« Aussitôt, laissant leurs filets, ils le suivirent »

Couleur liturgique : rouge

Évangile selon saint Matthieu 4, 18-22

En ce temps-là, comme Jésus marchait le long de la mer de Galilée, il vit deux frères, Simon, appelé Pierre, et son frère André, qui jetaient leurs filets dans la mer ; car c’étaient des pêcheurs. Jésus leur dit : « Venez à ma suite, et je vous ferai pêcheurs d’hommes. » Aussitôt, laissant leurs filets, ils le suivirent. De là, il avança et il vit deux autres frères, Jacques, fils de Zébédée, et son frère Jean, qui étaient dans la barque avec leur père, en train de réparer leurs filets. Il les appela. Aussitôt, laissant leur barque et leur père, ils le suivirent.

Ecouter cette méditation:
Télécharger le fichier audio
Prière

Je crois en toi, mon Dieu, je crois que tu es présent ici, avec moi. Je me mets en ta présence, toi qui as tout créé, qui m’a créé, qui remplit tout. Augmente ma foi en toi. J’espère en toi, mon Dieu. J’espère en ta Parole, en tes promesses. J’espère en la vie éternelle, cette vie qui est le but de ma vie sur terre. Augmente mon espérance, donne-moi de vivre les yeux fixés sur toi. Je t’aime, ô mon Dieu, mais affermis mon amour si faible et inconstant. Mets en moi ton amour qui pénètre tout et consume tout.

Demande

Seigneur, donne-moi de te suivre avec docilité et passion.

Réflexion

1. « Venez à ma suite (…) »

Le Christ demande aux premiers apôtres de le suivre, de venir avec lui, mais aussi derrière lui. Il leur demande de la docilité, d’accepter de changer de critères, de laisser leurs cœurs être conquis par lui. Suivre le Christ, c’est avoir les yeux fixés sur lui parce qu’il marche devant. Pour les apôtres comme pour nous, c’est souvent accepter de s’abandonner, de ne pas comprendre, parfois même de ne pas être d’accord… mais de faire confiance.

2. Pourquoi faire confiance ? Comment Pierre, André, Jacques et Jean ont-ils pu tout laisser en plan sans même poser de question ? Quelque chose en Jésus a dû les captiver, les séduire, les enthousiasmer. Seul un regard puissant d’amour, une parole divine enflammée a pu les conduire à accepter l’aventure, à se lancer.

Ai-je fait l’expérience de ce regard du Christ ? Ai-je déjà senti en mon cœur résonner une parole qui l’a embrasé d’un sentiment nouveau ? Si non, alors peut-être le Seigneur a-t-il préparé pour moi cette grâce aujourd’hui : demandons-la-lui avec instance.

3. « (…) je vous ferai pêcheurs d’hommes. »

Quelle étrange phrase ! Que voulait bien dire pour Pierre et André « pêcher des hommes » ? Jésus signifiait par là qu’il ne les appelle pas à renoncer à leurs talents, à ce qu’ils savent faire. Mais il les invite à en changer le but, la finalité. Suivre le Christ suppose souvent un renoncement, mais suppose aussi souvent un dépassement : vivre les mêmes activités, le même travail, avoir la même famille, la même paroisse ; mais donner à chaque chose un sens nouveau, le sens de l’éternité. Jésus a fait comprendre aux pêcheurs que leurs dons allaient servir pour une nouvelle cause, bien plus grande et belle.

Quelle est cette cause pour moi ?

Dialogue avec le Christ

Seigneur Jésus, je me mets aujourd’hui dans cette barque et je te vois passer. Ton regard se pose sur moi, ta parole atteint mes oreilles. Une parole douce et vigoureuse en même temps. Qui m’appelle à te suivre. Je veux accepter, Seigneur, et te suivre. C’est pourtant difficile, mes péchés, mon égoïsme, les distractions du monde me retiennent. Mais tu sais qu’au fond de moi je désire te suivre car la source du bonheur c’est toi. Donne-moi la force ! Mets en moi ton amour qui m’encouragera à transformer toute ma vie pour en faire une vie à ta suite.

Résolution

Aujourd’hui quel sens d’éternité, à la suite du Christ, puis-je donner à mon travail ou à mes occupations quotidiennes ? Comment puis-je les transformer en une action qui ait de la valeur pour le Royaume ?

Frère Matthieu Boo d'Arc, LC
Méditations: Regnum Christi 
Texte de l’Évangile et informations liturgiques: © AELF - Paris - Tous droits réservés