres. »

Prière

« Ton amour, Seigneur, emplit la terre ; apprends-moi tes commandements. » (Ps 118, 64)
« Pour ton serviteur, que ton visage s’illumine : apprends-moi tes commandements. » (Ps 118, 135)
« Que chante sur mes lèvres ta louange, car tu m’apprends tes commandements. » (Ps 118, 171)

Demande

« Nous étions mauvais et nous avons été choisis pour devenir bons par la grâce de celui qui nous a choisis. » (Saint Augustin) Seigneur, tu le sais, l’accueil de ta grâce est pour notre nature humaine un grand combat. Donne-nous force et persévérance dans ce combat dans lequel tu nous accompagnes toujours et ne nous abandonnes jamais !

Réflexion

  1. L’amour de Jésus est toujours premier
    C’est parce que Jésus nous a aimés que nous pouvons observer les commandements. C’est parce que nous gardons ses commandements, grâce à l’amour dont il nous aime, que nous pouvons l’aimer et demeurer dans son amour. Et si nous demeurons dans son amour, alors nous sommes dans la joie d’être sauvés.
    « Je vous ai dit cela pour que ma joie soit en vous, et que votre joie soit parfaite. » Cette joie, nous pouvons prier l’Esprit Saint de nous la donner, comme le fait David dans le Miserere : « Rends-moi la joie d’être sauvé ; que l’esprit généreux me soutienne. » (Ps 50, 14) Seigneur, que rayonne en moi la joie du salut apporté par la Passion et la Résurrection du Christ !
  2. « C’est moi qui vous ai choisis. »
    Ne nous y trompons pas : il n’y pas nous qui avons été choisis et les autres qui ont été laissés de côté. Il n’y pas ceux qui sont prédestinés au ciel et les autres. Non, nous avons tous été choisis, par notre humanité, à partager avec Dieu sa vie divine. Saint Paul le précise bien : le Père « nous a choisis, dans le Christ, avant la fondation du monde, pour que nous soyons saints, immaculés devant lui, dans l’amour. Il nous a prédestinés à être, pour lui, des fils adoptifs par Jésus, le Christ. Ainsi l’a voulu sa bonté, à la louange de gloire de sa grâce, la grâce qu’il nous donne dans le Fils bien-aimé ». (Ep, 1, 4-6) Par la Passion de son Fils et l’alliance universelle en son sang, nous sommes tous choisis ; à tous le Royaume est offert.
  3. « Il n’y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ceux qu’on aime. »
    Ce verset est le centre et le sommet de l’Évangile du jour. Jésus a donné sa vie pour ceux qu’il aimait, pour tous, amis et ennemis. Il aimait donc ses ennemis. Il les considérait et les aimait comme ses amis !
    « Voici ce que je vous commande, c’est de vous aimer les uns les autres. » « Aimez vos ennemis et priez pour ceux qui vous persécutent (…) » nous commande-t-il en Mt 5, 44. Il faut longuement et souvent méditer ces versets et relire nos journées à l’aune de cette phrase. « (…) afin d’être vraiment les fils de votre Père qui est aux cieux. » (Mt 5, 45)

Dialogue avec le Christ

« C’est moi qui vous ai établis afin que vous alliez, que vous portiez du fruit et que votre fruit demeure. » Quelle assurance nous donne ta Parole, Seigneur ! Comment pouvons-nous nous désoler de nous-mêmes, du peu de résultats que nous voyons de nos efforts, de notre petitesse et de nos pauvretés, alors que le Sauveur nous assure de notre fécondité. Oui, tu feras fleurir, par les chemins que tu choisis, notre pauvre nature humaine, comme tu as fait fleurir le bâton de saint Joseph.
Cette injonction, « demeurez dans mon amour », que tu répètes avec force et autorité, donne-nous d’y travailler avec une courageuse confiance !

Résolution

« Rester près de Jésus, le visage souriant » disait Mère Teresa aux coopérateurs, « pour qu’en vous la joie du Christ se réalise ». Aujourd’hui, je tairai mes soucis pour sourire aux autres… avec ton aide, Seigneur !

Patricia Freisz, membre de Regnum Christi
Contacter l’auteur

Méditations : Regnum Christi
Texte de l’Évangile et informations liturgiques : © AELF – Paris – Tous droits réservés