| | |

Aucun prophète n’est bien reçu dans sa patrie

Lundi, 16 mars 2020

Bienheureuse Bénédicte

Évangile selon saint Luc 4, 24-30

Puis il ajouta : « Amen, je vous le dis : aucun prophète ne trouve un accueil favorable dans son pays. En vérité, je vous le dis : Au temps du prophète Élie, lorsque pendant trois ans et demi le ciel retint la pluie, et qu’une grande famine se produisit sur toute la terre, il y avait beaucoup de veuves en Israël ; pourtant Élie ne fut envoyé vers aucune d’entre elles, mais bien dans la ville de Sarepta, au pays de Sidon, chez une veuve étrangère. Au temps du prophète Élisée, il y avait beaucoup de lépreux en Israël ; et aucun d’eux n’a été purifié, mais bien Naaman le Syrien. » À ces mots, dans la synagogue, tous devinrent furieux. Ils se levèrent, poussèrent Jésus hors de la ville, et le menèrent jusqu’à un escarpement de la colline où leur ville est construite, pour le précipiter en bas. Mais lui, passant au milieu d’eux, allait son chemin.

Prière

Jésus, toi qui ne fais pas acception de personnes, tu vas vers chacun. Aucun ne devrait être privé de te connaître. Aujourd’hui, c’est de moi que tu t’approches. J’ai besoin de ton secours et de ta force Jésus. Viens, Seigneur Jésus !

Demande

Fais de moi ton prophète, Seigneur ! Que ton feu me brûle et que je sois porté vers ceux qui m’entourent sans peur !

Réflexion

  1. Lorsque Jésus explique qu’aucun prophète n’est bien reçu dans son propre pays, il prophétise bien sûr sa mort sur la croix, qui adviendra quelque trois ans plus tard. Le voilà au tout début de sa prédication ou de sa vie publique et déjà la croix se profile à l’horizon. C’est dire combien Jésus, lui le Fils de Dieu, le Verbe éternel, s’est rendu semblable à nous en prenant notre condition mortelle. Quel mystère insondable d’humilité !
  2. Pourquoi Jésus entreprend-il cette immense mission à travers la Terre Sainte d’Israël ? Parce qu’il ne veut manquer à personne. Il veut être connu de chacun. Sa mission d’évangélisation n’a pas de frontière. L’évangéliste Luc le souligne en rappelant deux épisodes de grande importance dans l’Ancien Testament, deux épisodes où les destinataires sont des étrangers. Le message de salut de Jésus est fait pour être entendu par tous les hommes. En Jésus, la promesse faite à Abraham va se réaliser vraiment en s’étendant à tous les peuples.
  3. Que pouvons-nous apprendre de la veuve de Sarepta, de la région de Sidon, et de Naaman le syrien ? Cette femme était veuve, c’est-à-dire sans mari donc sans protection légale en Israël. En rappelant ce fait, Jésus montre comment son message va vers les plus faibles, ceux qui sont oubliés, ceux qui se sentent seuls. Naaman, quant à lui, était lépreux. Il était donc considéré comme « impur », interdit de s’approcher du Temple. Le prophète Élysée va pourtant le guérir. Élysée annonce l’œuvre pour laquelle Jésus sera envoyé après lui : pour nous purifier et nous guérir, autrement dit pour pardonner nos péchés.

Dialogue avec le Christ

Jésus, tu es le vrai prophète, le dernier prophète, celui qui accomplit pleinement toutes les prophéties annoncées avant toi. Je suis à mon tour ton prophète, Jésus. Envoie-moi vers les plus vulnérables et vers les plus éloignés.

Résolution

Aujourd’hui j’engagerai la conversation sur la foi avec une personne avec qui je n’ai jamais parlé de cela.

Emanuelle Pastore, consacrée de Regnum Christi

Méditations : Regnum Christi
Texte de l’Évangile et informations liturgiques : © AELF – Paris – Tous droits réservés