| | | |

« Celui qui a, on lui donnera ; celui qui n’a pas, on lui enlèvera même ce qu’il a »

Jeudi 26 janvier 2023

Saint Timothée et saint Tite, évêques

Couleur liturgique : blanc

Évangile selon saint Marc 4, 21-25

En ce temps-là, Jésus disait à la foule : « Est-ce que la lampe est apportée pour être mise sous le boisseau ou sous le lit ? N’est-ce pas pour être mise sur le lampadaire ? Car rien n’est caché, sinon pour être manifesté ; rien n’a été gardé secret, sinon pour venir à la clarté. Si quelqu’un a des oreilles pour entendre, qu’il entende ! » Il leur disait encore : « Faites attention à ce que vous entendez ! La mesure que vous utilisez sera utilisée aussi pour vous, et il vous sera donné encore plus. Car celui qui a, on lui donnera ; celui qui n’a pas, on lui enlèvera même ce qu’il a. »

Prière

Seigneur, tu es le Maître, et je suis un de tes disciples. Tu as les paroles de la vie éternelle. Tu enseignes avec autorité car tu nous transmets la Parole de Dieu. Seigneur, je veux apprendre de toi. Envoie-moi ton Esprit Saint pour que je puisse mieux comprendre ce que tu veux m’enseigner aujourd’hui. 

Demande

Seigneur, je te demande aussi les grâces nécessaires pour mettre en pratique, dans ma vie concrète, ce que tu m’enseigneras aujourd’hui.

Réflexion

  1. Si on allume une lampe, est-ce pour la cacher sous un lit ? Bien sûr que non ! On la met au centre, à la vue de tous, pour qu’elle éclaire la pièce ! Si Dieu fait de nous la lumière du monde, pourquoi cacherions-nous cette lumière ? Pour ceux qui vivent au sein d’une société qui a en partie rejeté la foi dans le Christ, nous pouvons redouter de faire briller la lumière qui nous vient du Christ. Cela pourrait être mal vu des autres. On pourrait nous maltraiter. En certains endroits, nous pourrions même être persécutés. Nous sommes donc tentés de faire briller la lumière du Christ exclusivement au sein de petits cercles de chrétiens convaincus : on cache la lampe sous le lit.
    Mais le Christ nous exhorte : « N’ayez pas peur ! Proclamez la Bonne nouvelle à tous les hommes ! » Car tous ont besoin de la lumière du Christ, même ceux qui la rejettent.  Sans la lumière du Christ, l’homme ne voit pas clair et la société se trompe souvent dans sa recherche du bien commun.
    Par amour pour les hommes, prendrai-je mon courage à deux mains pour faire briller la lumière du Christ autour de moi, afin que tous ceux qui l’accueillent puissent en bénéficier ?
  2. Jésus nous dit ensuite : « La mesure que vous utilisez sera utilisée aussi pour vous, et il vous sera donné encore plus. » Que veut-il dire ? Saint Paul donne un enseignement semblable en citant un proverbe issu de l’agriculture : « À semer trop peu, on récolte trop peu ; à semer largement, on récolte largement. » (2 Co 9, 6) Il est difficile pour un agriculteur pauvre de sacrifier une bonne partie de son blé pour le jeter en terre. Il perd tout ce blé qu’il ne pourra plus manger. Mais c’est avec l’espérance qu’il produira bien plus de blé à la saison de la moisson. Si nous avons peur et que nous semons peu, alors il est certain que nous récolterons très peu. C’est ce qui arrive lorsque l’on cache notre lampe sous le lit… au lieu de répandre les semences de la Bonne nouvelle autour de nous. Mais si on sème largement, le bon grain se multipliera et on récoltera bien plus que ce que l’on a semé.
    Ai-je assez de confiance en l’action de Dieu, au cœur des autres, pour semer la Bonne nouvelle autour de moi ? Suis-je comme un agriculteur qui sème largement ?
  3. Jésus explique que « la mesure » de notre générosité pour semer la Bonne nouvelle détermine « la mesure » de la générosité de Dieu envers nous. Si nous semons largement, Dieu nous donnera encore plus. « Celui qui a, on lui donnera [davantage] ; celui qui n’a pas, on lui enlèvera même ce qu’il a. » C’est une loi de la vie.
    Un agriculteur qui sème peu ou ne prend pas soin de son champ n’aura plus assez de blé pour semer au printemps suivant. Au contraire, un agriculteur qui sème largement et prend soin de son champ aura, le printemps suivant, une abondance de grains supplémentaires à semer.
    Cette loi de la vie s’applique à bien des domaines. Si nous n’utilisons pas nos talents et les occasions qui nous sont donnés pour faire le bien, tôt ou tard nous les perdrons. Mais si, au contraire, nous les mettons au service des autres avec courage et générosité, nos efforts produiront de nombreux fruits et l’on nous confiera encore davantage. 
    Et moi… quelle sera la mesure de ma générosité ?     

Dialogue avec le Christ

Seigneur Jésus, toi qui es la lumière du monde, tu nous as tant aimés que tu es venu parmi nous pour faire briller cette lumière dans nos vies, merci ! Viens me remplir de ta lumière. Fais de moi un reflet de ta lumière pour tous ceux qui me rencontrent. Aide-moi à me rendre compte à quel point ils ont besoin de ta lumière. Viens vaincre en moi les peurs qui m’empêchent de faire briller ta lumière. Fais de moi un semeur de Bonne nouvelle qui répand la bonne graine avec courage et générosité.

Résolution

La prochaine fois que j’ai l’occasion de faire briller la lumière du Christ, je ne la cacherai pas.  Je sèmerai généreusement la Bonne nouvelle pour le bien de ceux qui l’accueilleront. 

Père Raymond Jubinville, LC
Contacter l’auteur

Méditations : Regnum Christi
Texte de l’Évangile et informations liturgiques : © AELF – Paris – Tous droits réservés