Ce Cœur qui a tant aimé les hommes

Vendredi, 19 juin 2020

Couleur liturgique : blanc

Évangile selon saint Matthieu 11, 25-30

En ce temps-là, Jésus prit la parole et dit : « Père, Seigneur du ciel et de la terre, je proclame ta louange : ce que tu as caché aux sages et aux savants, tu l’as révélé aux tout-petits. Oui, Père, tu l’as voulu ainsi dans ta bienveillance. Tout m’a été remis par mon Père ; personne ne connaît le Fils, sinon le Père, et personne ne connaît le Père, sinon le Fils, et celui à qui le Fils veut le révéler. Venez à moi, vous tous qui peinez sous le poids du fardeau, et moi, je vous procurerai le repos. Prenez sur vous mon joug, devenez mes disciples, car je suis doux et humble de cœur, et vous trouverez le repos pour votre âme. Oui, mon joug est facile à porter, et mon fardeau, léger. »

Prière

Je te remercie, Jésus, pour ce temps de prière. Je désire mieux te connaître et te suivre comme ces « tout-petits » dont tu parles dans l’Évangile. Je désire être cette « capacité » si grande et si profonde qui n’attend et ne demande qu’à être emplie de ton amour.

Demande

Ô Jésus, doux et humble de cœur, rends mon cœur semblable au tien, place mon cœur tout près du tien et fais-le brûler au feu du tien.

Réflexion

1. Dans cet Évangile, Jésus est en prière. Il rend grâce à Dieu son Père car les petits, les humbles, les effacés reçoivent pleinement son enseignement et ses miracles ; la connaissance des mystères de Dieu est cachée pour toujours aux orgueilleux (à ceux qui possèdent un cœur dur et qui freinent la grâce divine). Ici Jésus veut nous rappeler que nous avons été créés par lui et pour lui ; que nous sommes sur terre pour aimer, rendre grâce et servir Dieu et notre prochain, pour aimer et être aimé ; que tout notre être est fait pour aimer et servir. Prenons le temps de nous en émerveiller, ainsi nous redeviendrons des enfants et nous plairons au Christ.

Un jour, des personnes ont demandé au pape saint Pie X d’exprimer un souhait, il a répondu : « Mon souhait, mon unique ambition est de devenir un enfant dans les bras de Dieu. »

2. Aujourd’hui nous rendons hommage au Sacré-Cœur de Jésus, à son Cœur transpercé. C’est l’amour qui va au-delà de la mort car son Cœur a été transpercé alors qu’il avait déjà rendu son âme : c’est pour nous faire comprendre que l’amour de Dieu est infini. Alors contemplons ce Cœur qui a tant aimé les hommes. Lui qui est le Fils bien-aimé du Père qui a aimé de la crèche au crucifiement et jusqu’après sa mort par son Sacré-Cœur d’où ont jailli du sang et de l’eau.

Le sang représente l’amour et la vie donnée du Christ. Jésus nous donne la vie en abondance et gratuitement. C’est la vie de Dieu en nous par les sacrements. L’eau, c’est l’eau de la grâce qui purifie, qui jaillit pour nous toucher et nous transformer intérieurement.

3. Nous le savons et nous l’expérimentons tous les jours : l’amour appelle l’amour. Alors posons-nous les questions suivantes : pourquoi doutons-nous alors d’un si grand amour ? Comment réparer ce Cœur assoiffé d’amour, qui est souillé, blessé à cause de nos terribles péchés et ceux du monde entier ?

Tout d’abord, il nous arrive de douter parce que nous regardons plus nos péchés que son Cœur qui les pardonne. Ensuite, il y a un réel besoin de réparation. Tout d’abord par notre confiance : tant d’âmes ne lui font pas confiance, il nous supplie de faire ce pas. Jésus nous invite à regarder ses blessures et à déposer les nôtres dans les siennes, c’est ainsi que nous réparerons nos péchés et ceux du monde et que nous consolerons Jésus. C’est en le consolant que nous serons consolés.

Imitons la petite Thérèse de l’Enfant-Jésus qui s’est offerte à la miséricorde du Seigneur afin de recevoir les grâces que personne ne demandait. Tournons-nous ensuite vers sainte Marguerite-Marie Alacoque qui a reçu des révélations de Jésus. Un premier vendredi de 1674, Jésus apparaît à Marguerite-Marie qui adore le Saint-Sacrement. Il lui montre ses plaies qui brillent comme des soleils et sa poitrine comme une fournaise ardente. Il se plaint du peu de « retour d’amour » que lui témoignent les hommes, après tout ce qu’il a enduré pour les sauver. Il demande deux actes de réparation : la communion le premier vendredi de chaque mois ; l’Heure sainte le jeudi soir en union avec son agonie à Gethsémani. Jésus lui confie aussi : « J'ai soif, mais d'une soif si ardente d'être aimé des hommes au Saint-Sacrement. » Alors ne perdons pas notre temps ! Au contraire, reconnaissons que nous avons une capacité d’amour extraordinaire. En plongeant ainsi notre cœur dans celui de Jésus, nous serons alors capables d’aimer à la folie ! Et offrons notre cœur à Jésus afin qu’il le rende semblable au sien car Jésus veut notre cœur comme lui nous a offert le sien.

Dialogue avec le Christ

Jésus, je désire vivre de toi, témoigner de ton amour auprès des personnes qui m’entourent. S’il te plaît, Jésus, prends mon cœur et place-le dans le tien.

Résolution

Renouveler ma confiance totale en l’amour infini de Jésus pour moi et pourquoi ne pas me consacrer à son Sacré-Cœur ?

Adèle Landowski, membre de Regnum Christi
Méditations: Regnum Christi 
Texte de l’Évangile et informations liturgiques: © AELF - Paris - Tous droits réservés