| | |

« Beaucoup viendront de l’orient et de l’occident et prendront place avec Abraham, Isaac et Jacob »

Samedi 26 juin 2021

Saint Anthelme

Couleur liturgique : vert

Évangile selon saint Matthieu 8, 5-17

En ce temps-là, comme Jésus était entré à Capharnaüm, un centurion s’approcha de lui et le supplia : « Seigneur, mon serviteur est couché, à la maison, paralysé, et il souffre terriblement. » Jésus lui dit : « Je vais aller moi-même le guérir. » Le centurion reprit : « Seigneur, je ne suis pas digne que tu entres sous mon toit, mais dis seulement une parole
et mon serviteur sera guéri. Moi-même qui suis soumis à une autorité, j’ai des soldats sous mes ordres ; à l’un, je dis : “Va”, et il va ; à un autre : “Viens”, et il vient, et à mon esclave : “Fais ceci”, et il le fait. »
À ces mots, Jésus fut dans l’admiration et dit à ceux qui le suivaient : « Amen, je vous le déclare, chez personne en Israël, je n’ai trouvé une telle foi. Aussi je vous le dis : Beaucoup viendront de l’orient et de l’occident et prendront place avec Abraham, Isaac et Jacob au festin du royaume des Cieux, mais les fils du Royaume seront jetés dans les ténèbres du dehors ; là, il y aura des pleurs et des grincements de dents. » Et Jésus dit au centurion : « Rentre chez toi, que tout se passe pour toi selon ta foi. » Et, à l’heure même, le serviteur fut guéri.
Comme Jésus entrait chez Pierre, dans sa maison, il vit sa belle-mère couchée avec de la fièvre. Il lui toucha la main, et la fièvre la quitta. Elle se leva, et elle le servait. Le soir venu, on présenta à Jésus beaucoup de possédés. D’une parole, il expulsa les esprits et, tous ceux qui étaient atteints d’un mal, il les guérit, pour que soit accomplie la parole prononcée par le prophète Isaïe : Il a pris nos souffrances, il a porté nos maladies.

Prière

« Y a-t-il une merveille que le Seigneur ne puisse accomplir ? » (Gn 18, 14)
Seigneur, augmente ma foi !

Demande

Seigneur, aide-moi à rendre témoignage de toi, au-delà de mes peurs et mes hontes.

Reflexion

  1. Croisée de sentiments
    C’est un mélange de sentiments qui se croisent en cet Évangile : d’une part, un sentiment de joie en voyant le Seigneur Jésus guérir le serviteur du centurion. D’autre part, nous envahit aussi un sentiment de stupeur en lisant jusqu’à la fin ces versets. Le Seigneur guérit, en effet, mais ce qui est le plus important c’est qu’il guérit ceux qui le lui demandent, car ceux-ci ont foi en lui. C’est une vérité simple, facile à comprendre mais qui est difficile à mettre en pratique. Il nous suffit de relire les paroles du Christ : « (…) mais les fils du Royaume seront jetés dans les ténèbres du dehors ; là, il y aura des pleurs et des grincements de dents. » Ceux qui ont reçu une éducation, un suivi dans la foi, qui ont bénéficié de toutes les facilités pour croître dans la foi, se retrouveront à la fin de leur vie, eux aussi, à la porte et rencontreront le Seigneur. Auront-ils la foi pour aller au Paradis ?
  2. Évidence
    La première lecture est très éloquente et révèle une grande vérité : « Y a-t-il une merveille que le Seigneur ne puisse accomplir ? » (Gn 18, 14) Il est bon de revenir sur ce fait qui, en soi, est très simple, concret et évident. C’est tellement évident que nous l’oublions ou que nous n’y croyons pas totalement. En effet, le Seigneur est Maître de l’univers. S’il est le Créateur, y aurait-il quelque chose qui soit hors de sa portée ? Les Évangiles nous rapportent des cas de guérisons très impressionnants mais où l’on constate à chaque fois une foi forte et explicite des protagonistes. Nous avons le cas de l’Évangile de ce jour mais rappelons-nous aussi, par exemple – et chacun est libre de méditer un passage qui lui vient à l’esprit – de la femme hémorroïsse qui, au seul fait de toucher le vêtement de Jésus, a été guérie.
  3. Soyons nous-mêmes des témoins de l’Évangile
    Ce que Jésus notre Seigneur reproche à ceux qui ont eu accès à la foi et ont eu l’occasion de la faire croître, c’est le fait d’être moites et de vivre dans une certaine tiédeur. Rappelons-nous les paroles de Dieu dans l’Apocalypse. Le chrétien est une personne qui n’est pas forcément appelée à accomplir des choses extraordinaires, qui sont remarquées de tous. Le Christ nous demande d’être fermes dans notre foi et de témoigner de cette foi par notre vie de chaque jour.
    Rayonnons alors de la foi en notre Seigneur Jésus-Christ et n’ayons aucune honte de dire aux hommes la source et la cause de notre joie ! Témoignons car le Christ ne nous demande que cela ! Éveillons cette foi dans notre vie de chaque jour par la prière, l’Eucharistie, la confession et la charité ! Laissons Dieu œuvrer ensuite comme il l’entend. De notre côté, faisons ce qui nous est demandé, sans peur, tout au contraire, avec la joie de celui qui a une relation intime avec le Christ.

Dialogue avec le Christ

Esprit-Saint, donne-moi ta clairvoyance et ta force pour témoigner en tant que fils de Dieu.

Résolution

Pendant la journée, consacrer des moments brefs pour élever mes pensées vers le Seigneur et demander sa force lorsqu’un témoignage de foi m’est demandé.

Xavier Kerrand
Contacter l’auteur

Méditations : Regnum Christi
Texte de l’Évangile et informations liturgiques : © AELF – Paris – Tous droits réservés